Météo.. Des pluies soutenues à l'Est    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à la doyenne des chanteuses kabyles
Ibn zeidoun, Jubilé de hadja Cherifa
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 02 - 2012

«Ô toi, dont j'ai partagé la joie, viens ! Rends-moi la joie que je t'ai donnée. Depuis longtemps, depuis trop longtemps. Nous étions sur le versant de l'ombre. Mais la lune vient d'éclore. Déjà, sa clarté nous inonde», psalmodiait Marguerite Taos Amrouche.
«Ô toi, dont j'ai partagé la joie, viens ! Rends-moi la joie que je t'ai donnée. Depuis longtemps, depuis trop longtemps. Nous étions sur le versant de l'ombre. Mais la lune vient d'éclore. Déjà, sa clarté nous inonde», psalmodiait Marguerite Taos Amrouche.
Ce genre de poèmes mystiques se retrouvent énormément dans les chants berbères. Il n'y a plus autant de femmes kabyles de nus temps qui les clamenmt, mais il reste la diva - El Hadja Cherifa - et elle en est remerciée.
Un jubilé en l'honneur d'El Hadja Cherifa a été organisé à la salle Ibn Zeydoun. Une pléiade d'artiste lui a ainsi rendu hommage, à l'image de l'orchestre de Kamel Mati. Il y a eu la projection d'un documentaire sur la vie de la diva, déclamation de poésies par Kamel Hamadi, la chanteuse Amel Zen, la chanteuse Mounia, la chorale féminine El Khalete. Chérifa, de son vrai nom, Ouardia Bouchemlal, née le 9 Janvier 1926 à Ilmayen, dans la région d'Akbou (Petite Kabylie), est une chanteuse de musique traditionnelle kabyle. Toute petite, on l'envoyait faire paître le troupeau familial et elle se découvre un joli filet vocal dès l'âge de sept ans. La simple écoute d'un roulement de bendir la poussait à se précipiter sur les lieux de la fête. Mais en Kabylie, si on apprécie les musiciens ; on ne souhaite pas pour autant en avoir dans sa famille. Chérifa, très tôt orpheline de père et placée sous la tutelle de ses oncles après le remariage de sa mère, recevait des corrections sévères pour ses escapades musicales.
A l'âge de dix-huit ans, celle qui n'a jamais été scolarisée et qui a grandi pieds nus en mangeant un jour sur trois et sans presque rien, décide de quitter sa région natale et de vivre de sa vocation ailleurs. Dans le train qui la conduisait vers Alger, elle compose Abka Wala Khir ay Akbou « Adieu Akbou », le titre qui fera sa renommée et qui demeure toujours aussi populaire. Dans les années 40, elle chante à la radio en échange d'un cachet équivalant à 100 euros (somme énorme à l'époque) et s'impose rapidement comme la maîtresse du chant kabyle. Pendant des années, elle tourne un peu partout en Algérie et enregistre de nombreux morceaux, soit de sa composition, soit puisés dans le patrimoine folklorique. Tous des succès. Chérifa ne se souvient plus du nombre mais approximativement, elle compte plus de 800 chansons dans son répertoire. Cependant, elle n'a pas vraiment profité de son art : dépouillée par le fisc alors qu'elle ne touchait aucun droit d'auteur, elle arrête de chanter dans les années 70. Pour survivre, elle se retrouve à faire le ménage à la télévision algérienne, oubliée de tous pendant que ce temps, les grands artistes de son époque pillaient sans vergogne son répertoire. Ce n'est qu'au cours de la décennie suivante que les jeunes la redécouvrnt et la placent en tête d'affiche lors de tournées.
