L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Abdelaziz Belaïd officiellement partant    Le clan de Djemaï ne cède pas les commandes    Des acteurs de la révolution du 22 février tentent de s'organiser    Imminent changement à la tête des médias publics    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Vers la fermeture de l'usine Renault    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Le GSP (Dames) et le CRBBA (Messieurs) sacrés    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Le labyrinthe    Le wali délégué de Draâ Errich installé    Grave incendie dans une école primaire    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Deux foires commerciales ravagées par les flammes    Sit-in des souscripteurs AADL    Découverte d'une microplantation de cannabis    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    ...sortir ...sortir ...sortir ...    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Les maires de Béjaïa tournent le dos au scrutin    Béjaïa : Les manifs continuent    Procès de Louisa Hanoune : L'Alternative démocratique réclame sa «relaxe»    Indices    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Coupe arabe : La JS Saoura prépare Al Shabab    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    CRB Froha: Premier match perdu par tapis vert    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'Algérie à la croisée des chemins : Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Google Pixel 4 et Pixel 4 XL attendus pour la mi-octobre    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Horreur à Oum El-Bouaghi    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce qu'en pensent les clients
Publié dans Info Soir le 17 - 02 - 2009

Avis n «La remise n'existe pas en Algérie. Elle concerne uniquement les produits anciens ou de mauvaise qualité ».
C'est, du moins, ce que pensent bon nombre de consommateurs interrogés sur la question des soldes, lors d'une petite virée dans les différents boulevards et rues de la capitale. En longeant les rues Didouche Mourad, Larbi Ben M'hidi, Hassiba-Ben Bouali et le quartier de Sidi Yahia (Hydra) et bien d'autres encore, nous avons l'impression de voir le même spectacle.
Les soldes d'hiver envahissent Alger et il n'est pas difficile de s'apercevoir que c'est l'heure des bonnes affaires. Les boutiques regorgent de clients venant de tous les horizons, espérant trouver quelques articles à leur goût et à des prix plus abordables que ceux affichés quelques semaines auparavant.
Durant le week-end, c'est le vrai rush en cette période de soldes hivernaux. Des hommes, des femmes, des jeunes et moins jeunes se précipitent aux portes des magasins et parcourent les étals et les rayons sans sortir les mains vides. Souad, la trentaine, nous révèle qu'elle ne croit pas à cette histoire de soldes, estimant que cela concerne uniquement les produits de mauvaise qualité. «J'ai payé une paire de boots 6 000 DA début janvier, je suis sûre que ce genre d'article sera revendu, l'année prochaine, plus cher encore.»
«Nous sommes souvent arnaqués par ces vendeurs de vêtements», lance Nassima, secrétaire dans une banque. «Un solde à 70%, ce n'est ni possible ni logique», s'étonne le patron d'une boîte de communication audiovisuelle, précisant que «ce n'est pas normal de trouver le solde chez un commerçant qui vient à peine de commencer son activité». Et de poursuivre :
«Il s'agit d'une autre astuce, un piège commercial, destiné juste à attirer les clients, sans plus.» Une enseignante universitaire dira, pour sa part : «Je n'ai jamais vu de vente en solde sur des produits de qualité. Les femmes dépensent tout leur budget et se font avoir avec ces soldes, j'espère qu'elles s'en rendront compte un jour.» Quant à Halim, un habitué des grandes marques , il affirme : «Je ne pense même pas que les soldes existent chez nous.» Sa petite amie Sara confirme et ne mâche pas ses mots : «Les remises sont irréelles.
D'ailleurs, les soldes ne font pas partie de notre culture. La preuve, je ne me suis jamais mis en tête cette histoire.» D'autres, en revanche, trouvent leur compte dans les soldes. A l'image de R'biha qui n'a pas pu s'acheter un manteau en plein cœur de l'hiver, mais qui,« aujourd'hui, l'a acheté à 2 800 DA, soit la moitié de son prix». Et de nous assurer : «Les grands froids sont pratiquement passés, cela importe peu, je le garderai pour l'année prochaine.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.