Installation des nouveaux président et procureur général à la Cour de justice d'El-Bayadh    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Belkecir risque le peloton d'exécution    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Installation du nouveau président de la Cour de justice de Constantine    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE GRADUELLE DES PLAGES : Toutes les conditions sont réunies à Mostaganem    Lutte contre le Covid-19: Tebboune loue les efforts de certains walis    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    10 millions de ventes pour RAV4    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pléthore de modèles d'ici 2022    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Expo collective «Al- Tiba9» : Le corps, l'espace et le temps...
Publié dans Info Soir le 01 - 10 - 2014

Performance ■ Elle se tient au centre culturel Mustapha Kateb, et ce, à l'initiative de l'établissement Arts et Culture. L'exposition, qui est un montage d'une grande inspiration, a pour titre «Al Tiba9».
L'exposition, proposée par le collectif Aswad, étonne et captive selon la proposition artistique de chaque créateur ayant collaboré à l'événement de l'art performance.
Madame Mazia Diab, une des organisatrices avec Mohamed Benhadj, tous deux artistes performeurs, explique la maîtrise de la perfor-mance comme étant «un rapport à l'imaginaire d'un art sociétal qui implique le spectateur. Cet art qui peut être également l'art de la rue, est une interaction entre l'artiste et l'autre...»
Deux films de 10mn chacun dont la valeur esthétique est sans conteste, suscitent l'intérêt des visiteurs. Il sont de Mohamed Benhadj, en noir et blanc, où l'on voit un jeune noir ahanant, tracter des blocs de pierres à l'aide d'attaches le long de la Sablette. Entre les deux voies de circulation de la Moutonnière, un passage de délimitation sert de support scénique. Le corps penché, le dos courbé, l'acteur provisoire joue le rôle de l'esclave des temps modernes. La scène dénonce et interpelle. Elle paraît interminable par le choix du thème et son évolution en lenteur, ce qui dégage un sentiment de révolte chez le spectateur face au joug imposé à certains êtres humains.
Contrairement à Benhadj, Alessandra Fofanno, artiste italienne et danseuse de ballet dans la ville de Venise, offre un tout autre registre de performance : un film de 10mn où la chorégraphe nous emporte à travers l'art de la danse classique. Le thème se rapporte aux quatre passages de l'existence d'un être humain. L'enfance, l'adolescence, l'âge adulte et la fin de vie. Le site antique choisi pour cette performance accroît la beauté des mouvements des ballerines. Aériens, lyriques, les mouvements du corps entre balancement et mobilité des bras et des jambes subjuguent en donnant cette impression de légèreté comme si on effleurait à peine le sol. Royale, Alessandra Fofanno achève la performance.
Abdou Charef, autodidacte présente une toile présentant un être androgyne sorti de son imaginaire. Une remise en cause des canons de la beauté féminine ? L'interprétation du tableau revient à chacun, de la manière dont il le ressent.
Dans l'eposition «Al-Tiba 9», il y a également Narimane Ghoulamellah et Adlane Samet, qui présentent pour la première deux tableaux où la chaussure peut intégrer la sensibilité créative et picturale. Quant au second, c'est l'éclatement des rêves d'enfance avec des figures utopiques.
Du côté des artistes étrangers présents à cette expo-performance on peut citer Guilbert Rosales, Cristina Otéro et Albert Coma Bau. Ce dernier révèle un art inspiré de Michel- Ange. Ces tableaux de grandes dimensions, presque des fresques au crayon et à l'encre, rappelant le coup de main de Michel-Ange n'ont pas laissé indifférent.
On laissera le dernier à Mazia Diab : «Il ne s'agit pas pour moi d'expliquer l'art de chacun, la performance suscite des interrogations au public de réagir selon sa perception et son émotion...»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.