Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Ould Kaddour dans le collimateur    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HistoireS étranges : Les meurtres de Ratcliff Highway 2e partie
Publié dans Info Soir le 30 - 10 - 2016

Résumé de la 1re partie n A la recherche d'un mobile, les enquêteurs optèrent pour l'hypothèse d'une vengeance. A l'étage, ils découvrirent une lourde masse couverte de sang, de toute évidence l'arme des meurtres.
Cornelius Hart, un charpentier ayant travaillé chez les Marr dans les jours précédents, fut interrogé mais nullement inquiété…Le frère de Marr fut inquiété quelque temps, une rumeur publique l'accusant d'être en froid avec son frère, mais finalement innocenté…Une servante, limogée peu avant par Marr, fut également interrogée mais il apparut qu'elle n'avait pas les moyens de commettre les meurtres…Douze jours après la tuerie des Marr, une seconde série de meurtres fut perpétrée au sein de la King's Arms Tavern, au 81 New Gravel Lane (aujourd'hui Garnet street), soit à quelques dizaines de mètres à peine du lieu de la première attaque. Les victimes furent John Williamson, 56 ans et propriétaire de la taverne, Elizabeth, sa femme de 60 ans, et Briget Anna Harrington, une servante d'une cinquantaine d'années. Plus tôt dans la nuit, Williamson avait averti un policier du fait qu'il avait aperçu un homme vêtu de brun rôder près de la taverne. Quelques heures plus tard, des voisins de la taverne entendirent crier au meurtre et virent un individu descendre du second étage de l'établissement à l'aide de draps noués. L'individu en question était un nommé John Turner, un journalier engagé par Williamson huit mois auparavant. La foule pénétra dans la taverne et découvrit le corps de Williamson à l'entrée de la cave. Une barre de fer reposait à ses côtés. La victime présentait de grosses blessures à la tête et avait été égorgée. Il apparut rapidement que la barre de fer avait servi à battre Williamson. Elizabeth Williamson et sa servante furent découvertes dans une pièce de séjour, défigurées par les coups et égorgées. La petite-fille de 14 ans des Williamson, Catherine Stillwell, fut retrouvée indemne à l'étage. Elle fut incapable d'expliquer ce qui s'était passé au rez-de-chaussée. Des témoins parlèrent d'un homme de petite taille qui avait été aperçu près de la taverne. Il apparut qu'un soupirail avait été forcé par le ou les tueurs. Il apparut également, sur la base de traces sanglantes, que le criminel avait pris la fuite par une fenêtre. Le chemin qu'utilisa le tueur pour prendre la fuite, estimé sur la base de traces de pas boueuses, parut très similaire à celui utilisé après le meurtrier des Marr. Aucun lien ne fut établi entre les Williamson et les Marr et le mobile de la seconde tuerie demeura mystérieux. On opta pour le vol, en désespoir de cause, car il apparut qu'une montre de Williamson avait disparu. Un individu fut arrêté peu après les meurtres car ses vêtements présentaient des traces comparables à celles laissées par du sang. Les tests sanguins n'existant pas à l'époque, la piste n'aboutit pas. Des témoins signalèrent le comportement suspect de deux hommes, un de grande taille et un plus petit, mais la piste ne put être suivie. En désespoir de cause, une récompense de 100 guinées fut proposée en échange d'informations utiles. 
A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.