Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinéma / «Barakat» en avant-première
Deux femmes chez les terroristes
Publié dans Info Soir le 10 - 11 - 2006

Histoire n Une projection du film de Yamina Sahraoui a eu lieu, mercredi, à la salle El-Mougar.
Le film, coproduction franco-algérienne et qui sortira aujourd'hui en avant-première nationale, met en scène deux personnages : Khadidja (Fetouma Ousliha) et Amel (Rachida Brakni). La première représente l'ancienne génération, la seconde fait partie de la nouvelle.
Toutes les deux sont médecins. Un jour Amel constate la disparition de Mourad, son mari, journaliste, elle apprend qu'il a été enlevé par un groupe islamiste armé. Elle décide alors de partir à sa recherche dans le maquis. Khadidja, refusant de la laisser y aller seule, s'engage, elle aussi, dans l'aventure.
D'abord, Amel et Khadidja, de simples collègues, ne conversent que très peu. Leur relation est marquée par des moments de tensions.
L'on assiste donc à un conflit de générations : Khadidja qui a fait la Révolution affiche son attachement à l'Algérie et continue d'évoquer – avec un sentiment de nostalgie – les idéaux pour lesquels elle s'est engagée dans le mouvement de libération nationale, tandis que Amel critique sans cesse le pays, un pays brisé et au bord de la faillite, elle perçoit l'Algérie colonisée et l'Algérie frappée par la tragédie comme la peste et le choléra. Que choisir ? Au fil des événements et de situation en situation, les deux femmes finissent par se rapprocher se connaître mutuellement et par se comprendre. Elles s'acceptent réciproquement. Le film, dont l'histoire se déroule durant la décennie noire dans un petit village, se révèle un refus à la violence, d'où le titre Barakat, c'est-à-dire assez de violence, assez de haine, assez de morts. Mais l'histoire s'avère délirante, voire insensée : peut-on imaginer d'un point de vue réaliste et en ayant l'esprit lucide, deux femmes aller chez des terroristes – sans peur d'être violées et séquestrées) – à la recherche de quelqu'un, comme si on allait faire une randonnée ? Le film apparaît d'emblée et autrement aberrant lorsque Amel signale la disparition de son mari à la police et que l'officier refuse de faire un rapport et d'en tenir compte, sous prétexte qu'elle n'a pas de photo du disparu à lui remettre pour l'insérer dans le dossier, alors que toute disparition à cette époque était jugée suspecte par les autorités, notamment dans les villages et les petites localités.
Yamina Sahraoui pousse son délire au paroxysme quand un garagiste confie tout bonnement à Amel que Mourad a été enlevé par des terroristes, et que les services de sécurité et de renseignements n'en avaient pas pris connaissance.
D'autres divagations ponctuent le film, comme celles où Amel arbore une arme à feu dans un restaurant devant la foule, comme si elle brandissait un simple jouet en plastique, pour faire impression à quelqu'un qui lui tenait des propos obscènes. Une telle action ne suscite-t-elle pas aussitôt une intervention de la part de la brigade antiterroriste ?
Barakat, en dépit de l'effort de la réalisatrice visant à appeler à cesser tout acte de violence, donc à la réconciliation, se révèle, de bout en bout, largement insuffisant, étonnamment irréaliste, un film chargé de fourvoiements et d'extravagances. Seul le personnage de Fetouma Ousliha confère au film un certain attrait (mais sans plus) ; quant au personnage de Rachida Brakni, il apparaît arrogant et irrespectueux.
Ainsi, le film censé traiter de la période marquée par la terreur et la peur, s'est carrément éloigné de la réalité en présentant une histoire dans laquelle deux femmes s'aventurent seules dans des maquis sans afficher une quelconque peur. Et le fait d'avoir opté pour le français dans 80 % du dialogue fait également une mauvaise impression.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.