«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sidi El-Bachir (Oran)
Une gangrène urbaine
Publié dans Info Soir le 02 - 11 - 2003

Ghetto - Sidi El-Bachir : ni bidonville ni cité dortoir, cette bourgade, à 5 km d?Oran, est construite et occupée d?une manière qui défie le progrès social, dans un espace-temps anachronique.
Chaque microcosme familial se comporte comme en milieu rural, avec toutefois la télévision, la radio et la parabole pour les plus chanceux. Sidi El-Bachir, une agglomération de 60 000 habitants, donne un cachet sauvage et quelque peu exotique à l?endroit.
La bourgade n?était déjà habitée que par des familles modestes ou très pauvres fuyant le terrorisme. Depuis la crise économique et sécuritaire, la «ghettoïsation» et le retour à des valeurs refuges ont entraîné le quartier vers l?isolement, aggravé par le dysfonctionnement des transports publics vers le centre d?Oran, pourtant très proche.
Les habitants de cette cité survivent avec les moyens du bord. Le phénomène «rural» est présent partout, dans la topographie des lieux et dans le vécu parfois sordide de ces Algériens oubliés «de l?Algérie très profonde».
L?arrivée en force de masses rurales à la recherche de travail et la démographie galopante ont favorisé deux phénomènes : l?autoconstruction anarchique et un espace vital surpeuplé.
Trois écoles primaires et deux CEM semblent insuffisants pour cette bourgade. Pas de lycée, en revanche. Quant aux magasins, ils sont installés dans n?importe quelle structure, et réalisent de gros bénéfices sur le dos des habitants, loin de tout contrôle.
Les marchands ambulants montent régulièrement avec leurs carrioles jusqu?aux portes des maisons, apportant légumes, fruits et poissons à peu de frais.
On serait tenté de dire qu?après tout, les résidents de ce quartier vivent les conditions difficiles de la plupart des citoyens algériens dans les banlieues surpeuplées des villes? Certainement, à la différence toutefois de la diversité impressionnante des menaces qui pèsent sur les familles de cette «cité» : délinquance, atrophie intellectuelle et régression, drogue et, surtout, la «mal vie» intolérable.
Dans le cas d?implantation urbaine anarchique, la greffe est déjà difficile à réaliser. Le chômage du père de famille ou l?inactivité des fils oblige les mères et les s?urs à travailler et les petits, qui seraient mieux sur un terrain de foot, sont obligés de faire 5 ou 6 km à pied pour vendre en ville des babioles qui leur permettent de gagner quelques dinars.
L?exclusion et la cherté des articles et autres manuels scolaires marginalisent chaque année un grand nombre d?enfants. Les parents avouent d?ailleurs qu?ils «préfèrent les voir gagner leur vie plutôt que de compter sur eux pour les prendre totalement en
charge». La force publique a fort à faire dans ces quartiers chauds pour faire face aux conséquences de la démission parentale? L?imposant bourg de Sidi El-Bachir ne possède ni marché ni annexes des P et T. Il faut donc descendre à Oran pour communiquer avec les autres. Dans ce quartier, il n?existe même pas de bennes à ordures, et les habitants alertent sans arrêt les autorités locales sur l?état des routes. Non goudronnées, elles causent de gros dégâts en temps de pluie et bloquent toute circulation. Ces conditions de vie difficiles génèrent maladies et fléaux sociaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.