Editions Casbah. « L'Outrage fait à Sarah Ikker », nouveau roman de Yasmina Khadra    Crise politique et crise de nerfs    Le refus d'encadrer la présidentielle entériné    Suggestions pour un système électoral sans fraude    La semaine du titre pour le Barça ?    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    L'arbitre assistant Doulache va témoigner devant la CD/LFP    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Masques spécial peaux grasses et sèches    Paëlla    Le pouvoir maintient sa feuille de route    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    El Braya: Un homme mortellement poignardé    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    GCB Mascara Le handballeur Tomba Ali n'est plus    Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    La mobilisation populaire intacte    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Manifestations devant le QG de l'armée    La date sera fixée dimanche    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Libye.. Les combats continuent    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chanson kabyle
Hommage à Chérifa
Publié dans Info Soir le 06 - 02 - 2012

Mémoire - Une cérémonie haute en couleur a été organisée hier soir, à la salle Ibn Zeydoun (Riad-El-Feth), en hommage à la doyenne de la chanson kabyle traditionnelle, Chérifa.
Une ambiance chaleureuse empreinte de nostalgie a régné pendant plus de deux heures de temps à la salle dont la scène a vu le passage d'une panoplie de jeunes artistes au talent prometteur.
Après des extraits mélodiques joués par l'orchestre et un spectacle vif et rythmé exécuté par la troupe folklorique «Zira», un film documentaire de 15 minutes retraçant le parcours artistique de Chérifa, présente à la soirée, a été projeté.
L'auteur-compositeur Kamel Hamadi a ensuite occupé la scène pour déclamer des vers poétiques élogieux à l'égard de «la reine du chant achouik» comme il l'a qualifiée.
Les chanteuses Amel Ibdouzène, native de la région de Chenoua et Mounia de Béjaïa, ont ensuite interprété l'une après l'autre quelques titres phar de Chérifa qui a reçu à cette occasion des cadeaux symboliques des mains de la ministre de la Culture, Khalida Toumi.
Surprise de la soirée, l'installation de la troupe féminine El Khalète sur la scène en compagnie de la chanteuse honorée, âgée de 86 ans et dont la voix est encore puissante et claire.
Cette troupe a subjugué le public présent en grand nombre et a réussi à créer une vraie ambiance de fête rythmée par une variété de bendir (tambour traditionnel), des claquements de mains et des youyous typiques de la Kabylie qui fusaient par moment ici et là.La dernière partie de la soirée a été animée par Chérif, un chanteur dont la façon de chanter semble identique à celle de son idole Chérifa, et par la chanteuse, établie en France, Taos Arhab, qui a gratifié le public d'un pot-pourri de chansons kabyles du terroir.
Chérifa, de son vrai nom Ouardia Bouchemlal, est née le 9 janvier 1926 à Ilmayen, dans la région d'Akbou (Béjaïa).
Orpheline de père très jeune, elle découvre son penchant pour le chant dès l'âge de sept ans. Un simple roulement de bendir la poussait à se précipiter sur les lieux de la fête, ce qui lui coûtait souvent des corrections sévères de la part de ses oncles.
A dix-huit ans, elle décide de quitter sa région natale et de vivre de sa vocation ailleurs. Dans le train qui la conduisait vers Alger, elle compose Abka Wala Khir ay Akbou (Adieu Akbou), le titre qui fera sa renommée et qui demeure toujours aussi populaire.
Les plus célèbres chansons du riche répertoire de cette artiste, qui s'est produite, entre autres, à l'Olympia et au Zénith de Paris, sont Aya Zerzour, Azwaw, Sniwa Dhi Fendjalen et Cheikh A Haddad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.