Auteurs et éditeurs dans la dèche    Le HCA veille    Les agriculteurs demandent de l'aide    Belmadi: côté pile et côté face    Gassama officiellement écarté    Brèves    Le coup de plumeau des magistrats    Plus glacés que le marbre lui-même    Une belle chance pour la paix    Le Dernier hommage au moudjahid    «Les bonnes notes» du wali    La cadence s'accélère    La biologie dans tous ses états    Mourir à 20 ans    Le système sera revu    La guerre gagne une nouvelle ville    L'occupation sioniste bloque l'accès à 27 écoles palestiniennes    L'Etat rassure    Installation de M. Rachid Hachichi dans ses fonctions de nouveau PDG de Sonatrach    Indicateurs "encourageants et forts" sur "une nette évolution" dans le secteur du tourisme    Exploitation du foncier économique relevant du domaine privé de l'Etat: le cahier des charges bientôt sur la table du SSG    Le défunt moudjahid et Général à la retraite Hocine Benhadid inhumé au cimetière de Ben Aknoun    Un parti politique brésilien appelle à l'autodétermination des peuples sahraoui et palestinien    Hidaoui reçoit le vice-président de la Commission saoudienne des droits de l'Homme    AFFAIRE NEZZAR : LES FAILLES DE LA CHARTE POUR LA PAIX ET LA RECONCILIATION    Le Niger accepte la médiation de l'Algérie dans le cadre de l'initiative du Président Tebboune    L'armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Coupe de la CAF: "notre objectif est de défendre notre titre africain"    Coup d'envoi de la 1ère édition du Forum du livre    Festival du théâtre professionnel: 7 œuvres sélectionnées pour la compétition officielle    Le salon ERA 2023 en octobre à Oran    Le Pib de l'Algérie ne cesse de progresser    L'Algérie condamne fermement l'attentat terroriste dans la capitale turque    Convention entre la Conservation des forêts et la Fédération nationale des chasseurs    Championnat d'Algérie de karaté do : Domination des athlètes du MCA à Oran    Une consultation nationale au profit des associations et des acteurs de la société civile    Les positions de principe de l'Algérie sur le désarmement et la non-prolifération soulignées    Fédération algérienne de natation : Yahia Chérif Mohamed nouveau président    Electrification de plus de 2.770 lots de terrain à bâtir    Lancement de la saison culturelle depuis le village d'Aïth Menaâ    La pièce «Chemma d'origine» en tournée nationale    La maison des Brontë à Haworth, un vivier de création    Hausse des décès par overdose: La sonnette d'alarme    Fruits et légumes: Des prix fluctuants mais restent élevés    Ligue des champions d'Afrique : Auhjourd'hui à 18h00 : CRB-Bo Rangers - Simple formalité pour le Chabab    Ligue 1 (3ème journée): L'ASO Chlef et la JS Saoura aux commandes    Selon des syndicats: La surcharge des classes pose toujours problème    APN: le président de la Commission des affaires juridiques reçoit une délégation de la commission saoudienne des droits de l'Homme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Court-métrage «Mollement, un samedi matin»
Raconter les blocages de la société algérienne
Publié dans Info Soir le 19 - 01 - 2012

Regard - Mollement, un samedi matin est le court-métrage, projeté, hier, à la filmathèque Mohamed-Zinet (Riad-el-feth), et ce, dans le cadre du ciné-club de l'association Chrysalide.
Ce film de 26 minutes, signé Sofia Djama, raconte l'histoire d'une jeune femme, Mayassa, victime d'un viol. Lors du débat qui a suivi la projection, la réalisatrice a confié que le film n'est pas sur le viol ni même sur la condition ou situation de la femme dans une société bloquée, insatisfaite…
«Ce n'est pas un film sur le viol ni un film féministe», précise Sofia Djama, et d'expliquer : «Le viol se révèle juste un prétexte pour dénoncer le malaise et la détresse de notre société.»
L'originalité de ce viol, c'est que Mayassa se fait violer par un homme qui semble être presque impuissant. D'où d'ailleurs la première partie du titre du film «Mollement…» L'autre originalité du film, c'est la manière dont les personnages sont présentés : ils sont insolites, quelque peu absurdes, parfois ridicules. Ils sont simplement banals. Il y a aussi la situation dans laquelle ces derniers sont montrés, racontés. Elle est excentrique, par moment comique. La réalisatrice s'attarde sur ce besoin de visualiser la vie quotidienne : bus surchargés, ascenseur d'immeuble en panne, plombier arnaqueur, vulgarité dans la rue, chauffeur de taxi filou...
Cette vie de tous les jours résume la réalité de la société algérienne, à savoir le malaise social, la frustration, la complexité ou les contradictions des rapports. Une société plombée par des agressions matérielles et mentales permanentes.
«L'impuissance sexuelle du violeur symbolise l'impuissance sociale dans laquelle baignent les gens contre leur gré, ainsi que l'impuissance de dénoncer leur mal être», fait-elle savoir. En effet, le blocage – sexuellement parlant – de l'agresseur signifie le blocage de la société algérienne. «Je m'emploie à travers ce film à parler des peines et de l'étouffement de sa population. Rien ne fonctionne comme il faut dans cette ville si on avait à examiner en profondeur le quotidien des gens.» «Tous les personnages du film, victimes ou bourreaux, sont pris en otage d'une pression sociale, victime de ce mal en devenir», reprend-elle. Ainsi, Mollement, un samedi matin est un film, selon la réalisatrice, «sur la mollesse et la résignation, la quête de rupture». C'est un film coup-de-poing sur les blocages, les déboires et le malaise de la société algérienne. Il raconte d'une manière originale, certes, mais qui reste abrupte, brute mêlant parfois un langage cru, un style tantôt rêche et des attitudes choquantes.
Le propos est donc particulièrement culotté, visiblement audacieux, c'est un scénario risqué et fort de caractère.
Le but est d'interpeller les gens, de bousculer les consciences, les éveiller sur des situations qui, à première vue, nous paraissent ordinaires, comiques, donc amusantes et fascinantes, mais qui, au fond, s'avèrent pathétiques, troublantes, révoltantes.
Sofia Djama est aussi réalisatrice d'un premier court métrage de cinq minutes intitulé Les cent pas de Monsieur X.
Ce film qui raconte la quête d'un jeune Algérien pour retrouver les preuves de son existence, symbolisée par les traces de ses pas qui n'apparaissent ni sur le sable ni sur du ciment frais, alors que celui de son ami suédois Jorg sont visibles, a été projeté en début de soirée. L'histoire se déroule sur une plage avec tout juste les deux personnages. Elle illustre la subjugation de la jeunesse algérienne par l'Occident et sa tendance à imiter le mode de vie des autres en oubliant de suivre ses propres pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.