L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Unesco : victoire historique pour la cause palestinienne
Al-Qods considérée comme patrimoine de la Palestine
Publié dans La Tribune le 16 - 10 - 2016

En considérant la ville d'Al-Qods comme ville sacrée des trois religions monothéistes, ne reconnaissant ainsi aucune territorialité israélienne sur cette ville, l'Unesco vient de confirmer une réalité historique que voulait estomper la partie occupante. L'ire d'Israël suscitée suite au texte approuvé prouve l'efficacité du travail de coulisses des membres asiatiques, africains, sud américains et arabes de l'Unesco dans l'objectif de défendre le droit contre la falsification
Deux projets de résolution sur la Palestine occupée, soumis par sept pays arabes, ont été adoptés jeudi en commission avec 24 voix pour, six contre (dont les Etats-Unis) et 28 abstentions (dont la France).
Ils doivent en principe être soumis demain, pour une éventuelle adoption définitive, en séance plénière aux 58 Etats membres du Conseil exécutif de l'Unesco. Le fait que cette victoire en faveur des Palestiniens ait suscité l'ire des israéliens démontre la volonté des israéliens et de leurs soutiens de vouloir coûte que coûte judaïser la ville. Israël menace déjà de suspendre sa «coopération» avec l'organisation onusienne. Une suspension qui devrait être compensée par les nombreux pays favorables aux droits inaliénables des Palestiniens. Les projets de résolution concernent la ville d'Al-Qods occupée depuis 1967 par Israël et depuis annexée, une annexion illégale du point de vue du droit international. Un droit qu'Israël bafoue allégrement dans l'impunité internationale. Ainsi les lieux historiques dans la ville sainte qu'Israël n'a eu de cesse de vouloir les rattacher de force à sa gouvernance sont déclarés n'ayant aucun lien avec l'Etat colonial. Les textes approuvés par une commission de l'Unesco dénoncent les empiètements israéliens sur l'autorité de la Jordanie, les incursions israéliennes sur l'esplanade ou encore les restrictions d'accès imposées aux fidèles musulmans. Par un héritage historique, la Jordanie continue officiellement à administrer l'esplanade, mais en vérité c'est l'Etat hébreu qui en contrôle tous les accès. Les Palestiniens se sont félicités de ce vote de l'Unesco tandis que la Ligue arabe a salué une décision historique qui «invalide les allégations israéliennes en ce qui concerne Al-Qods». Jeudi, un projet de texte soumis par sept pays arabes, dont l'Algérie, visant la sauvegarde du patrimoine culturel de la Palestine et du caractère distinctif d'Al-Qods-Est, a été approuvé et sera proposé au vote mardi prochain. Le projet a réaffirmé que «les deux sites palestiniens d'Al-Haram Al-Ibrahimi à Al-Khalil et la mosquée Bilal Ibn Rabah font partie intégrante de la Palestine». L'Unesco avait également «vivement» déploré le fait qu'Israël n'ait pas cessé les fouilles menées constamment dans Al-Qods-Est, en particulier à l'intérieur et aux alentours de la vieille ville, lui demandant «d'interdire tous les travaux». Condamnant «fermement» l'escalade des agressions israéliennes et les mesures «illégales» prises à l'encontre du Département du Waqf palestinien et de son personnel, l'Unesco avait demandé à la puissance occupante, de «respecter le statu quo historique et de mettre immédiatement un terme à ces mesures illégales».
M. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.