Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les femmes victimes de viols doivent être protégées
Interruption médicale de grossesse
Publié dans Horizons le 21 - 12 - 2016


« Durant la décennie noire, la loi a autorisé les femmes victimes de viol par des terroristes à interrompre leurs grossesses. Les victimes de viol et d'inceste doivent avoir le même droit. Cela les protégera contre toute pression qui conduirait à recourir à des méthodes illégales et dangereuses d'avortement », a affirmé El Khamsa Brahimi, membre de l'association. Selon elle, la tenue de cette rencontre, avec la participation de parlementaires, vise à sensibiliser les députés chargés de l'étude du nouveau projet de loi relatif à la santé autour de la question », nous a-t-elle confié. Kaci Si Youcef (juriste) a souligné la nécessité d'intégrer cette recommandation en faveur des victimes de viol et d'inceste dans ce projet de loi, à travers des textes d'application. « Les députés ont un rôle à jouer, car le projet de loi garantit la protection des femmes en détresse psychologique et sociale comme les victimes de viol et d'inceste », a-t-il clamé. Pour rappel, la réglementation algérienne considère l'avortement volontaire comme un crime passible de peines allant de 1 à 5 ans d'emprisonnement, en plus d'amendes. L'IMG est autorisée seulement dans deux cas : lorsque la grossesse met en danger la vie de la mère ou quand le bébé présente des signes de fortes malformations. « Des sanctions sont également prononcées contre ceux qui s'opposent à une IMG médicale. Cette décision est une obligation. Ces sanctions sont reconduites dans le nouveau projet de loi », a précisé le juriste. La représentante du ministère de la Santé, Boukhaoui, a assuré que le projet évoque des solutions pour les femmes confrontées à des dangers mentaux et sociaux. « Ce n'est pas très explicite. Mais c'est une ouverture qu'on peut exploiter, car les grossesses suite à un viol figurent parmi les dangers affectant le mental notamment des victimes », a-t-elle estimé. La députée Saliha Mekharef a assuré que toutes ces préoccupations seront transmises à la commission de la santé, des affaires sociales, du travail et de la formation professionnelle de l'APN. Celle-ci compte sensibiliser les différents acteurs. « Du point de vue religieux, l'Islam permet l'IMG pour les femmes victimes de viol et d'inceste », a soutenu l'imam de la mosquée Ibn-Badis de Kouba, Mohamed Toufik Yahia. « Vu l'impact psychologique et social de ce genre de grossesses contractées, la religion permet l'interruption à condition que le fœtus atteigne son 40e jour », a-t-il expliqué. « En Islam, l'avortement n'est pas un délit, comme le stipule la loi algérienne, mais un crime », a-t-il tenu néanmoins à rappeler.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.