Belaid appelle à une participation massive au référendum sur le projet d'amendement de la Constitution    Campagne référendaire: jeter les bases "d'une nouvelle ère" pour une "Algérie nouvelle"    Le paiement des droits de raccordement des projets agricoles et micro-entreprises reporté    Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tempérament méditerranéen
Publié dans Info Soir le 11 - 05 - 2013

Préjugé - Il est vrai que selon l'idée reçue, l'Algérien ne rit pas ou rarement, il affiche une mine renfrognée, il est toujours râleur.
Mais cet avis ne fait pas l'unanimité. Mahboub Racim, gérant de BroShig events, organisateur de «Algé'rire», premier festival du rire qui a eu lieu, du 30 avril au 3 mai, à Alger, soutient fermement l'idée que l'Algérien rit et, de surcroît, possède un sens de l'humour particulier.
«Pas du tout, au contraire, je pense que l'Algérien rit beaucoup, il rit de lui-même déjà, il rit de ce qui l'entoure, il n'y a qu'à voir le dialecte algérien, ces petits mots, ces petites phrases qui le composent, il est plein d'humour, truffé de dérision ; l'Algérien rit beaucoup, il cherche toujours à trouver de nouvelles choses pour encore rire plus», estime-t-il.
Cet avis va alors à l'encontre du stéréotype usuel que l'Algérien ne rit pas et, en même temps, il contredit l'idée que ce dernier n'est pas de tempérament à plaisanter et à blaguer.
«Je dirais que l'Algérien est très spécial», souligne Mahboub Racim, pour qui «la première qualité des Algériens, c'est bien qu'ils adorent rigoler, blaguer». «Moi qui ai fait le tour du monde, je dirai que l'Algérien a un caractère spécial dans le sens positif, et c'est une énergie qu'on peut exploiter, car elle peut donner beaucoup de choses et dans plusieurs domaines, pas seulement dans le rire.»
L'Algérien rit, il rit beaucoup même. D'où cette question : ce dernier a-t-il le sens de l'humour ? «Beaucoup», répond Mahboub Racim, et de renchérir : «Il n'y a qu'à voir ce qui sort dans les réseaux sociaux : les blagues, les petites vannes, les dessins ; il n'y a qu'à voir aussi dans les discussions, dans le quotidien. Je pense que l'Algérien non seulement rit, mais il a beaucoup d'humour, même s'il peut être, parfois, très extrême dans son humour.»L'Algérien est, en outre, réceptif à l'humour des autres. «Il n'y avait qu'à voir lors de ‘'Algé'rire'', le public a chaleureusement accueilli les humoristes internationaux. Ils étaient nombreux à assister à leur show. Le public s'est montré attentif, très réceptif aux blagues et aux vannes. Il a assimilé les blagues les plus subtiles, et dans d'autres cultures. C'est pour dire, à coup sûr, que l'Algérien a vraiment le sens de l'humour et aime, en conséquence, rire, voire beaucoup rire. C'est d'ailleurs dans sa nature. En plus, il ne faut pas oublier qu'il est Méditerranéen, et le Méditerranéen est connu pour sa bonne humeur.» Du rire, de l'humour, d'où l'autre question : a-t-on une culture du rire ? « Non, elle n'existe pas par rapport à la culture elle-même », regrette-t-il, et de poursuivre : «Il faut savoir que la culture ça se préserve, ça se construit, malheureusement, les théâtres sont vides ou bien fermés ou mal exploités. Aujourd'hui, notre culture du rire n'est pas pleinement exploitée. Cela est dû peut-être à la décennie noire, ces années de malheur qu'e nous avons connues. Il y a plein de graines d'humoristes, sauf qu'il leur faut une plateforme. On peut faire beaucoup de choses pour l'humour algérien si les organismes et les producteurs y mettent un petit peu d'eux-mêmes.»
- Si l'on compare effectivement les deux générations, l'ancienne et la nouvelle, la différence est frappante, évidente ; celle d'aujourd'hui contraste avec celle d'hier. Les acteurs et actrices d'avant savaient faire de l'humour ; ils étaient professionnels ; ils avaient l'art de l'improvisation, donc de créer naturellement des situations comiques ; à eux seuls, ils incarnaient le comique, voire l'humour et dans leur physique et dans leur manière de parler et dans leur attitude ; ils composaient la moitié du scénario. En revanche, les nouveaux comédiens sont loin d'avoir toutes ces propriétés. Ainsi, les deux générations n'ont rien à voir l'une avec l'autre et pour cause, il n'y a pas eu de continuité ; la nouvelle génération ne descend pas de l'ancienne, elle n'est pas l'héritière de cet humour transmis, développé d'une génération à l'autre ; il n'y pas eu de relève ; et s'il n'y a pas eu de continuité, c'est parce qu'il y a eu, dans les années 1990, rupture ; ces nouveaux comédiens sont issus des années 2000, ces années qui ne constituent pas une suite de ces décennies passées où l'expérience, l'art et le savoir-faire se transmettaient de maîtres à disciples, où le travail était, à chaque génération, cultivé, peaufiné, développé, davantage professionnalisé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.