La fierté du Hirak!    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Après les voitures moins de 3 ans, les crédits sans intérêts    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Mohammed VI désavoue    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    La semaine de Dame justice    19 mai 1956-2019 : Les étudiants toujours à l'avant-garde    La nouvelle scène de la chanson chaâbie au rendez-vous    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Un quartier "chic" sans eau    Wilaya d'Alger : La dernière opération de relogement à la Casbah "entachée de plusieurs dépassements"    G5 Sahel : Washington s'oppose à la proposition de conférer un mandat onusien    Sit-in pour exiger la libération de Louisa Hanoune    Les scorpions redoublent de férocité    Il y a 38 ans, les lycéens manifestaient    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Gaïd Salah reprend les inspections    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    El Bahia prépare la saison estivale    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce qu'en pensent les clients
Publié dans Info Soir le 17 - 02 - 2009

Avis n «La remise n'existe pas en Algérie. Elle concerne uniquement les produits anciens ou de mauvaise qualité ».
C'est, du moins, ce que pensent bon nombre de consommateurs interrogés sur la question des soldes, lors d'une petite virée dans les différents boulevards et rues de la capitale. En longeant les rues Didouche Mourad, Larbi Ben M'hidi, Hassiba-Ben Bouali et le quartier de Sidi Yahia (Hydra) et bien d'autres encore, nous avons l'impression de voir le même spectacle.
Les soldes d'hiver envahissent Alger et il n'est pas difficile de s'apercevoir que c'est l'heure des bonnes affaires. Les boutiques regorgent de clients venant de tous les horizons, espérant trouver quelques articles à leur goût et à des prix plus abordables que ceux affichés quelques semaines auparavant.
Durant le week-end, c'est le vrai rush en cette période de soldes hivernaux. Des hommes, des femmes, des jeunes et moins jeunes se précipitent aux portes des magasins et parcourent les étals et les rayons sans sortir les mains vides. Souad, la trentaine, nous révèle qu'elle ne croit pas à cette histoire de soldes, estimant que cela concerne uniquement les produits de mauvaise qualité. «J'ai payé une paire de boots 6 000 DA début janvier, je suis sûre que ce genre d'article sera revendu, l'année prochaine, plus cher encore.»
«Nous sommes souvent arnaqués par ces vendeurs de vêtements», lance Nassima, secrétaire dans une banque. «Un solde à 70%, ce n'est ni possible ni logique», s'étonne le patron d'une boîte de communication audiovisuelle, précisant que «ce n'est pas normal de trouver le solde chez un commerçant qui vient à peine de commencer son activité». Et de poursuivre :
«Il s'agit d'une autre astuce, un piège commercial, destiné juste à attirer les clients, sans plus.» Une enseignante universitaire dira, pour sa part : «Je n'ai jamais vu de vente en solde sur des produits de qualité. Les femmes dépensent tout leur budget et se font avoir avec ces soldes, j'espère qu'elles s'en rendront compte un jour.» Quant à Halim, un habitué des grandes marques , il affirme : «Je ne pense même pas que les soldes existent chez nous.» Sa petite amie Sara confirme et ne mâche pas ses mots : «Les remises sont irréelles.
D'ailleurs, les soldes ne font pas partie de notre culture. La preuve, je ne me suis jamais mis en tête cette histoire.» D'autres, en revanche, trouvent leur compte dans les soldes. A l'image de R'biha qui n'a pas pu s'acheter un manteau en plein cœur de l'hiver, mais qui,« aujourd'hui, l'a acheté à 2 800 DA, soit la moitié de son prix». Et de nous assurer : «Les grands froids sont pratiquement passés, cela importe peu, je le garderai pour l'année prochaine.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.