Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Un policier assassiné    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    Fondateur du roman algérien moderne    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Littérature de langue française
Les feuilles mortes du roman algérien
Publié dans Info Soir le 19 - 02 - 2004

Repère Le Miroir, essai publié en 1833 à Paris par Hamdan Khodja, reste un monument de la littérature algérienne.
L?Algérie est une mosaïque de cultures, dont chacune est spécifiquement rattachée à une histoire, et dont cette dernière a produit une littérature typique, propre à son époque, à son contexte d?apparition ; celle-ci témoigne visiblement des différentes strates culturelles qui se sont accumulées au fil des siècles au gré des invasions et conquêtes.
Il y a le patrimoine littéraire datant de l?antiquité en langue grecque ou latine, comme les récits de voyage d?Hannon le Carthaginois et l??uvre du grand roi Juba, ou encore Tertullien (L?Apologétique) et Saint Augustin, le fondateur du dogme catholique (Les Confessions, La Cité de Dieu, Le Traité du libre-arbitre?) ; il y a celui de la période médiévale en langue arabe, comme le philosophe Ibn Khaldoun avec La Muqadimma ou encore le poète Ibn Hâbi ou Ibn Rachiq ; il y a également, outre l?expression berbère ou celle des algérianistes comme Albert Camus ou Marcel Moussy, la littérature de langue française, une littérature écrite par des Algériens dits «indigènes» dans la langue de l?autre, celle du colonisateur ; celle-ci est née dans un contexte historique bien précis, celui de la colonisation.
C?est au lendemain de la prise d?Alger par le corps expéditionnaire français, en 1830, qu?ont commencé, en effet, à poindre les prémices d?une littérature algérienne d?expression française.
Cette littérature est née sous forme de prose d?idées. L?Algérien, en usant de la langue française, en se l?appropriant, construit d?abord sa littérature autour de l?essai. Hamdan Khodja, même si ce n?est pas lui qui l?a écrit en français, publie, en 1833 à Paris, Le Miroir, un livre qu?il avait rédigé auparavant en langue arabe et intitulé Aperçu historique et statistique sur la Régence d?Alger ; il l?a publié en français à l?intention du lectorat français, dans le seul dessein de sensibiliser l?opinion publique française, et dans lequel il décrit l?Algérie avant et après l?invasion.
En fait, son essai, qui, jusqu?à présent, reste un monument de la littérature algérienne, vient renverser et annihiler le discours érigé et prôné par l?idéologie colonialiste et qui avance la thèse selon laquelle la présence française en territoire algérien s?inscrit dans une mission civilisatrice et humaniste et que les militaires français étaient venus à Alger pour libérer la population locale du joug de la domination turque.
Or, Hamdan Khodja dénonce les exactions et les violences ainsi que les bavures commises par les militaires, arguant que les raisons qu?ils avancent ne sont, en fait, que des prétextes pour justifier l?occupation et la domination et démontrant que l?Algérie jouissait, avant la venue des Français, d?un statut civilisationnel.
Ce livre, qui a eu un grand retentissement, ouvre la voie à un genre littéraire qui connaîtra «une postérité prolifique».
Mais il a fallu attendre plusieurs décennies, puisque ce n?est qu?à partir de 1880 qu?une littérature, dite écrite par des Algériens dans la langue du colonisateur, fait son apparition, toujours sous la forme de l?essai, et cela jusqu?en 1920, date de la naissance du premier roman algérien de langue française.
Les Algériens ont commencé à écrire dans la langue de l?autre, seulement pour témoigner de leur vécu, pour dire leur existence, parler de leur différence et décrire leur société, celle à laquelle ils appartiennent culturellement, en créant ainsi une écriture de la nomination et de la différenciation, en formulant un discours sur l?assimilation et, plus tard, sur l?identité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.