Ali Benflis déposera son dossier cette semaine    La difficulté d'accès aux sources mise en exergue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Le rendez-vous de Benflis    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Le face-à-face    Les résultats plombés par les lignes intérieures    «Le système de Sécurité sociale n'est pas menacé»    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    L'EN des locaux, l'autre échec programmé !    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    D'autres actions des supporters en vue    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    Retour des mouvements de grève    87 kg de kif et de la cocaïne saisis sur l'autoroute, 3 narcotrafiquants arrêtés    Un homme tué par arme à feu    Le mal en perpétuelle augmentation    Un cauchemar FLN bis    Entre Mounia et Bahia y'a pas photo !    Bellaâ !    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    «Papicha» ou le drame de la censure?    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    L'enseignement religieux : Une pratique séculaire dans les ksour et oasis de Ghardaïa    Syrie: Paix toujours fragile au deuxième jour de la trêve entre Turcs et Kurdes    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Jeux Méditerranéens 2021 : Noureddine Bedoui préside une réunion interministérielle consacrée aux préparatifs    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    13.410 comprimés psychotropes saisis    Des milliers de manifestants à Londres pour un second référendum    Recul de la facture d'importation    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La première édition du «Prix Cheikh Abdelkrim Dali» s'est ouverte à Alger
Elle vise à découvrir et promouvoir de jeunes talents
Publié dans La Tribune le 20 - 11 - 2016

L'ouverture de la première édition du «Prix Cheikh Abdelkrim Dali», organisée par la Fondation éponyme, s'est déroulée en présence des représentants du Premier ministère et du ministère de la Culture. Des personnalités du monde de la culture, également présentes, ont pu assister en début de soirée à l'intervention de Dif Fazilet qui est revenue sur la première partie du parcours artistique de Cheikh Abdelkrim Dali (1914-1978), depuis les années 1930 jusqu'à 1945 où il a rejoint Alger
La première édition du «Prix Cheikh Abdelkrim Dali» de musique andalouse s'est ouverte mercredi dernier à Alger avec un spectacle animé par Lila Borsali, Hasna Hini, Dalila Mekkader et Karim Boughazi.
Devant un public nombreux venu à la salle Atlas à Bab El Oued où la compétition est prévue jusqu'au 19 novembre, les quatre artistes ont étalé, près de trois heures durant, des pièces du patrimoine andalou dans ses variantes Hawzi, Aroubi, Andalou et M'dih.
Accompagnés par la vingtaine d'instrumentistes, dont sept musiciennes, formant l'Orchestre Abdelkrim Dali dirigé par Naguib Kateb, les interprètes aux voix limpides ont donné le ton à cette première édition, se surpassant de technique et de professionnalisme.
Enchaînant Noubet Maya à quelques pièces dans le genre Aroubi, Lila Borsali, au charisme imposant et au timbre vocal cristallin, a embarqué l'assistance dans une randonnée onirique.
Intervenant ensuite avec des pièces du répertoire du Cheikh Abdelkrim Dali, Hasna Hini, également au luth, a mené sa prestation d'une main de maître, donnant de l'assurance à l'orchestre qui reprenait les variations mélodiques et rythmiques qu'elle lui indiquait.
Les pièces, «Tal Laâdab biya», «Dja lakhbar mel gherb» dans le genre aroubi, enchaînées à des «M'dihs» ont été brillamment interprétées par Hasna Hini qui a dédié sa prestation, a-t-elle précisé à l'APS, à «Kheireddine Sahbi, un de (ses) musiciens à Paris, victime des attentats de novembre 2015».
Etablie à Madrid (Espagne), Hasna Hini, diplômée par ailleurs en musicologie à Paris, a, dès l'âge de huit ans, adhéré à l'Association «Essendoussia», puis «El Inchirah», pour participer comme soliste, alors qu'elle n'a que 15 ans au Festival de Ghaza (Palestine).
Partie à Paris, elle adhère à l'Association «Les airs andalous» et poursuit une formation académique, avant de s'envoler à nouveau pour Madrid où elle perfectionne son art, avec des formations marocaines et gitanes.
Fière de s'être frottée à de grands maîtres comme le regretté Boudjemaâ Fergane, son père Smail Hini et Cheikh Amar Ezzahi, Hasna Hini compte deux CD à son actif, «Min Touratina» (de notre patrimoine-2008) et «Chiaâr Errouh wel Qalb» (Poésie de l'âme et du cœur-2010).
Dalila Mekkader est à son tour, apparue à la kouitra, avec Noubet Dil et les pièces aroubies et hawzis, «Frag Ghzali», «El Mehna ou Loghram» et»Wahd El Ghoziel» dans un répertoire plaisant qui a suscité du répondant chez le public.
Née en 1965 à Alger, la cantatrice à la voix suave, a débuté sa formation en 1974 à l'Institut national de musique, avant d'intégrer l'Association d'«El Fekhardjia» en 1981.
Etablie depuis une dizaine d'années à Dubaï aux Emirats Arabes Unies après avoir séjourné aux Etats-Unis, Dalila Mekkader promeut dans différentes rencontres le patrimoine andalou «seule et sans orchestre», a-t-elle regretté.
Auteure de trois CD, «Noubet Aroubi Tabaâ Mawal» (2012), «Noubet Maya» et «Hawzi Raml el Maya», produits en 2013, Dalila Mekkader attend «un soutien de la part des pouvoirs publics».
Karim Boughazi, le seul ténor parmi les cantatrices sopranes, a clos la soirée avec Noubet Raml el Maya dans sa version Sanaâ, donnant une prestation de haute facture, de l'avis des connaisseurs présents au spectacle.
L'ouverture de la première édition du «Prix Cheikh Abdelkrim Dali», organisée par la Fondation éponyme, s'est déroulée en présence des représentants du Premier ministère et du ministère de la Culture.
Des personnalités du monde de la culture, également présentes, ont pu assister en début de soirée à l'intervention de Dif Fazilet qui est revenue sur la première partie du parcours artistique de Cheikh Abdelkrim Dali (1914-1978), depuis les années 1930 jusqu'à 1945 où il a rejoint Alger.
La première édition du «Prix Cheikh Abdelkrim Dali» qui vise à «découvrir et promouvoir de jeunes talents» s'est poursuivie jeudi avec l'entrée en compétition des candidats Sabah Boulemnakher, Bilal Boustani, Djamel Hazem et Walid Medjadj.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.