ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Expo collective «Al- Tiba9» : Le corps, l'espace et le temps...
Publié dans Info Soir le 01 - 10 - 2014

Performance ■ Elle se tient au centre culturel Mustapha Kateb, et ce, à l'initiative de l'établissement Arts et Culture. L'exposition, qui est un montage d'une grande inspiration, a pour titre «Al Tiba9».
L'exposition, proposée par le collectif Aswad, étonne et captive selon la proposition artistique de chaque créateur ayant collaboré à l'événement de l'art performance.
Madame Mazia Diab, une des organisatrices avec Mohamed Benhadj, tous deux artistes performeurs, explique la maîtrise de la perfor-mance comme étant «un rapport à l'imaginaire d'un art sociétal qui implique le spectateur. Cet art qui peut être également l'art de la rue, est une interaction entre l'artiste et l'autre...»
Deux films de 10mn chacun dont la valeur esthétique est sans conteste, suscitent l'intérêt des visiteurs. Il sont de Mohamed Benhadj, en noir et blanc, où l'on voit un jeune noir ahanant, tracter des blocs de pierres à l'aide d'attaches le long de la Sablette. Entre les deux voies de circulation de la Moutonnière, un passage de délimitation sert de support scénique. Le corps penché, le dos courbé, l'acteur provisoire joue le rôle de l'esclave des temps modernes. La scène dénonce et interpelle. Elle paraît interminable par le choix du thème et son évolution en lenteur, ce qui dégage un sentiment de révolte chez le spectateur face au joug imposé à certains êtres humains.
Contrairement à Benhadj, Alessandra Fofanno, artiste italienne et danseuse de ballet dans la ville de Venise, offre un tout autre registre de performance : un film de 10mn où la chorégraphe nous emporte à travers l'art de la danse classique. Le thème se rapporte aux quatre passages de l'existence d'un être humain. L'enfance, l'adolescence, l'âge adulte et la fin de vie. Le site antique choisi pour cette performance accroît la beauté des mouvements des ballerines. Aériens, lyriques, les mouvements du corps entre balancement et mobilité des bras et des jambes subjuguent en donnant cette impression de légèreté comme si on effleurait à peine le sol. Royale, Alessandra Fofanno achève la performance.
Abdou Charef, autodidacte présente une toile présentant un être androgyne sorti de son imaginaire. Une remise en cause des canons de la beauté féminine ? L'interprétation du tableau revient à chacun, de la manière dont il le ressent.
Dans l'eposition «Al-Tiba 9», il y a également Narimane Ghoulamellah et Adlane Samet, qui présentent pour la première deux tableaux où la chaussure peut intégrer la sensibilité créative et picturale. Quant au second, c'est l'éclatement des rêves d'enfance avec des figures utopiques.
Du côté des artistes étrangers présents à cette expo-performance on peut citer Guilbert Rosales, Cristina Otéro et Albert Coma Bau. Ce dernier révèle un art inspiré de Michel- Ange. Ces tableaux de grandes dimensions, presque des fresques au crayon et à l'encre, rappelant le coup de main de Michel-Ange n'ont pas laissé indifférent.
On laissera le dernier à Mazia Diab : «Il ne s'agit pas pour moi d'expliquer l'art de chacun, la performance suscite des interrogations au public de réagir selon sa perception et son émotion...»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.