réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cela s'est passe un jour : Aventures, drames et passions célèbres
La tragédie du «Titanic» (47e partie et fin)
Publié dans Info Soir le 17 - 11 - 2006

Résumé de la 46e partie n Le nombre de canots de sauvetage était insuffisant sur le «Titanic», de surcroît, le sauvetage a été mal organisé, les canots partant à moitié vides.
Ainsi donc, si on peut accuser la fatalité d'avoir mis un iceberg sur la route du plus puissant bateau jamais construit jusque-là, on ne peut dégager la responsabilité humaine du naufrage du «Titanic» : vitesse trop grande, négligence des signalements d'obstacle par les autres bateaux, insuffisance des canots de sauvetage, mauvaise organisation du sauvetage. 1 500 personnes ont payé de leur vie ces insuffisances ; 1 500 personnes qui, pour la plupart, avaient pris des billets de deuxième ou de troisième classes, c'est-à-dire les moins chers. Les riches, eux, les passagers de première classe, ont eu le privilège d'être secouru les premiers.
Les recherches menées le 17 avril permettront de récupérer sur les 1 513 victimes 328 corps, dont 119 seront remis à la mer. Les autres seront conduits à Halifax et remis à leurs familles. 150 corps ne seront pas réclamés et seront enterrés à Halifax.
Après la catastrophe, on a tenté en vain de retrouver l'épave du «Titanic». Il a fallu attendre plusieurs années, plus exactement 1985, avant qu'elle ne soit enfin repérée par 3 800 mètres de fond, non loin de Terre-Neuve. On a pu la détecter grâce à des sous-marins sophistiqués, le sous-marin «Argo» et le sous-marin «Angus», munis de caméras, d'appareils photo et de robots miniatures qui, reliés par des câbles aux sous-marins, ont pu pénétrer dans l'épave et filmer. Les recherches sont arrêtées pour ne reprendre qu'en juillet 1986 : des plongeurs parviennent enfin à l'épave. Le bateau s'est brisé en deux et ses parties sont distantes l'une de l'autre d'une centaine de mètres environ. Depuis cette découverte, des milliers d'objets ont été récupérés du «Titanic» et sont exposés dans un musée maritime d'Angleterre.
Aujourd'hui, n'importe qui peut plonger et explorer l'épave du «Titanic»... à condition, cependant, de débourser la coquette somme de 30 000 euros !
Depuis la tragédie du «Titanic», de nombreuses mesures ont été prises pour éviter d'autres catastrophes. Ainsi, le nombre de canots de sauvetage a été augmenté, en fonction du nombre de passagers transportés, le service radio des bateaux, doit fonctionner 24 heures sur 24, et dans les régions d'icebergs, des patrouilleurs sont chargés, en permanence, de briser les icebergs avec des explosifs. En dépit de cette dernière mesure, les icebergs continuent à flotter et à constituer un danger permanent pour la navigation... Le ministère britannique du Commerce de l'époque a été sévèrement critiqué pour notamment le nombre de canots. Les responsables de la Star White, qui exploitait le «Titanic», n'ont pas été épargnés. On s'est surtout acharné sur Bruce Ismay, le président-directeur général, qui se trouvait à bord du navire : il a eu la lâcheté, alors que des dizaines de femmes et d'enfants attendaient d'être embarquées, de monter dans un canot et de sauver sa vie. Il est vrai que sa carrière a été brisée, mais après tout, comme tous les lâches de son genre, il a dû se dire : l'essentiel est d'avoir sauvé sa vie... Et tant pis pour les centaines de victimes qui lui ont fait confiance...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.