Production locale d'insuline: 50% des besoins nationaux couverts dès 2023    Commerce: 897 tonnes de bananes saisies en 11 mois    Partenariat algéro-américain pour la production de câbles électriques    Lutte contre le terrorisme: L'Algérie intensifie ses initiatives en Afrique    L'Allemagne face à son histoire    Pendules à l'heure africaine    ASO Chlef: L'entraîneur Lyamine Bougherara démissionne    Mondial foot 2022: le bal des nouveaux «hypocrites»    Ligue 2 - Centre-Ouest: Déplacement favorable pour l'ESM, les dauphins en péril    Tribunal de Dar El Beida: Ferhat M'henni condamné à la perpétuité    Ouargla: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Biskra: 2,3 kg de cocaïne saisis    Xi Jinping a rencontré, hier, des dirigeants arabes    26000 combattants à réintégrer    Le président béninois appelle à une action concertée    Le récit d'un duel alimentaire    Loukal poursuivi encore pour «espionnage»    Les engagements de Bouslimani    Mercato, le rétropédalage    Début des travaux intérieurs    Nuit de peur à Oued Smar    Les jeunes du FFS reprennent le flambeau    Mobilisation autour de l'Etat national    «L'Algérie a dépassé l'étape critique»    Fauché par un train    Le «thon»...c'est de l'argent!    Tebboune «unit» l'Afrique    Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental    Documentaire sur le moudjahid Ramdane Djamel    Des monologues présentés en «hors compétition»    M. Benabderrahmane reçu à Riyad par le président chinois    Le Président Tebboune appelle à poursuivre le combat contre la corruption    Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural reçu par le vice-président de la République de Côte d'Ivoire    Le FFS tient son 6e congrès national    Foot/ Ligue 2 : l'AS Khroub chute à Skikda, l'USM Annaba rejoint l'US Souf au 2e rang    Le renforcement des relations entre le Monde arabe et la Chine contribuera à l'émergence d'un monde multilatéral    Lamamra s'entretient avec le Commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'UA    Coup d'envoi samedi de la 10e édition de la coupe d'Algérie de football des détenus    Pluies orageuses sur l'est du pays à partir de vendredi soir    Tribunal de Dar El Beida : le chef du mouvement terroriste "MAK" condamné à perpétuité    11e FICA: projection du long métrage "Argu"    Tamanrasset : importance des médias de proximité dans la transmission d'une information exacte    Lycée "Dar El Hirfi" de Dellys (Boumerdes): monument de la formation vieux de 140 ans    Le Président Tebboune préside la réunion de travail périodique au siège du MDN    Alfred Berenguer, l'Algérie au cœur    Le chemin est encore long    «Samahna si l'Hadj» !    Tebboune: «Je suis pleinement conscient des aspirations du peuple»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Hôtel Saint-Georges» de Rachid Boudjedra
Retour sur la Guerre de libération
Publié dans Info Soir le 20 - 03 - 2007

Nouveauté n Rachid Boudjedra a présenté hier son nouveau roman Hôtel Saint-Georges paru aux éditions Dar El Gharb. La présentation a eu lieu à l'hôtel du même nom.
«C'est une rencontre symbolique dans un lieu symbolique, puisque c'est dans ce lieu même que se déroule une bonne partie de mon roman», a déclaré le romancier, ajoutant que la publication de son livre s'inscrit dans la continuité de la production entamée en 1969.
«Mon éditeur a voulu avoir la primauté, donc j'ai aussitôt accepté, et cela m'a fait plaisir, parce que, moi, j'ai l'habitude de publier en France
Rachid Boudjedra a, à son actif, plusieurs publications. La dernière, les Funérailles, remonte à cinq ans (2002). «J'ai décidé depuis de ne plus écrire, parce que j'écrivais trop, mais j'ai réalisé tout de suite qu'il fallait reprendre l'écriture, car j'ai constaté, en lisant les biographies de quelques auteurs, qu'ils avaient écrit, à la fin de leur vie, plus de 80 livres, à l'exemple de Mohammed Dib. Cela m'a fait donc énormément d'effet, et ça m'a encouragé davantage à faire un autre livre.»
Hôtel Saint-Georges raconte la Guerre de libération nationale. C'est l'histoire d'un ébéniste français de grand talent qui est appelé pendant la guerre en Algérie qu'il découvre et qui fait de lui un petit fabricant de cercueil pour les dépouilles des soldats morts pour la France. Ainsi, Rachid Boudjedra renoue avec la Guerre de libération nationale. «Il faut dire que j'ai peu écrit sur la révolution, alors que d'autres auteurs l'ont fait avant moi, avant et après l'indépendance. Mon premier roman sur la Guerre de libération, Le Démantèlement, remonte à 1982, c'est-à-dire vingt-ans après l'indépendance.»
S'il est question, dans le premier roman, de la guerre d'Algérie à travers le regard dirigé sur elle de l'intérieur, il se trouve, en revanche, que dans ce présent livre, le deuxième, cette guerre apparaît – et se dit – à travers un regard français. Cela vient donc de l'extérieur. Rachid Boudjedra cherche dans son livre à montrer toute l'horreur de cette guerre, une guerre que la France nie, ou ne reconnaît pas tout à fait. «Je ne comprends pas pourquoi la France reconnaît les crimes perpétrés par les autres nations et dans les différentes guerre, à l'exemple du génocide arménien, alors qu'elle refuse de reconnaître les crimes qu'elle a commis en Algérie», a-t-il dénoncé. Par ailleurs, et s'exprimant sur la manière dont son roman est organisé, l'auteur a dit «c'est un roman simple, écrit dans un langage qui se veut accessible aux lecteurs», «c'est dans un désir d'efficacité et de clarté que j'étais simple parce que le sujet est douloureux», a-t-il ajouté.
Rachid Boudjedra relève que son roman est à caractère psychanalytique dans la mesure où il fait parler des personnages. «Mon roman comprend une dizaine de personnages, et chacun parle de lui-même ou de l'autre. Une sorte de confidence», a-t-il précisé.
S'agissant du choix de ses personnages, Rachid Boudjedra a indiqué que l'un de ses protagonistes principaux est une femme. «Tout mon travail a consisté à mettre la femme au centre de mes romans, et ce depuis La Répudiation. Mes personnages femmes ont, depuis, et au fil de chaque roman, évolué avec, bien sûr, l'évolution de la société algérienne, même si cela s'est fait d'une manière discrète mais efficace», a-t-il expliqué. Enfin, et pour finir, Rachid Boudjedra a annoncé que ce roman sera incessamment traduit. «Ce n'est pas moi qui vais le traduire, ce sera quelqu'un d'autre, parce que j'ai réalisé qu'en traduisant mes romans, chose que je ne fais plus, ce n'était pas tout à fait de la traduction, mais une sorte de réécriture», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.