Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    La communauté indigène visée par un autre assassinat    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    L'échec du professionnalisme dans le football: L'ASM Oran, un cas d'école    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Opep : réduction de la production
La bataille a commencé
Publié dans Info Soir le 23 - 10 - 2008

C'est demain, vendredi, que l'Opep devra trancher sur la manière de faire face à la chute des prix du baril, lors de la réunion d'urgence prévue à Vienne. Si l'ensemble des membres du cartel est unanime sur une nécessaire baisse de production, le volume de cette dernière risque de provoquer des divergences.
Le président de l'Organisation des pays exportateurs du pétrole (Opep), Chakib Khelil, a affirmé, hier, mercredi, deux jours avant une réunion d'urgence du cartel, qu'une baisse de production de pétrole devrait ménager les intérêts des pays producteurs, mais aussi des consommateurs, touchés par la crise financière.
«L'un de nos objectifs est de ne pas affecter les pays déjà frappés par la crise financière, mais nous ne voudrions pas non plus que nos pays soient affectés par les prix bas» du baril de pétrole, a-t-il déclaré à son arrivée à Vienne.
L'Opep tiendra, demain, vendredi,une réunion d'urgence et devrait nettement réduire sa production pour tenter de mettre un terme à la baisse des prix. En l'espace de trois mois et demi, les prix du pétrole ont perdu plus de la moitié de leur valeur. D'un record de 147,50 dollars en juillet, ils sont tombés sous 65 dollars, avant-hier, mardi, à Londres, leur niveau le plus bas depuis mai 2007. Voyant leurs revenus fondre, les membres de l'Opep, qui produisaient fin septembre 32,16 millions de barils par jour (mbj) ont décidé d'avancer de trois semaines une réunion extraordinaire initialement fixée au 18 novembre. Le cartel veut empêcher qu'un trop grand surplus d'offres ne se constitue. «Les stocks sont très élevés, il y a un excédent de production», et «certains d'entre nous ne parviennent pas à vendre leur brut», a affirmé ainsi M. Khelil, se gardant toutefois de chiffrer la baisse de production qu'il juge souhaitable. «Si la réduction de la production de pétrole doit être 1,5 million de barils par jour, ce sera 1,5 million de barils, si c'est 2 millions de barils par jour, ce sera 2 millions de barils», avait-il déclaré à Alger. Les ministres libyen et qatari ont prôné une baisse d'au moins 1 mbj, leur homologue iranien plaidant en faveur d'une réduction de 2 à 2,5 mbj. M. Khelil a, par ailleurs, exprimé encore le souhait, qu'il avait déjà formulé en début de semaine, que des producteurs non-Opep comme la Russie, la Norvège ou le Mexique, participent à l'effort de réduction de l'offre pétrolière. «Il n'y a pas que l'Opep, a-t-il souligné, rappelant que «l'Opep, c'est 40%, le reste c'est 60% (de la production mondiale).» Pour sa part, le secrétaire général de l'Opep, Abdallah El-Badri, a indiqué mardi à Moscou, au cours d'une rencontre avec le président russe Dmitri Medvedev, qu'il ne demanderait pas à Moscou de réduire sa production de pétrole. «Je ne demanderai pas à la Russie de réduire la production. Je lui demanderai d'échanger des informations concernant la situation sur le marché et la crise financière», a-t-il assuré.
Forte réduction de production - Probable résistance de Riyad l L'Arabie saoudite et ses partenaires du Golfe vont probablement résister aux demandes d'une réduction importante de la production de l'Opep. «Je pense que le maximum de ce que l'Arabie saoudite est prête à faire est de retirer les barils supplémentaires qu'elle a commencé à pomper cet été pour calmer le marché qui était à la hausse», a dit un économiste saoudien. Riyad avait alors augmenté sa production de 500 000 barils par jour à 9,7 mbj sous la pression de pays occidentaux inquiets de la montée en flèche des prix. Riyad pourrait demander aux autres membres de l'Opep d'attendre la fin de l'hiver pour discuter de la question. «L'Arabie saoudite ne souhaite pas un baril à moins de 60 dollars. Dans les circonstances actuelles, ce serait un bon prix pour maintenir les équilibres budgétaires», estime encore l'analyste, ajoutant que l'Opep aura des choix difficiles à faire avec «la chute des prix, une demande incertaine et une économie mondiale glissant vers la récession».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.