Production locale d'insuline: 50% des besoins nationaux couverts dès 2023    Commerce: 897 tonnes de bananes saisies en 11 mois    Partenariat algéro-américain pour la production de câbles électriques    Lutte contre le terrorisme: L'Algérie intensifie ses initiatives en Afrique    L'Allemagne face à son histoire    Pendules à l'heure africaine    ASO Chlef: L'entraîneur Lyamine Bougherara démissionne    Mondial foot 2022: le bal des nouveaux «hypocrites»    Ligue 2 - Centre-Ouest: Déplacement favorable pour l'ESM, les dauphins en péril    Tribunal de Dar El Beida: Ferhat M'henni condamné à la perpétuité    Ouargla: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Biskra: 2,3 kg de cocaïne saisis    Xi Jinping a rencontré, hier, des dirigeants arabes    26000 combattants à réintégrer    Le président béninois appelle à une action concertée    Le récit d'un duel alimentaire    Loukal poursuivi encore pour «espionnage»    Les engagements de Bouslimani    Mercato, le rétropédalage    Début des travaux intérieurs    Nuit de peur à Oued Smar    Les jeunes du FFS reprennent le flambeau    Mobilisation autour de l'Etat national    «L'Algérie a dépassé l'étape critique»    Fauché par un train    Le «thon»...c'est de l'argent!    Tebboune «unit» l'Afrique    Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental    Documentaire sur le moudjahid Ramdane Djamel    Des monologues présentés en «hors compétition»    M. Benabderrahmane reçu à Riyad par le président chinois    Le Président Tebboune appelle à poursuivre le combat contre la corruption    Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural reçu par le vice-président de la République de Côte d'Ivoire    Le FFS tient son 6e congrès national    Foot/ Ligue 2 : l'AS Khroub chute à Skikda, l'USM Annaba rejoint l'US Souf au 2e rang    Le renforcement des relations entre le Monde arabe et la Chine contribuera à l'émergence d'un monde multilatéral    Lamamra s'entretient avec le Commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'UA    Coup d'envoi samedi de la 10e édition de la coupe d'Algérie de football des détenus    Pluies orageuses sur l'est du pays à partir de vendredi soir    Tribunal de Dar El Beida : le chef du mouvement terroriste "MAK" condamné à perpétuité    11e FICA: projection du long métrage "Argu"    Tamanrasset : importance des médias de proximité dans la transmission d'une information exacte    Lycée "Dar El Hirfi" de Dellys (Boumerdes): monument de la formation vieux de 140 ans    Le Président Tebboune préside la réunion de travail périodique au siège du MDN    Alfred Berenguer, l'Algérie au cœur    Le chemin est encore long    «Samahna si l'Hadj» !    Tebboune: «Je suis pleinement conscient des aspirations du peuple»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cinéma / «Barakat» en avant-première
Deux femmes chez les terroristes
Publié dans Info Soir le 10 - 11 - 2006

Histoire n Une projection du film de Yamina Sahraoui a eu lieu, mercredi, à la salle El-Mougar.
Le film, coproduction franco-algérienne et qui sortira aujourd'hui en avant-première nationale, met en scène deux personnages : Khadidja (Fetouma Ousliha) et Amel (Rachida Brakni). La première représente l'ancienne génération, la seconde fait partie de la nouvelle.
Toutes les deux sont médecins. Un jour Amel constate la disparition de Mourad, son mari, journaliste, elle apprend qu'il a été enlevé par un groupe islamiste armé. Elle décide alors de partir à sa recherche dans le maquis. Khadidja, refusant de la laisser y aller seule, s'engage, elle aussi, dans l'aventure.
D'abord, Amel et Khadidja, de simples collègues, ne conversent que très peu. Leur relation est marquée par des moments de tensions.
L'on assiste donc à un conflit de générations : Khadidja qui a fait la Révolution affiche son attachement à l'Algérie et continue d'évoquer – avec un sentiment de nostalgie – les idéaux pour lesquels elle s'est engagée dans le mouvement de libération nationale, tandis que Amel critique sans cesse le pays, un pays brisé et au bord de la faillite, elle perçoit l'Algérie colonisée et l'Algérie frappée par la tragédie comme la peste et le choléra. Que choisir ? Au fil des événements et de situation en situation, les deux femmes finissent par se rapprocher se connaître mutuellement et par se comprendre. Elles s'acceptent réciproquement. Le film, dont l'histoire se déroule durant la décennie noire dans un petit village, se révèle un refus à la violence, d'où le titre Barakat, c'est-à-dire assez de violence, assez de haine, assez de morts. Mais l'histoire s'avère délirante, voire insensée : peut-on imaginer d'un point de vue réaliste et en ayant l'esprit lucide, deux femmes aller chez des terroristes – sans peur d'être violées et séquestrées) – à la recherche de quelqu'un, comme si on allait faire une randonnée ? Le film apparaît d'emblée et autrement aberrant lorsque Amel signale la disparition de son mari à la police et que l'officier refuse de faire un rapport et d'en tenir compte, sous prétexte qu'elle n'a pas de photo du disparu à lui remettre pour l'insérer dans le dossier, alors que toute disparition à cette époque était jugée suspecte par les autorités, notamment dans les villages et les petites localités.
Yamina Sahraoui pousse son délire au paroxysme quand un garagiste confie tout bonnement à Amel que Mourad a été enlevé par des terroristes, et que les services de sécurité et de renseignements n'en avaient pas pris connaissance.
D'autres divagations ponctuent le film, comme celles où Amel arbore une arme à feu dans un restaurant devant la foule, comme si elle brandissait un simple jouet en plastique, pour faire impression à quelqu'un qui lui tenait des propos obscènes. Une telle action ne suscite-t-elle pas aussitôt une intervention de la part de la brigade antiterroriste ?
Barakat, en dépit de l'effort de la réalisatrice visant à appeler à cesser tout acte de violence, donc à la réconciliation, se révèle, de bout en bout, largement insuffisant, étonnamment irréaliste, un film chargé de fourvoiements et d'extravagances. Seul le personnage de Fetouma Ousliha confère au film un certain attrait (mais sans plus) ; quant au personnage de Rachida Brakni, il apparaît arrogant et irrespectueux.
Ainsi, le film censé traiter de la période marquée par la terreur et la peur, s'est carrément éloigné de la réalité en présentant une histoire dans laquelle deux femmes s'aventurent seules dans des maquis sans afficher une quelconque peur. Et le fait d'avoir opté pour le français dans 80 % du dialogue fait également une mauvaise impression.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.