Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    MCA -USMA J-4 : Bendebka «Pour ne pas décevoir les Chnaoua, toute défaite est interdite contre l'USMA»    MCA -USMA J-4 : Casoni «J'ai une idée précise sur l'équipe de l'USMA, mais... »    Migrants en Libye: les conclusions de l'enquête "ne sauraient tarder"    La Russie va réduire sa présence militaire en Syrie    Elections locales: 16 cas de saisine soumises à la justice    Le pétrole en ordre dispersé en Asie    Zimbabwe : le nouveau président appelle à éviter la vengeance    Méditerranée: 1.500 migrants secourus en 3 jours    Algérie : DZ Joker bombarde la chaine TV Ennahar dans une nouvelle vidéo    Mnangagwa attendu au Zimbabwe pour lui succéder    Le Parlement de Tobrouk donne son quitus    Un nouveau projet de loi adopté par le Conseil des ministres    Des téléphones mobiles LG produits en Algérie    2 600 agents de police mobilisés    "Je ne pouvais pas dire non !"    Séminaire d'arbitres d'élite ce samedi à Sidi-Moussa    Zetchi : "C'est un petit dérapage"    Bouteflika s'implique    Une nouvelle campagne de vaccination du "RR" du 26 décembre au 2 janvier    L'opération d'indemnisation lancée    Bedoui annonce la prorogation du scrutin jusqu'à 20h00 dans 44 wilayas    Saïd Boukhari n'est plus    Sur les traces des héros de la Révolution algérienne à El-Eulma    Maroc - Les autorités monétaires rappellent que les monnaies virtuelles sont interdites    Locales 2017: affluence appréciable des électeurs à Alger-Centre durant la matinée    Sahara Occidental: la Namibie déplore la teneur du discours du Souverain marocain qui "mine tous les efforts d'une solution pacifique" (MAE)    Sahara Occidental: le Conseil de sécurité exprime son soutien aux efforts de Kohler    Vers une nouvelle tendance baissière ?    Graves révélations du syndicat des techniciens de la maintenance    Un mandat dans un contexte de crise    Effondrement d'un immeuble en plein centre-ville    L'Etat veut renforcer la protection des consommateurs    Elections locales : Les gens outrés par l'affichage anarchique    Un déficit fiscal de 4 milliards de dollars    Brèves....    Les Bourses européennes en ordre dispersé en l'absence de Wall Street    Tlemcen - Protection de l'enfant : tous concernés    Rendez-vous de la paix pour la Syrie à Sotchi    «Une étape historique dans la coopération éducative franco-algérienne»: Inauguration officielle de l'école française à Oran le 3 décembre    La cartographie politique confortée    "Je ne peux pas promettre le titre pour plaire aux fans"    Le ministère de l'Education annonce le calendrier    Il a été effectué hier    Une pièce retraçant les souffrances des Algériens lors de la Guerre de libération    400 chiites arrêtés en une semaine    Le Miptv et Canneseries au secours de l'audiovisuel    Le chant traditionnel sarde s'invite à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Hôtel Saint-Georges» de Rachid Boudjedra
Retour sur la Guerre de libération
Publié dans Info Soir le 20 - 03 - 2007

Nouveauté n Rachid Boudjedra a présenté hier son nouveau roman Hôtel Saint-Georges paru aux éditions Dar El Gharb. La présentation a eu lieu à l'hôtel du même nom.
«C'est une rencontre symbolique dans un lieu symbolique, puisque c'est dans ce lieu même que se déroule une bonne partie de mon roman», a déclaré le romancier, ajoutant que la publication de son livre s'inscrit dans la continuité de la production entamée en 1969.
«Mon éditeur a voulu avoir la primauté, donc j'ai aussitôt accepté, et cela m'a fait plaisir, parce que, moi, j'ai l'habitude de publier en France
Rachid Boudjedra a, à son actif, plusieurs publications. La dernière, les Funérailles, remonte à cinq ans (2002). «J'ai décidé depuis de ne plus écrire, parce que j'écrivais trop, mais j'ai réalisé tout de suite qu'il fallait reprendre l'écriture, car j'ai constaté, en lisant les biographies de quelques auteurs, qu'ils avaient écrit, à la fin de leur vie, plus de 80 livres, à l'exemple de Mohammed Dib. Cela m'a fait donc énormément d'effet, et ça m'a encouragé davantage à faire un autre livre.»
Hôtel Saint-Georges raconte la Guerre de libération nationale. C'est l'histoire d'un ébéniste français de grand talent qui est appelé pendant la guerre en Algérie qu'il découvre et qui fait de lui un petit fabricant de cercueil pour les dépouilles des soldats morts pour la France. Ainsi, Rachid Boudjedra renoue avec la Guerre de libération nationale. «Il faut dire que j'ai peu écrit sur la révolution, alors que d'autres auteurs l'ont fait avant moi, avant et après l'indépendance. Mon premier roman sur la Guerre de libération, Le Démantèlement, remonte à 1982, c'est-à-dire vingt-ans après l'indépendance.»
S'il est question, dans le premier roman, de la guerre d'Algérie à travers le regard dirigé sur elle de l'intérieur, il se trouve, en revanche, que dans ce présent livre, le deuxième, cette guerre apparaît – et se dit – à travers un regard français. Cela vient donc de l'extérieur. Rachid Boudjedra cherche dans son livre à montrer toute l'horreur de cette guerre, une guerre que la France nie, ou ne reconnaît pas tout à fait. «Je ne comprends pas pourquoi la France reconnaît les crimes perpétrés par les autres nations et dans les différentes guerre, à l'exemple du génocide arménien, alors qu'elle refuse de reconnaître les crimes qu'elle a commis en Algérie», a-t-il dénoncé. Par ailleurs, et s'exprimant sur la manière dont son roman est organisé, l'auteur a dit «c'est un roman simple, écrit dans un langage qui se veut accessible aux lecteurs», «c'est dans un désir d'efficacité et de clarté que j'étais simple parce que le sujet est douloureux», a-t-il ajouté.
Rachid Boudjedra relève que son roman est à caractère psychanalytique dans la mesure où il fait parler des personnages. «Mon roman comprend une dizaine de personnages, et chacun parle de lui-même ou de l'autre. Une sorte de confidence», a-t-il précisé.
S'agissant du choix de ses personnages, Rachid Boudjedra a indiqué que l'un de ses protagonistes principaux est une femme. «Tout mon travail a consisté à mettre la femme au centre de mes romans, et ce depuis La Répudiation. Mes personnages femmes ont, depuis, et au fil de chaque roman, évolué avec, bien sûr, l'évolution de la société algérienne, même si cela s'est fait d'une manière discrète mais efficace», a-t-il expliqué. Enfin, et pour finir, Rachid Boudjedra a annoncé que ce roman sera incessamment traduit. «Ce n'est pas moi qui vais le traduire, ce sera quelqu'un d'autre, parce que j'ai réalisé qu'en traduisant mes romans, chose que je ne fais plus, ce n'était pas tout à fait de la traduction, mais une sorte de réécriture», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.