Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    Al-Shabab: Benlamri met les points sur les i et explique son absence à l'entraînement    Le secteur de l'éducation se renforce à Mostaganem    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    «Faut-il sauver le système ou l'Algérie ?»    Djemaï tire à boulets rouges sur ses détracteurs    Un mouvement de redressement pour destituer Djemaï    L'Opep pessimiste pour le marché pétrolier    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Le syndicat des magistrats dénonce les décisions de Zeghmati    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    Quatre médailles d'or, objectif des Algériens    Une entrée en matière en dilettante    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Pas de solution pour Neymar    Les judokas algériens décrochent neuf médailles dont deux en or    La société civile veut un dialogue ouvert    Rahabi dit non    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    À quoi sont dues les douleurs dans le côté gauche de l'abdomen ?    Café : 7 habitudes dangereuses    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    L'Algérie, invité d'honneur de la 42e édition    MC Alger : Le Doyen rate ses débuts    Texenna ( Jijel) : Une station monobloc pour améliorer l'AEP    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    29 candidats harraga interceptés au large d'Oran    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    Sarko and co    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à la doyenne des chanteuses kabyles
Ibn zeidoun, Jubilé de hadja Cherifa
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 02 - 2012

«Ô toi, dont j'ai partagé la joie, viens ! Rends-moi la joie que je t'ai donnée. Depuis longtemps, depuis trop longtemps. Nous étions sur le versant de l'ombre. Mais la lune vient d'éclore. Déjà, sa clarté nous inonde», psalmodiait Marguerite Taos Amrouche.
«Ô toi, dont j'ai partagé la joie, viens ! Rends-moi la joie que je t'ai donnée. Depuis longtemps, depuis trop longtemps. Nous étions sur le versant de l'ombre. Mais la lune vient d'éclore. Déjà, sa clarté nous inonde», psalmodiait Marguerite Taos Amrouche.
Ce genre de poèmes mystiques se retrouvent énormément dans les chants berbères. Il n'y a plus autant de femmes kabyles de nus temps qui les clamenmt, mais il reste la diva - El Hadja Cherifa - et elle en est remerciée.
Un jubilé en l'honneur d'El Hadja Cherifa a été organisé à la salle Ibn Zeydoun. Une pléiade d'artiste lui a ainsi rendu hommage, à l'image de l'orchestre de Kamel Mati. Il y a eu la projection d'un documentaire sur la vie de la diva, déclamation de poésies par Kamel Hamadi, la chanteuse Amel Zen, la chanteuse Mounia, la chorale féminine El Khalete. Chérifa, de son vrai nom, Ouardia Bouchemlal, née le 9 Janvier 1926 à Ilmayen, dans la région d'Akbou (Petite Kabylie), est une chanteuse de musique traditionnelle kabyle. Toute petite, on l'envoyait faire paître le troupeau familial et elle se découvre un joli filet vocal dès l'âge de sept ans. La simple écoute d'un roulement de bendir la poussait à se précipiter sur les lieux de la fête. Mais en Kabylie, si on apprécie les musiciens ; on ne souhaite pas pour autant en avoir dans sa famille. Chérifa, très tôt orpheline de père et placée sous la tutelle de ses oncles après le remariage de sa mère, recevait des corrections sévères pour ses escapades musicales.
A l'âge de dix-huit ans, celle qui n'a jamais été scolarisée et qui a grandi pieds nus en mangeant un jour sur trois et sans presque rien, décide de quitter sa région natale et de vivre de sa vocation ailleurs. Dans le train qui la conduisait vers Alger, elle compose Abka Wala Khir ay Akbou « Adieu Akbou », le titre qui fera sa renommée et qui demeure toujours aussi populaire. Dans les années 40, elle chante à la radio en échange d'un cachet équivalant à 100 euros (somme énorme à l'époque) et s'impose rapidement comme la maîtresse du chant kabyle. Pendant des années, elle tourne un peu partout en Algérie et enregistre de nombreux morceaux, soit de sa composition, soit puisés dans le patrimoine folklorique. Tous des succès. Chérifa ne se souvient plus du nombre mais approximativement, elle compte plus de 800 chansons dans son répertoire. Cependant, elle n'a pas vraiment profité de son art : dépouillée par le fisc alors qu'elle ne touchait aucun droit d'auteur, elle arrête de chanter dans les années 70. Pour survivre, elle se retrouve à faire le ménage à la télévision algérienne, oubliée de tous pendant que ce temps, les grands artistes de son époque pillaient sans vergogne son répertoire. Ce n'est qu'au cours de la décennie suivante que les jeunes la redécouvrnt et la placent en tête d'affiche lors de tournées.
