Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Covid-19: 477 nouveaux cas, 304 guérisons et 10 décès    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Accord de normalisation Emirat-Israël: plusieurs pays expriment leur rejet et indignation    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un phénomène en vogue
Publié dans Info Soir le 17 - 02 - 2009

Engouement n Pour l'année en cours, une soixantaine de demandes d'autorisation de soldes ont été introduites.
C'est ce qu'a indiqué le directeur du commerce de la wilaya d'Alger, Lamari Youcef, qui a tenu à expliquer qu'en 2008 il a été enregistré 48 demandes au niveau de ses services.
«Pas plus tard qu'hier, nous avons encore reçu des demandes d'autorisation de soldes», a-t-il ajouté. Il a souligné, en outre, qu'on dénombre près de 1 600 commerces à Alger dont 200 sont concernés par la vente de vêtements et chaussures. Il dira aussi que la culture des soldes commence à s'enraciner peu à peu chez nous. A en croire les propos de ce responsable, «les commerçants pratiquent effectivement les ventes en solde». Ils ne trichent donc pas.
La preuve, dira-t-il, lorsque nous consultons les comptes des dernières ventes et ceux d'avant les soldes, nous nous apercevons que, parfois, les commerçants n'ont aucune marge bénéficiaire. Dans le même registre, il a indiqué que les services de contrôle affiliés au ministère du Commerce font un travail de terrain 7 jours sur 7 pour superviser les commerçants qui doivent se soumettre à la norme qui leur exige d'afficher les prix soldés, d'avoir une autorisation délivrée par la direction du commerce ou est mentionnée la liste des produits concernés par les soldes, les prix antérieurs et les prix soldés.
Il a souligné l'importance accordée à cette nouvelle pratique qui, selon lui, a connu une évolution remarquable par rapport aux dernières années où «n'importe qui vendait n'importe quoi et à n'importe quel moment, avec des fausses remises, des arnaques… La débandade, quoi !». «Finie cette anarchie. Aujourd'hui, tout est rentré dans l'ordre», dit-il en rappelant que le décret 06-215 du mois de juin 2006 a été promulgué pour réglementer les ventes en soldes et les ventes promotionnelles.
Le texte fixe les ventes en soldes en période hivernale du 19 janvier au 28 février et en période estivale du 21 juillet au 31 août. Notre interlocuteur précise que seul l'opérateur décide de la réduction de ces produits. Le commerçant est aussi libre d'arrêter les ventes en soldes à tout moment. Autrement dit, il n'est pas obligé de vendre en solde durant toute la période. Il commence par un taux de baisse de 10% la première semaine (première démarque) et, au fur et à mesure, il réduit les prix (deuxième démarque). La dernière semaine, il va carrément brader sa marchandise (troisième démarque). D'ailleurs, c'est la raison pour laquelle les consommateurs attendent les derniers jours des soldes pour faire de bonnes affaires.
Le directeur du commerce de la wilaya nous apprend également que les agents de contrôle sillonnent l'ensemble des commerces, demandent en premier lieu l'autorisation aux commerçants et contrôlent les prix déjà fixés sur la demande. «S'il vend plus cher que le prix déclaré, il est en infraction», affirme M. Lamari qui ajoute : «Jusque-là, nous avons découvert 5 commerçants sans autorisation et qui ont procédé à la vente en solde avant même la période hivernale.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.