Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
Sidi Ahmed Benyoucef (5e partie)
Publié dans Info Soir le 17 - 05 - 2004

Résumé de la 4e partie La tradition populaire attribue à Sidi Ahmed Benyoucef de nombreux miracles.
Parmi les miracles qu'il a réalisés, on cite la multiplication de la nourriture ; il lui suffisait, dit-on, de toucher le pain ou un plat pour qu'il augmente de volume ou se multiplie. Il pouvait de la sorte, avec peu d'aliments, nourrir un grand nombre de personnes.
Son élève et biographe Al-Sabagh rapporte un de ses miracles, dont lui-même a bénéficié. Un jour, le cheikh lui dit qu'il allait déjeuner chez lui, en compagnie de trois personnes. Al-Sabagh fait donc préparer un repas pour quatre invités.
Mais en se rendant chez Al-Sabagh, quelques personnes suivent Ahmed Benyoucef pour l'entendre parler. Dans chaque quartier où il passe, d'autres personnes se joignent à lui, si bien que c'est une foule qui arrive au domicile de leur hôte. Celui-ci est effrayé en voyant autant de monde à sa porte. «Maître, dit-il à Benyoucef, ces gens ont-ils l'intention d'entrer chez moi ?
? Tu ne vas pas les renvoyer !» s'indigne Benyoucef. Mais il comprend aussitôt la cause de l'inquiétude de son élève.
«Ne crains rien, lui dit-il, donne-nous ce que tu as préparé et uniquement cela !»
Al-Sabbagh sert donc le repas qu'il a fait préparer : un repas pour quatre personnes, mais plus de cent hommes vont en manger à satiété et, à leur départ, il restera de la nourriture par la baraka de Sidi Ahmed Benyoucef.
Ahmed Benyoucef avait beaucoup de disciples et tous affirmaient vouloir le servir, voire mourir pour lui.
«Vous acceptez de vous sacrifier pour moi ? leur disait-il avec ironie.
? Oui, sidi !», répondaient-ils en ch?ur.
Un jour, il décide de tester leur fidélité. C'est l'Aïd el-kébir et, après la prière, les gens s'apprêtent à égorger leurs moutons. Ahmed Benyoucef réunit ses disciples ? une grande foule d'hommes et de femmes ? et leur dit d'attendre devant la porte d'un hangar. Il appelle un premier, ferme la porte derrière lui et, quelques instants après, on voit un filet de sang s'écouler à l'extérieur. Un vent de panique s'empare de la foule : Sidi Ahmed Benyoucef vient d'égorger son disciple. Le saint apparaît sur le seuil de la porte et appelle un autre disciple.
«Es-tu prêt à te sacrifier pour moi ? lui demande-t-il.
? Oui», dit le disciple.
Il entre dans le hangar, la porte se referme derrière lui. Un autre filet de sang sort de nouveau.
«Il l'a égorgé ! crie-t-on. Il va tous nous égorger, le cheikh est devenu fou !»
Les disciples se dispersent aussitôt, craignant de subir le même sort. Seuls sept hommes et trois femmes ont accepté d'entrer dans le hangar.
En fait, le saint n'a fait qu'égorger des moutons et il faisait sortir ses disciples par une porte dérobée. Ces fidèles d'entre les fidèles ont reçu le nom de madhbuh'in, les «immolés». (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.