Le ras-le-bol    Allez-y tout doucement Messieurs !    Exportation: Les aveux du président de l'ANEXAL    Internet: Le très haut débit arrive    L'Europe sommée de faire allégeance à Trump    Conférence internationale sur la sécurité: La fracture de l'Occident    MC Alger: Des ratages à tous les niveaux    Le Complexe olympique de Belgaïd aborde sa dernière ligne droite: Le poids des «aberrations» du passé et des «fausses» réserves    RC Relizane: Latrèche démissionne, Beldjilali limogé    Bouira: Deux hommes se tuent en parapente    Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    Le NC Magra résiste au RC Relizane    La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    Tunisie - Algérie 1-1 en amical    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    Djalleb promet plus de facilitations pour les jeunes    Certaines revendications des syndicats ne relèvent pas des compétences du ministère    Bordj-Menaiel expose ses problèmes    L'auteur du crime de Bendaoued placé en détention préventive    Réformes politiques et économiques    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Un plan d'aménagement urbain en phase de maturation    Tartit, le désert au féminin pluriel    Ou l'histoire d'un amour impossible    Soirée targuie avec Tikoubaouine    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    Un terroriste arrêté à Alger    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    Agence nationale de l'aviation civile : Contrôle, régulation et supervision sont ses missions essentielles    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Oran a son orchestre symphonique    14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chanson kabyle
Hommage à Chérifa
Publié dans Info Soir le 06 - 02 - 2012

Mémoire - Une cérémonie haute en couleur a été organisée hier soir, à la salle Ibn Zeydoun (Riad-El-Feth), en hommage à la doyenne de la chanson kabyle traditionnelle, Chérifa.
Une ambiance chaleureuse empreinte de nostalgie a régné pendant plus de deux heures de temps à la salle dont la scène a vu le passage d'une panoplie de jeunes artistes au talent prometteur.
Après des extraits mélodiques joués par l'orchestre et un spectacle vif et rythmé exécuté par la troupe folklorique «Zira», un film documentaire de 15 minutes retraçant le parcours artistique de Chérifa, présente à la soirée, a été projeté.
L'auteur-compositeur Kamel Hamadi a ensuite occupé la scène pour déclamer des vers poétiques élogieux à l'égard de «la reine du chant achouik» comme il l'a qualifiée.
Les chanteuses Amel Ibdouzène, native de la région de Chenoua et Mounia de Béjaïa, ont ensuite interprété l'une après l'autre quelques titres phar de Chérifa qui a reçu à cette occasion des cadeaux symboliques des mains de la ministre de la Culture, Khalida Toumi.
Surprise de la soirée, l'installation de la troupe féminine El Khalète sur la scène en compagnie de la chanteuse honorée, âgée de 86 ans et dont la voix est encore puissante et claire.
Cette troupe a subjugué le public présent en grand nombre et a réussi à créer une vraie ambiance de fête rythmée par une variété de bendir (tambour traditionnel), des claquements de mains et des youyous typiques de la Kabylie qui fusaient par moment ici et là.La dernière partie de la soirée a été animée par Chérif, un chanteur dont la façon de chanter semble identique à celle de son idole Chérifa, et par la chanteuse, établie en France, Taos Arhab, qui a gratifié le public d'un pot-pourri de chansons kabyles du terroir.
Chérifa, de son vrai nom Ouardia Bouchemlal, est née le 9 janvier 1926 à Ilmayen, dans la région d'Akbou (Béjaïa).
Orpheline de père très jeune, elle découvre son penchant pour le chant dès l'âge de sept ans. Un simple roulement de bendir la poussait à se précipiter sur les lieux de la fête, ce qui lui coûtait souvent des corrections sévères de la part de ses oncles.
A dix-huit ans, elle décide de quitter sa région natale et de vivre de sa vocation ailleurs. Dans le train qui la conduisait vers Alger, elle compose Abka Wala Khir ay Akbou (Adieu Akbou), le titre qui fera sa renommée et qui demeure toujours aussi populaire.
Les plus célèbres chansons du riche répertoire de cette artiste, qui s'est produite, entre autres, à l'Olympia et au Zénith de Paris, sont Aya Zerzour, Azwaw, Sniwa Dhi Fendjalen et Cheikh A Haddad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.