Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La lecture publique
Une situation préoccupante
Publié dans Info Soir le 09 - 09 - 2004

Déclin Alors qu?elle était dans le temps largement répandue, la passion pour la lecture publique a tendance à se perdre : le lectorat n?existe quasiment plus.
A Blida, à titre d?exemple, les bibliothèques et salles de lecture relevant de centres culturels et maisons de jeunes, selon le directeur de la culture de la wilaya, disposent d'un fonds documentaire constitué de quelque 30 000 ouvrages en arabe et en français, toutes disciplines confondues.
Conçues initialement pour être de véritables centres de rayonnement culturel, ces bibliothèques ont été progressivement délaissées ou reconverties en simples salles de lecture où les élèves viennent réviser leurs cours ou faire leurs devoirs.
Cette faible fréquentation des bibliothèques, ou plutôt de ce qu'il en reste, et le peu d'engouement constaté chez les jeunes pour la culture en général, relève de plusieurs facteurs. Il y a tout d'abord cet environnement social peu favorable au développement de l'activité culturelle, mais aussi et surtout l'état lamentable de ces bibliothèques, la pauvreté du fonds documentaire dont elles disposent ainsi que l'attraction chaque jour plus grande des jeunes pour les salles de jeux et cybercafés qui se sont multipliés ces dernières années.
S'agissant de la dotation des centres culturels et autres maisons de jeunes de l'outil culturel indispensable à leur épanouissement et à leur rayonnement, le responsable de la culture de la wilaya a mis en exergue la faiblesse ou l'absence de subventions pour enrichir les fonds documentaires des bibliothèques.
Le premier responsable du secteur a également indiqué qu'aucune action concrète n'a été entreprise pour la réhabilitation du livre.
Cependant, les librairies, qui ont proliféré ces dernières années dans la ville des Roses, exploitent ce «vide» en offrant aux lecteurs et aux universitaires un espace livresque de plus en plus étoffé, en arabe et en français, aussi bien pour la lecture de divertissement et d'évasion que pour les ouvrages scientifiques et techniques. Les férus de lecture, qu'ils soient adeptes de science-fiction ou de littérature arabe, française ou anglaise, s'approvisionnent auprès des librairies qui ont foisonné dans une ville où l'espace de lecture se rétrécit de plus en plus devant l'avancée du cyberespace. A Oran, en revanche, l?on enregistre une amélioration chez les élèves de certains quartiers qui, peu à peu, commencent à nourrir une passion pour la lecture. Le mérite revient à une jeune association, Le petit lecteur, créée il y a quelques années, qui ?uvre pour la promotion du livre et la vulgarisation de la lecture. Son champ d?action est l?école.
Les membres de cette association, munis d?une valise pleine de livres, vont dans les écoles et invitent les élèves à venir eux-mêmes choisir le type de lecture appropriée à leur tempérament et à leur imaginaire. La caractéristique de cette association consiste donc à donner la liberté aux élèves de lire ce qui les inspire, et l?on peut dire que cette démarche réussit.
Toutefois, malgré les efforts de l?association, la lecture reste déficitaire en raison de l?absence d?une politique de promotion qui opère efficacement et à grande échelle à travers tout le territoire national. En conséquence, ce plaisir de lire tend à disparaître.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.