Chérifa n'a eu droit à la reconnaissance que tardivement. C'est la souffrance qui lui a inspiré ses chants tellement forts et traversés par une émotion indicible. Elle reste dans les mémoires comme la spécialiste des préludes (chouiq) et des chants d'amour (Ahiha). Les poèmes et les mélodies qu'elle compose s'inspirent des chansons traditionnelles mais aussi de sa propre expérience. Elle chante la vie sous tous ses aspects. Doyenne des chanteuses kabyles, Chérifa est aujourd'hui non seulement la porte-parole de plusieurs générations de femmes algériennes mais aussi, grâce à ses chants enflammés, la mémoire de tout un pays, une artiste incontournable, une authentique diva.
Ce genre de poèmes mystiques se retrouvent énormément dans les chants berbères. Il n'y a plus autant de femmes kabyles de nus temps qui les clamenmt, mais il reste la diva - El Hadja Cherifa - et elle en est remerciée.
Un jubilé en l'honneur d'El Hadja Cherifa a été organisé à la salle Ibn Zeydoun. Une pléiade d'artiste lui a ainsi rendu hommage, à l'image de l'orchestre de Kamel Mati. Il y a eu la projection d'un documentaire sur la vie de la diva, déclamation de poésies par Kamel Hamadi, la chanteuse Amel Zen, la chanteuse Mounia, la chorale féminine El Khalete. Chérifa, de son vrai nom, Ouardia Bouchemlal, née le 9 Janvier 1926 à Ilmayen, dans la région d'Akbou (Petite Kabylie), est une chanteuse de musique traditionnelle kabyle. Toute petite, on l'envoyait faire paître le troupeau familial et elle se découvre un joli filet vocal dès l'âge de sept ans. La simple écoute d'un roulement de bendir la poussait à se précipiter sur les lieux de la fête. Mais en Kabylie, si on apprécie les musiciens ; on ne souhaite pas pour autant en avoir dans sa famille. Chérifa, très tôt orpheline de père et placée sous la tutelle de ses oncles après le remariage de sa mère, recevait des corrections sévères pour ses escapades musicales.
A l'âge de dix-huit ans, celle qui n'a jamais été scolarisée et qui a grandi pieds nus en mangeant un jour sur trois et sans presque rien, décide de quitter sa région natale et de vivre de sa vocation ailleurs. Dans le train qui la conduisait vers Alger, elle compose Abka Wala Khir ay Akbou « Adieu Akbou », le titre qui fera sa renommée et qui demeure toujours aussi populaire. Dans les années 40, elle chante à la radio en échange d'un cachet équivalant à 100 euros (somme énorme à l'époque) et s'impose rapidement comme la maîtresse du chant kabyle. Pendant des années, elle tourne un peu partout en Algérie et enregistre de nombreux morceaux, soit de sa composition, soit puisés dans le patrimoine folklorique. Tous des succès. Chérifa ne se souvient plus du nombre mais approximativement, elle compte plus de 800 chansons dans son répertoire. Cependant, elle n'a pas vraiment profité de son art : dépouillée par le fisc alors qu'elle ne touchait aucun droit d'auteur, elle arrête de chanter dans les années 70. Pour survivre, elle se retrouve à faire le ménage à la télévision algérienne, oubliée de tous pendant que ce temps, les grands artistes de son époque pillaient sans vergogne son répertoire. Ce n'est qu'au cours de la décennie suivante que les jeunes la redécouvrnt et la placent en tête d'affiche lors de tournées.
Chérifa n'a eu droit à la reconnaissance que tardivement. C'est la souffrance qui lui a inspiré ses chants tellement forts et traversés par une émotion indicible. Elle reste dans les mémoires comme la spécialiste des préludes (chouiq) et des chants d'amour (Ahiha). Les poèmes et les mélodies qu'elle compose s'inspirent des chansons traditionnelles mais aussi de sa propre expérience. Elle chante la vie sous tous ses aspects. Doyenne des chanteuses kabyles, Chérifa est aujourd'hui non seulement la porte-parole de plusieurs générations de femmes algériennes mais aussi, grâce à ses chants enflammés, la mémoire de tout un pays, une artiste incontournable, une authentique diva.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.