Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Entre appuis et critiques : Avis mitigés sur le PLF 2019 à l'APN    Conférence sur la Libye Ouyahia prend part à Palerme à une réunion restreinte    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Début du stage des Eperviers à Lomé    Atal dans l'équipe type de la 13e journée    Dernière mission d'inspection de la CAF au Cameroun avant la décision finale    Refus des visas par les consulats français en Algérie    «La wilaya doit s'intégrer dans la stratégie nationale du développement écologique»    Lancement des premières récoltes de safran    Augmentation des ventes de bonbonnes de gaz à 30.000 unités/jour dans 3 wilayas de l'ouest du pays    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Décès de la légende américaine Stan Lee    Selon le FMI : Le PIB de l'Algérie s'établirait à 188 mds de dollars    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    Artisanat à Guelma: Plus de 18.000 emplois créés dans le secteur    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le bon dos des «migrants»    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Benflis s'en félicite    Jil FCE optimiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Ouargla : Sensibilisation sur le montage de projets Ansej    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Equipe nationale: Début de stage dans une ambiance détendue    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Incertitudes    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les Amants de Padovani»* de Youcef Dris
Dahmane et Amélie, un amour pathétique
Publié dans Info Soir le 21 - 09 - 2004

Evocation Youcef Dris, auteur des Amants de Padovani, nous plonge irrésistiblement dans un maelström de réminiscences passionnelles grâce à une écriture incisive, concise et précise.
Son roman, à la fois émouvant et déchirant, nous interpelle au détour d?une rue, d?une ruelle ou d?une petite venelle du populeux quartier de Belcourt et de la rue d?Isly en ce début du XXe siècle. Le roman de Youcef Dris nous rappelle à l?ordre pour méditer sur l?amour idyllique de Dahmane et d?Amélie. Un amour fou, terrible et envahissant, qui finira par imposer sa raison d?être dans une Algérie stigmatisée par un siècle de colonialisme nourri à la mamelle de l?indigénat scélérat. Comme dans un mauvais conte de fées, Dahmane quitte son village de Kabylie, à la mort de son père en compagnie de sa mère et de sa grand-mère Fatma, pour Alger. Ce fut un tournant décisif dans la vie de Dahmane qui va alors vivre des moments intenses auprès d?Amélie. Il ne la quittera plus, jusqu?à la mort tragique de celle qui allait porter plus tard son enfant.
Ce fut d?abord «l?apprentissage» du petit Dahmane des us et coutumes des «roumis» auprès de la famille de maître Démontes, qui habitait la rue d?Isly. Acculé par sa fille Amélie, Me Démontes inscrira «Dédé» à l?école maternelle, primaire et secondaire, toujours en compagnie d?Amélie. Ensemble, ils décrochent le baccalauréat dans les année trente.
Et c?est le basculement. Vacances à St-Raphaël et à Aix-en-Provence, chez les grands-parents d?Amélie, qui accueilleront le «petit indigène», ami indéfectible de leur petite-fille. A St-Raphaël, c?est l?éclatement au grand jour de l?amour entre Dahmane et Amélie.
Retour à Alger et vacances prolongées à la villa de Me Démontes, à Pointe Pescade. Les sorties de Dédé et d?Amélie à la plage Padovani font déjà jaser les pieds-noirs.
Sombre histoire pour une pathétique liaison d?amour ardent entre l?«indigène» et la pied-noir. Ce sera le commencement de la fin, sur fond d?apartheid colonial.
La grand-mère de Dahmane est impitoyablement chassée de son poste de servante par Me Démontes, au bout de quinze années de bons et loyaux services. Dahmane, injustement accusé de meurtre, est jeté en prison par le père d?Amélie. Amélie, enceinte, est en exil forcé à St-Raphaël où elle mourra en donnant naissance à un garçon?
Le roman de Youcef Dris est ponctué de scènes insoutenables sur cette période précise de l?entre-deux guerres. Le lecteur est assuré de recevoir une charge émotionnelle incommensurable.
Les Amants de Padovani, un roman à lire absolument.
* Youcef Dris, Les Amants de Padovani, 142 pages, éditions Dalimen, Alger 2004


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.