réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une ville, une histoire
Tin Hinan, reine du désert (4e partie)
Publié dans Info Soir le 21 - 11 - 2005

Résumé de la 3e partie n Tin Hinan et Takama, venues de l?ouest du Maghreb, poursuivent leur périple dans le désert?
Un matin, elles parviennent enfin à destination. La masse sombre de l?Ahaggar jaillit brusquement, au détour d?une dune.
? C?est là, dit Takama.
La région ne paraît pas aussi désolée qu?elle paraît. Il y a de nombreux points d?eau, notamment dans la vallée de l?Atakor ; si certaines sources ne coulent que de façon périodique, d?autres, au contraire, ne tarissent jamais. De l?eau, on en trouve aussi dans les agelmam, sortes de réservoirs creusés dans les anfractuosités des rochers ; quant aux lits d?oued, il suffit d?y pratiquer des trous ? ou, comme disent les hommes du désert des abankor ? pour parvenir au précieux liquide.
La faune est variée et peut procurer, à qui sait chasser, un précieux gibier. A l?époque de Tin Hinan, il y a plusieurs siècles, les antilopes et les gazelles abondaient. Elles fournissaient non seulement de la viande, mais aussi du cuir et leurs os servaient à fabriquer des armes et des ustensiles. Les mouflons vivent en troupeaux dans les monts. Ce sont de grandes bêtes aux cornes recourbées comme celles des béliers, mais en plus long et en plus épais. Il est particulièrement aisé de les chasser car ils se réfugient dans des cavernes où on peut les suivre et les tuer sans difficulté. L?autruche, aujourd?hui disparue, fournit surtout les ?ufs, aliment appréciable mais aussi récipient, sans oublier les plumes qu?on peut utiliser comme élément de parure. Il y a aussi le petit gibier comme la gerboise, le porc-épic et le hérisson, qui peuvent fournir un complément aux aliments de base.
Quant à la flore, elle comporte de nombreuses plantes comestibles?
Le pays semble désert, mais Tin Hinan découvre qu?une peuplade y habite. Il s?agit des Isebeten, que la tradition présente comme des hommes très frustes, voire primitifs, qui allaient presque nus et ne connaissaient aucune industrie. La tradition targuie rapporte qu?ils possédaient un langage articulé qui ressemblait au touareg, mais qui en différait parce que c?était «un langage primitif et grossier». Les sources égyptiennes mentionnent cette population du temps de Ramsès III, au XIIe siècle avant J.-C. Les mêmes sources ne disent pas grand-chose de ces populations, mais si les Egyptiens les connaissaient, cela signifie qu?ils avaient des contacts avec elles et que leur territoire s?étendait jusqu?aux frontières du pays des pharaons.
C?est aux Isebeten qu?il faut sans doute attribuer les écritures sahariennes anciennes qui rappellent les écritures targuies, mais que les Touareg d?aujourd?hui ne déchiffrent pas.
Dans la tradition des Touareg, les Isebeten sont encore des idolâtres ; on ne dit pas quel culte ils pratiquaient, mais cette caractéristique est, pour les hommes d?aujourd?hui, un signe supplémentaire de grossièreté et d?arriération. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.