CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un phénomène en vogue
Publié dans Info Soir le 17 - 02 - 2009

Engouement n Pour l'année en cours, une soixantaine de demandes d'autorisation de soldes ont été introduites.
C'est ce qu'a indiqué le directeur du commerce de la wilaya d'Alger, Lamari Youcef, qui a tenu à expliquer qu'en 2008 il a été enregistré 48 demandes au niveau de ses services.
«Pas plus tard qu'hier, nous avons encore reçu des demandes d'autorisation de soldes», a-t-il ajouté. Il a souligné, en outre, qu'on dénombre près de 1 600 commerces à Alger dont 200 sont concernés par la vente de vêtements et chaussures. Il dira aussi que la culture des soldes commence à s'enraciner peu à peu chez nous. A en croire les propos de ce responsable, «les commerçants pratiquent effectivement les ventes en solde». Ils ne trichent donc pas.
La preuve, dira-t-il, lorsque nous consultons les comptes des dernières ventes et ceux d'avant les soldes, nous nous apercevons que, parfois, les commerçants n'ont aucune marge bénéficiaire. Dans le même registre, il a indiqué que les services de contrôle affiliés au ministère du Commerce font un travail de terrain 7 jours sur 7 pour superviser les commerçants qui doivent se soumettre à la norme qui leur exige d'afficher les prix soldés, d'avoir une autorisation délivrée par la direction du commerce ou est mentionnée la liste des produits concernés par les soldes, les prix antérieurs et les prix soldés.
Il a souligné l'importance accordée à cette nouvelle pratique qui, selon lui, a connu une évolution remarquable par rapport aux dernières années où «n'importe qui vendait n'importe quoi et à n'importe quel moment, avec des fausses remises, des arnaques… La débandade, quoi !». «Finie cette anarchie. Aujourd'hui, tout est rentré dans l'ordre», dit-il en rappelant que le décret 06-215 du mois de juin 2006 a été promulgué pour réglementer les ventes en soldes et les ventes promotionnelles.
Le texte fixe les ventes en soldes en période hivernale du 19 janvier au 28 février et en période estivale du 21 juillet au 31 août. Notre interlocuteur précise que seul l'opérateur décide de la réduction de ces produits. Le commerçant est aussi libre d'arrêter les ventes en soldes à tout moment. Autrement dit, il n'est pas obligé de vendre en solde durant toute la période. Il commence par un taux de baisse de 10% la première semaine (première démarque) et, au fur et à mesure, il réduit les prix (deuxième démarque). La dernière semaine, il va carrément brader sa marchandise (troisième démarque). D'ailleurs, c'est la raison pour laquelle les consommateurs attendent les derniers jours des soldes pour faire de bonnes affaires.
Le directeur du commerce de la wilaya nous apprend également que les agents de contrôle sillonnent l'ensemble des commerces, demandent en premier lieu l'autorisation aux commerçants et contrôlent les prix déjà fixés sur la demande. «S'il vend plus cher que le prix déclaré, il est en infraction», affirme M. Lamari qui ajoute : «Jusque-là, nous avons découvert 5 commerçants sans autorisation et qui ont procédé à la vente en solde avant même la période hivernale.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.