La CAPC salue la volonté de l'Etat de réviser l'accord commercial Algérie-UE    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    L'Algérie peut jouer "un rôle très important pour assurer la sécurité et la paix dans la région"    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Un SUV électrique sur les tablettes    Savoir lire les indices d'un pneu    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Neghiz face à la presse    Levée progressive du gel sur les projets du secteur de la santé    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Zones d'ombre: l'Etat déterminé à concrétiser les projets dans les meilleurs délais    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Prorogation des promotions au 30 septembre    Condoléances    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    STABLE ET DURABLE    Les souscripteurs AADL protestent    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Les non-dits    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Chlef: Mener les projets à bon port    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Bovins et crocodiles    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cela s?est passe un jour / Aventures, drames et passions celebres
Le radeau de «La Méduse» (11e partie)
Publié dans Info Soir le 29 - 04 - 2005

Résumé de la 10e partie Il ne reste pas moins de cinquante personnes sur les cent cinquante-deux qui, au départ, ont pris place sur le radeau de «La Méduse». Les uns sont morts au cours des mutineries, les autres ont péri noyés. Des survivants se nourrissent de chair humaine?
Le quatrième jour, le radeau traverse un banc de poissons volants. Les naufragés vont en attraper plusieurs dizaines. Ils font sécher de la poudre à fusil qu?ils ont retrouvée le matin et, avec de l?amadou et un briquet, ils parviennent à allumer un feu dans un baril vide où ils entassent du linge. Ainsi ils arrivent à faire cuire les poissons, et certains en profitent pour faire rôtir des morceaux de chair humaine? Tous les rescapés, même les plus horrifiés, vont en manger. Plus personne, désormais, ne regardera avec dégoût cette terrifiante nourriture. On sera même obligé de la consommer crue, le baril dans lequel on fait rôtir la chair ayant pris feu.
Cependant, le radeau n?en a pas fini avec les mutineries. Un groupe d?individus, voulant s?emparer du sac accroché au mât et contenant l?argent et les bijoux des naufragés, s?élance, armes au poing, contre les autres rescapés qui parviennent à les repousser. Il y a encore des morts?
Il ne reste plus désormais que trente personnes à bord du radeau.
Le cinquième jour, les rescapés, les vêtements en haillons, les cheveux et la barbe hirsutes, le corps recouvert de blessures et d?ulcères, sont dans un piteux état. Ceux qui ne peuvent pas se tenir debout sont assis, dans l?eau, parfois, à bout de force, les uns entassés sur les autres. Beaucoup sont inconscients et délirent, appelant leurs parents, leurs épouses ou leurs enfants. Ceux qui sont encore conscients scrutent l?horizon dans l?espoir d?apercevoir un navire.
Le sixième jour n?apporte rien de nouveau. Ceux qui espèrent toujours être secourus ont calculé que leurs collègues des canots sont parvenus à Saint Louis du Sénégal et qu?ils ont envoyé des secours. Des navires doivent être à leur recherche?
Le septième jour, deux soldats s?approchent du seul baril de vin qui reste et le percent. On s?en rend compte et on les arrête. Ils sont aussitôt jugés, condamnés et précipités dans la mer. Le même jour, le plus jeune passager du radeau, un mousse d?une douzaine d?années, meurt.
Le huitième jour, il ne reste plus que vingt-sept survivants. Une douzaine, dévorée par la fièvre, complètement épuisée, ne se lève plus. Les quinze autres se réunissent et délibèrent : leurs compagnons, constituant une charge pour eux, sont condamnés. On décide donc de les sacrifier pour donner plus de chance aux autres de survivre.
Un soldat et un marin vont se charger d?exécuter cette terrible décision. Les malheureux, parmi lesquels la seule femme du groupe, une cantinière restée avec son époux, sont précipités dans l?eau. Ils sont aussitôt happés par des requins qui suivent depuis un certain temps le radeau?
Il ne reste plus maintenant qu?une quinzaine de personnes à bord. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.