Le vice-président turc se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération    Le vice-président de la République de Turquie visite Djamaâ El-Djazaïr    Tiaret: lancement des travaux de 148 projets d'AEP à l'échelle nationale dans quelques jours    Athlétisme/Championnats d'Afrique: Oussama Khennoussi en or au disque    Hadj-2024: arrivée du premier groupe de hadjis à Oran    Diplomatie économique: importance de renforcer la présence du produit algérien à l'étranger    Alger: fermeture temporaire de la RN 1 et de la rocade Sud au niveau de "la Côte" à partir de lundi    Réorganisation des associations pour de meilleurs services    Coup d'envoi de la saison estivale à partir de la nouvelle plage des Dunes    Bilan 2022/2024 et perspectives de l'économie algérienne 2025/2030    Un concours autour de l'intelligence artificielle dans l'agronomie    Cuba va participer à la procédure de l'Afrique du Sud contre l'entité sioniste    Manifestations dans des villes et capitales internationales pour dénoncer le génocide    Washington soutiendra l'entité sioniste en cas de conflit avec le Hezbollah    Ghaza: intensification des attaques sionistes contre les civils, les infrastructures et les équipes municipales    Ghaza: deux martyrs et plusieurs blessés dans une frappe sioniste contre un centre medicale    Priver 39.000 lycéens de Ghaza de passer leurs examens est "horrible et triste"    ONM de Skikda: décès du Moudjahid Mohamed Belakdar    Menace des Aigles d'un boycott    WA Tlemcen : des changements prévus qui vise le retour en Ligue 2    Zahra Tatar en or au lancer du marteau    «Ces élections ont un impact direct et important sur les attentes des citoyens»    Plages, forêts et maquis sous la loupe de 30.000 hommes d'intervention    La Protection civile sensibilise contre les risques de noyade    Lancement de la réalisation de 350 centres de proximité de stockage à travers le pays    «Les défis à venir exigent la consolidation des acquis»    Les ensembles de Blida et Constantine enchantent le public algérois    L'Europe gangrénée par les populismes de gauche et de droite    Guillaume Meurice dénonce une instrumentalisation de l'antisémitisme à des fins politiques    Khenchela: ouverture du 12ème Festival national du théâtre pour enfant    Meeting international en Pologne: victoire de l'Algérien Mohamed Ali Gouaned en 1:44.60    Tous les moyens mobilisés pour promouvoir la médecine nucléaire en Algérie    La canicule continuera d'affecter des wilayas du sud jusqu'à mardi    Athlétisme/Championnats d'Afrique: trois médailles pour l'Algérie    Guelma: une caravane de sensibilisation pour exhorter les jeunes à s'inscrire sur les listes électorales        19e "Andaloussiates El Djazaïr": les ensembles de Blida et Constantine enchantent le public algérois    Election présidentielle en Algérie. En avant toute vers la stagnation    Algérie : Manœuvres insidieuses autour de l'exploitation du gaz de schiste dans le Sahara    Déshabillons-les !    Commission mémorielle ou marché aux puces    Le droit de massacrer, de Sétif à Gaza    Megaprojet de ferme d'Adrar : « elmal ou Etfer3ine »    Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Court-métrage «Mollement, un samedi matin»
Raconter les blocages de la société algérienne
Publié dans Info Soir le 19 - 01 - 2012

Regard - Mollement, un samedi matin est le court-métrage, projeté, hier, à la filmathèque Mohamed-Zinet (Riad-el-feth), et ce, dans le cadre du ciné-club de l'association Chrysalide.
Ce film de 26 minutes, signé Sofia Djama, raconte l'histoire d'une jeune femme, Mayassa, victime d'un viol. Lors du débat qui a suivi la projection, la réalisatrice a confié que le film n'est pas sur le viol ni même sur la condition ou situation de la femme dans une société bloquée, insatisfaite…
«Ce n'est pas un film sur le viol ni un film féministe», précise Sofia Djama, et d'expliquer : «Le viol se révèle juste un prétexte pour dénoncer le malaise et la détresse de notre société.»
L'originalité de ce viol, c'est que Mayassa se fait violer par un homme qui semble être presque impuissant. D'où d'ailleurs la première partie du titre du film «Mollement…» L'autre originalité du film, c'est la manière dont les personnages sont présentés : ils sont insolites, quelque peu absurdes, parfois ridicules. Ils sont simplement banals. Il y a aussi la situation dans laquelle ces derniers sont montrés, racontés. Elle est excentrique, par moment comique. La réalisatrice s'attarde sur ce besoin de visualiser la vie quotidienne : bus surchargés, ascenseur d'immeuble en panne, plombier arnaqueur, vulgarité dans la rue, chauffeur de taxi filou...
Cette vie de tous les jours résume la réalité de la société algérienne, à savoir le malaise social, la frustration, la complexité ou les contradictions des rapports. Une société plombée par des agressions matérielles et mentales permanentes.
«L'impuissance sexuelle du violeur symbolise l'impuissance sociale dans laquelle baignent les gens contre leur gré, ainsi que l'impuissance de dénoncer leur mal être», fait-elle savoir. En effet, le blocage – sexuellement parlant – de l'agresseur signifie le blocage de la société algérienne. «Je m'emploie à travers ce film à parler des peines et de l'étouffement de sa population. Rien ne fonctionne comme il faut dans cette ville si on avait à examiner en profondeur le quotidien des gens.» «Tous les personnages du film, victimes ou bourreaux, sont pris en otage d'une pression sociale, victime de ce mal en devenir», reprend-elle. Ainsi, Mollement, un samedi matin est un film, selon la réalisatrice, «sur la mollesse et la résignation, la quête de rupture». C'est un film coup-de-poing sur les blocages, les déboires et le malaise de la société algérienne. Il raconte d'une manière originale, certes, mais qui reste abrupte, brute mêlant parfois un langage cru, un style tantôt rêche et des attitudes choquantes.
Le propos est donc particulièrement culotté, visiblement audacieux, c'est un scénario risqué et fort de caractère.
Le but est d'interpeller les gens, de bousculer les consciences, les éveiller sur des situations qui, à première vue, nous paraissent ordinaires, comiques, donc amusantes et fascinantes, mais qui, au fond, s'avèrent pathétiques, troublantes, révoltantes.
Sofia Djama est aussi réalisatrice d'un premier court métrage de cinq minutes intitulé Les cent pas de Monsieur X.
Ce film qui raconte la quête d'un jeune Algérien pour retrouver les preuves de son existence, symbolisée par les traces de ses pas qui n'apparaissent ni sur le sable ni sur du ciment frais, alors que celui de son ami suédois Jorg sont visibles, a été projeté en début de soirée. L'histoire se déroule sur une plage avec tout juste les deux personnages. Elle illustre la subjugation de la jeunesse algérienne par l'Occident et sa tendance à imiter le mode de vie des autres en oubliant de suivre ses propres pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.