Chérifa n'a eu droit à la reconnaissance que tardivement. C'est la souffrance qui lui a inspiré ses chants tellement forts et traversés par une émotion indicible. Elle reste dans les mémoires comme la spécialiste des préludes (chouiq) et des chants d'amour (Ahiha). Les poèmes et les mélodies qu'elle compose s'inspirent des chansons traditionnelles mais aussi de sa propre expérience. Elle chante la vie sous tous ses aspects. Doyenne des chanteuses kabyles, Chérifa est aujourd'hui non seulement la porte-parole de plusieurs générations de femmes algériennes mais aussi, grâce à ses chants enflammés, la mémoire de tout un pays, une artiste incontournable, une authentique diva.
Ce genre de poèmes mystiques se retrouvent énormément dans les chants berbères. Il n'y a plus autant de femmes kabyles de nus temps qui les clamenmt, mais il reste la diva - El Hadja Cherifa - et elle en est remerciée.
Un jubilé en l'honneur d'El Hadja Cherifa a été organisé à la salle Ibn Zeydoun. Une pléiade d'artiste lui a ainsi rendu hommage, à l'image de l'orchestre de Kamel Mati. Il y a eu la projection d'un documentaire sur la vie de la diva, déclamation de poésies par Kamel Hamadi, la chanteuse Amel Zen, la chanteuse Mounia, la chorale féminine El Khalete. Chérifa, de son vrai nom, Ouardia Bouchemlal, née le 9 Janvier 1926 à Ilmayen, dans la région d'Akbou (Petite Kabylie), est une chanteuse de musique traditionnelle kabyle. Toute petite, on l'envoyait faire paître le troupeau familial et elle se découvre un joli filet vocal dès l'âge de sept ans. La simple écoute d'un roulement de bendir la poussait à se précipiter sur les lieux de la fête. Mais en Kabylie, si on apprécie les musiciens ; on ne souhaite pas pour autant en avoir dans sa famille. Chérifa, très tôt orpheline de père et placée sous la tutelle de ses oncles après le remariage de sa mère, recevait des corrections sévères pour ses escapades musicales.
A l'âge de dix-huit ans, celle qui n'a jamais été scolarisée et qui a grandi pieds nus en mangeant un jour sur trois et sans presque rien, décide de quitter sa région natale et de vivre de sa vocation ailleurs. Dans le train qui la conduisait vers Alger, elle compose Abka Wala Khir ay Akbou « Adieu Akbou », le titre qui fera sa renommée et qui demeure toujours aussi populaire. Dans les années 40, elle chante à la radio en échange d'un cachet équivalant à 100 euros (somme énorme à l'époque) et s'impose rapidement comme la maîtresse du chant kabyle. Pendant des années, elle tourne un peu partout en Algérie et enregistre de nombreux morceaux, soit de sa composition, soit puisés dans le patrimoine folklorique. Tous des succès. Chérifa ne se souvient plus du nombre mais approximativement, elle compte plus de 800 chansons dans son répertoire. Cependant, elle n'a pas vraiment profité de son art : dépouillée par le fisc alors qu'elle ne touchait aucun droit d'auteur, elle arrête de chanter dans les années 70. Pour survivre, elle se retrouve à faire le ménage à la télévision algérienne, oubliée de tous pendant que ce temps, les grands artistes de son époque pillaient sans vergogne son répertoire. Ce n'est qu'au cours de la décennie suivante que les jeunes la redécouvrnt et la placent en tête d'affiche lors de tournées.
Chérifa n'a eu droit à la reconnaissance que tardivement. C'est la souffrance qui lui a inspiré ses chants tellement forts et traversés par une émotion indicible. Elle reste dans les mémoires comme la spécialiste des préludes (chouiq) et des chants d'amour (Ahiha). Les poèmes et les mélodies qu'elle compose s'inspirent des chansons traditionnelles mais aussi de sa propre expérience. Elle chante la vie sous tous ses aspects. Doyenne des chanteuses kabyles, Chérifa est aujourd'hui non seulement la porte-parole de plusieurs générations de femmes algériennes mais aussi, grâce à ses chants enflammés, la mémoire de tout un pays, une artiste incontournable, une authentique diva.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.