JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vers une action commune des partis qui soutiennent le président Boute
L'idée des pôles politiques fait son chemin
Publié dans La Tribune le 26 - 04 - 2014

Le président du parti Tajamou Amel Jazair (TAJ), Amar Ghoul, a affirmé jeudi à Alger que sa formation était à la recherche de dénominateurs communs avec d'autres partis politiques pour la réalisation du programme du président
Bouteflika. Cette annonce du président du parti de TAJ, qui a mené campagne pour la candidature d'Abdelaziz Bouteflika lors de la dernière élection présidentielle, aux côtés du FLN, du RND et du MPA, est de nature à renseigner sur les intentions de ce quatuor de s'arrimer autour d'un pôle présidentiel. Ce dernier pourrait bien prendre le relais de la défunte Alliance présidentielle constituée par le FLN, le RND et le MSP, et qui s'est dissoute suite au retrait du MSP et à la sourde rivalité entre les deux partis du système.
A l'évidence, ce projet politique auquel appelle Amar Ghoul, trouverait bien une oreille attentive auprès de Amara Benyounès, qui partage le soutien politique au président de la République. Mais, pour le MPA rien n'est acquis d'avance, car, se gardant d'être en alliance, ni avec le RND ni avec le FLN ou le TAJ, son président préfère tempérer ses ardeurs jusqu'après la formation du prochain gouvernement, pour lancer des discussions entre partis qui ont soutenu le Président. «Au MPA, nous sommes ouverts à toute forme de discussions», a indiqué M. Benyounès en substance. Mais, s'il venait à trouver un prolongement sur le terrain, ce pôle constituerait une réponse à l'activisme soutenu des partis de l'opposition, dont la coordination née dans le sillage du boycott de la dernière élection présidentielle, qui a décidé d'accélérer son programme d'action. La coordination composée du RCD, du MSP, d'Ennahda, du FJD, de Jil Jadid et d'Ahmed Benbitour, qui s'appelle désormais «Coordination pour les libertés et la transition démocratique», a en effet, suite à une réunion tenue le 22 avril dernier, multiplié les contacts en vue d'organiser une conférence nationale prévue les 17 et 18 mai prochain. Après une première rencontre avec Mouloud Hamrouche et Sid Ahmed Ghozali, cette coordination va rencontrer le candidat malheureux à la dernière élection présidentielle, Ali Benflis, qui partage l'idée d'une transition démocratique. Ali Benflis, qui a annoncé son intention de créer sa formation politique, a fait état dans ce sens, d'une coordination des efforts avec les partis qui ont soutenu sa candidature, et ceux qui ont boycotté le scrutin, en jugeant toutefois utile de préciser que chacune des formations garde sa propre entité. D'autres contacts sont d'ores et déjà programmés en direction de partis, de personnalités et de structures de la société civile.
Mais il n'est pas nécessaire d'être clerc pour deviner les résultats de cette conférence, dont la finalité est de remettre en cause tout un processus électoral qui a abouti à l'élection d'un président de la République. Elle n'aurait d'autres conséquences que de radicaliser encore davantage une opposition qui crie déjà à la marginalisation. Car, l'acceptation de l'idée d'une transition est synonyme d'un retour à la case départ depuis l'indépendance, alors que le pouvoir prône la stabilité des institutions en premier lieu, estimant qu'il y va de celle du pays. C'est là en fait une des idées sur laquelle achoppent les deux parties -pôle opposition et pôle présidentiel- en devenir, et qui va constituer l'objet des débats politiques pour les cinq années à venir.
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.