Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Said Chanegriha préside la cérémonie d'ouverture    Real - Ancelotti : "Les jeunes n'ont pas joué comme ils savent le faire"    Parution d'une publication dédiée à l'histoire de la participation algérienne aux Jeux Olympiques    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Tottenham : Conte ne lâche pas Tuchel après leur altercation    Optimisme interdit ?    RC Relizane - Bilans adoptés et démission du président du CSA: Les responsables du désastre tenus de rendre des comptes    NC Magra: Le maintien comme unique objectif    Après un gel des activités durant ces deux dernières années: Du nouveau pour le montage d'appareils électroménagers    Onze foyers d'incendies enregistrés à travers six wilayas du pays    Une voiture dérape et chute d'un pont : un mort et un blessé    Etres pensants et animalité    Naftal: 660.000 véhicules roulent au GPLc    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    L'Algérie pays à fortes potentialités    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    Plus de 4 millions de demandeurs    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les essais techniques lancés fin août    La nouvelle stratégie    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Soudan: au moins 52 morts dans des inondations    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    L'Algérie présente ses condoléances    Une association sahraouie condamne les violations de l'occupant marocain contre la famille du militant Ghali Bouhela    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Maroc: plus de 60% des jeunes diplômés universitaires sont au chômage    Egypte: 41 morts dans l'incendie d'une église au Caire    Secousse tellurique de magnitude 2,5 degrés dans la wilaya de Tipaza    Festival de musique et chant Chaouis de Khenchela: la 10è édition en août    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Lancement d'une campagne nationale de sensibilisation à la bonne utilisation du GPLc    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cela s'est passe un jour/ Aventures, drames et passions célèbres
La tragédie du «Titanic» (47e partie et fin)
Publié dans Info Soir le 16 - 08 - 2007

Résumé de la 46e partie n Le nombre de canots de sauvetage était insuffisant sur le «Titanic», de surcroît, le sauvetage a été mal organisé, les canots partant à moitié vides.
Ainsi donc, si on peut accuser la fatalité d'avoir mis un iceberg sur la route du plus puissant bateau jamais construit jusque-là, on ne peut dégager la responsabilité humaine du naufrage du «Titanic» : vitesse trop grande, négligence des signalements d'obstacle par les autres bateaux, insuffisance des canots de sauvetage, mauvaise organisation du sauvetage. 1 500 personnes ont payé de leur vie ces insuffisances ; 1 500 personnes qui, pour la plupart, avaient pris des billets de deuxième ou de troisième classes, c'est-à-dire les moins chers. Les riches, eux, les passagers de première classe, ont eu le privilège d'être secourus les premiers.
Les recherches menées le 17 avril permettront de récupérer sur les 1 513 victimes 328 corps, dont 119 seront remis à la mer. Les autres seront conduits à Halifax et remis à leurs familles. 150 corps ne seront pas réclamés et seront enterrés à Halifax.
Après la catastrophe, on a tenté en vain de retrouver l'épave du «Titanic». Il a fallu attendre plusieurs années, plus exactement 1985, avant qu'elle ne soit enfin repérée par 3 800 m de fond, non loin de Terre-Neuve. On a pu la détecter grâce à des sous-marins sophistiqués, le sous-marin «Argo» et le sous-marin «Angus», munis de caméras, d'appareils photo et de robots miniatures qui, reliés par des câbles aux sous-marins, ont pu pénétrer dans l'épave et filmer. Les recherches sont arrêtées pour ne reprendre qu'en juillet 1986 : des plongeurs parviennent enfin à l'épave. Le bateau s'est brisé en deux et ses parties sont distantes l'une de l'autre d'une centaine de mètres environ. Depuis cette découverte, des milliers d'objets ont été récupérés du «Titanic» et sont exposés dans un musée maritime en Angleterre.
Aujourd'hui, n'importe qui peut plonger et explorer l'épave du «Titanic»... à condition, cependant, de débourser la coquette somme de 30 000 euros !
Depuis la tragédie du «Titanic», de nombreuses mesures ont été prises pour éviter d'autres catastrophes. Ainsi, le nombre de canots de sauvetage a été augmenté, en fonction du nombre de passagers transportés, le service radio des bateaux, doit fonctionner 24 heures sur 24, et dans les régions d'icebergs, des patrouilleurs sont chargés, en permanence, de briser les icebergs avec des explosifs. En dépit de cette dernière mesure, les icebergs continuent à flotter et à constituer un danger permanent pour la navigation... Le ministère britannique du Commerce de l'époque a été sévèrement critiqué pour notamment le nombre de canots. Les responsables de la Star White, qui exploitait le «Titanic», n'ont pas été épargnés. On s'est surtout acharné sur Bruce Ismay, le président-directeur général, qui se trouvait à bord du navire : il a eu la lâcheté, alors que des dizaines de femmes et d'enfants attendaient d'être embarquées, de monter dans un canot et de sauver sa vie. Il est vrai que sa carrière a été brisée, mais après tout, comme tous les lâches de son genre, il a dû se dire : l'essentiel est d'avoir sauvé sa vie... Et tant pis pour les centaines de victimes qui lui ont fait confiance...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.