Avis consultatif de la CIJ, un pilier juridique pour faire taire tous les arguments sionistes    Kickboxing/ Ligue One Championship: Mahmoudi opposé au Japonais Taiki Naito le 3 août à Bangkok    L'OMS confirme la présence du virus de la polio dans les eaux usées de Ghaza    Aïn Temouchent: remise en service de la station de dessalement d'eau de mer de Beni Saf    Boughali s'entretient avec le président de l'Assemblée nationale du Nicaragua    G20: l'Algérie soutient la tenue d'une session extraordinaire du Conseil exécutif de l'UA    Présidentielle: le prétendant à la candidature Belkacem Sahli dépose son dossier    Présidentielle: le prétendant à la candidature Ahmed Gouraya dépose son dossier    Présidentielle: le prétendant à la candidature Bouamrioune Slimane dépose son dossier    Exportations hors hydrocarbures: les mesures prises pour l'encouragement des exportateurs mises en avant    Compétitions africaines interclubs 2024-2025: les représentants algériens obtiennent leurs licences africaines    Mondial 2025: la sélection algérienne en stage du 17 au 24 juillet à Alger    AADL 3: la plateforme d'inscription ouverte jeudi jusqu'à minuit comme dernier délai    Les résultats de l'examen du baccalauréat annoncés jeudi à 16h00    Assurance agricole: des journées de sensibilisation contre la DNC bovine    Festival de la poterie de Maâtkas: un art et un métier ancestral à préserver    Transports: inauguration du musée de l'ETUSA    Présidentielle: le Califat général de la confrérie Tidjania appelle à une participation massive autour du projet d'Algérie nouvelle    Création de dix sites d'exploitation du corail rouge    Un nouveau chef de Sûreté de wilaya    L'inaccessibilité des jeux aux citoyens ordinaires ne fera que diviser davantage la France    Bentaleb préside la cérémonie de sortie de la 9e promotion    Un rapport partiel présenté devant Faid    Une vengeance sans limites ?    Riche programme au profit des enfants de la communauté nationale à l'étranger    Repêchage d'un noyé, porté disparu à la plage de Fenar, à Ben Abdelmalek Ramdhan    Démantèlement d'une bande spécialisée dans le vol de motos    L'aveu d'échec de l'armée sioniste à Ghaza    Manifestation grandiose pour exiger la fin de l'agression sioniste    « La politique d'exportation vise à consolider les efforts de l'Etat »    Les vestiges d'un combat légendaire découverts    Classée au patrimoine culturel matériel national    En Egypte, le taxi-bibliothèque de Mohammed véhicule la lecture    Accord trouvé entre Ittihad Djeddah et l'AS Rome pour le transfert d'Aouar    «Des médailles olympiques les plus chères au monde»    TIZI-OUZOU : « VILLAGE POTEMKINE »    L'agonie du peuple palestinien, c'est le déjà-là de notre propre mort (*)    Algérie : le 5 juillet 1962, l'indépendance sous le coup d'Etat permanent    La décision du président de la République de se présenter pour un 2e mandat saluée    62 ANS APRES L'INDEPENDANCE : DIRIGEANTS OU NOUVEAUX COLONS    Algérie assoiffée : Une nation riche en pétrole, perdue dans le désert de ses priorités    Election présidentielle en Algérie. En avant toute vers la stagnation    Algérie : Manœuvres insidieuses autour de l'exploitation du gaz de schiste dans le Sahara    Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Hôtel Saint-Georges» de Rachid Boudjedra
Retour sur la Guerre de libération
Publié dans Info Soir le 20 - 03 - 2007

Nouveauté n Rachid Boudjedra a présenté hier son nouveau roman Hôtel Saint-Georges paru aux éditions Dar El Gharb. La présentation a eu lieu à l'hôtel du même nom.
«C'est une rencontre symbolique dans un lieu symbolique, puisque c'est dans ce lieu même que se déroule une bonne partie de mon roman», a déclaré le romancier, ajoutant que la publication de son livre s'inscrit dans la continuité de la production entamée en 1969.
«Mon éditeur a voulu avoir la primauté, donc j'ai aussitôt accepté, et cela m'a fait plaisir, parce que, moi, j'ai l'habitude de publier en France
Rachid Boudjedra a, à son actif, plusieurs publications. La dernière, les Funérailles, remonte à cinq ans (2002). «J'ai décidé depuis de ne plus écrire, parce que j'écrivais trop, mais j'ai réalisé tout de suite qu'il fallait reprendre l'écriture, car j'ai constaté, en lisant les biographies de quelques auteurs, qu'ils avaient écrit, à la fin de leur vie, plus de 80 livres, à l'exemple de Mohammed Dib. Cela m'a fait donc énormément d'effet, et ça m'a encouragé davantage à faire un autre livre.»
Hôtel Saint-Georges raconte la Guerre de libération nationale. C'est l'histoire d'un ébéniste français de grand talent qui est appelé pendant la guerre en Algérie qu'il découvre et qui fait de lui un petit fabricant de cercueil pour les dépouilles des soldats morts pour la France. Ainsi, Rachid Boudjedra renoue avec la Guerre de libération nationale. «Il faut dire que j'ai peu écrit sur la révolution, alors que d'autres auteurs l'ont fait avant moi, avant et après l'indépendance. Mon premier roman sur la Guerre de libération, Le Démantèlement, remonte à 1982, c'est-à-dire vingt-ans après l'indépendance.»
S'il est question, dans le premier roman, de la guerre d'Algérie à travers le regard dirigé sur elle de l'intérieur, il se trouve, en revanche, que dans ce présent livre, le deuxième, cette guerre apparaît – et se dit – à travers un regard français. Cela vient donc de l'extérieur. Rachid Boudjedra cherche dans son livre à montrer toute l'horreur de cette guerre, une guerre que la France nie, ou ne reconnaît pas tout à fait. «Je ne comprends pas pourquoi la France reconnaît les crimes perpétrés par les autres nations et dans les différentes guerre, à l'exemple du génocide arménien, alors qu'elle refuse de reconnaître les crimes qu'elle a commis en Algérie», a-t-il dénoncé. Par ailleurs, et s'exprimant sur la manière dont son roman est organisé, l'auteur a dit «c'est un roman simple, écrit dans un langage qui se veut accessible aux lecteurs», «c'est dans un désir d'efficacité et de clarté que j'étais simple parce que le sujet est douloureux», a-t-il ajouté.
Rachid Boudjedra relève que son roman est à caractère psychanalytique dans la mesure où il fait parler des personnages. «Mon roman comprend une dizaine de personnages, et chacun parle de lui-même ou de l'autre. Une sorte de confidence», a-t-il précisé.
S'agissant du choix de ses personnages, Rachid Boudjedra a indiqué que l'un de ses protagonistes principaux est une femme. «Tout mon travail a consisté à mettre la femme au centre de mes romans, et ce depuis La Répudiation. Mes personnages femmes ont, depuis, et au fil de chaque roman, évolué avec, bien sûr, l'évolution de la société algérienne, même si cela s'est fait d'une manière discrète mais efficace», a-t-il expliqué. Enfin, et pour finir, Rachid Boudjedra a annoncé que ce roman sera incessamment traduit. «Ce n'est pas moi qui vais le traduire, ce sera quelqu'un d'autre, parce que j'ai réalisé qu'en traduisant mes romans, chose que je ne fais plus, ce n'était pas tout à fait de la traduction, mais une sorte de réécriture», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.