Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    2e édition du salon du BTP    Le directeur persona non grata    Tunisie : La présidentielle est-elle jouée d'avance ?    Batelli renvoie Bouchar    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    ASO Chlef : Sursaut impératif devant le PAC    Les oncologues plaident pour le renforcement du dépistage    On adopte la règle du pollueur payeur    Aouinet El Foul : Des habitants non relogés ferment la route    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Championnat arabe des clubs: JSS-Al Shabab, aujourd'hui à 21h00 - Mission ardue pour les Sudistes    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    GALETTE ET PETIT-LAIT    Aïn Témouchent: Une tentative d'émigration clandestine déjouée    Deux fast-foods fermés à Cité Petit et Emir Khaled: 114 personnes intoxiquées après avoir consommé des sandwichs    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    Division nationale amateur - Centre: Le CRBT et le WRM sans partage    Environnement Une feuille de route pour l'économie circulaire sera lancée début octobre    Afin de consacrer l'indépendance de la magistrature : Amendement impératif et immédiat du cadre juridique    Ligue 2 (5e journée): L'O Médéa seule aux commandes, l'USMH coule    CHAN 2020, Algérie 0 - Maroc 0 : Peu audacieuse, l'Algérie se fait accrocher par le Maroc    Un procès hors normes    Les victimes protestent et réclament leur argent    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 6 octobre    Début de l'opération    Le marché pétrolier "équilibré, main incertain"    Le ministère s'explique    Le procès historique attendu par les Algériens    Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Aucune date arrêtée pour la hausse du prix de l'eau pour les gros consommateurs»
Le ministre des Ressources en eau et de l'Environnement, Abdelkader Ouali :
Publié dans La Tribune le 11 - 02 - 2017

Le ministre des Ressources en eau et de l'Environnement, Abdelkader Ouali, a qualifié la problématique de la protection de l'environnement «cause nationale» qui nécessite la mobilisation de tous. Intervenant à l'ouverture d'une session de formation sur le thème de l'environnement au profit des journalistes, organisée, jeudi dernier à la Maison de l'environnement de Tipasa par le Conservatoire national des formations à l'environnement (Cnfe), le ministre dira que si on veut réussir dans ce domaine, nous devons assurer l'ancrage de la citoyenneté qui est une entité fondamentale. Car, expliquera-t-il, la préservation de l'environnement est la responsabilité de tous vis-à-vis des générations futures.
Interrogé par la Tribune sur ce qui est fait ou envisagé pour réactiver les services de l'environnement au niveau communal, qui pourraient constituer un catalyseur pour l'impulsion d'une dynamique locale, le ministre dira que ces services doivent effectivement étendre, renforcer et diversifier leur action pour contribuer de manière optimale à la préservation de l'environnement. Pour appuyer ses propos, il indiquera que deux textes du code communal stipulent que l'Assemblée populaire communale doit former en son sein des commissions permanentes pour les questions relevant de son domaine de compétence notamment celles relatives à la santé, l'hygiène et la protection de l'environnement. «Une feuille de route est en cours d'élaboration pour réactiver le rôle des services de l'environnement au niveau communal et pour faire ainsi un lien entre les politiques environnementales et la société civile», a-t-il expliqué. «Notre mission est d'accompagner ces services et commissions de l'environnement au niveau communal. Le contrôle dépend des services spécialisés dans la vie sociale. On œuvre pour consacrer la démocratie participative», ajoutera-t-il.
M. Ouali s'est ensuite rendu au barrage Boukerdane à Sidi Amar, où il s'est enquis de son taux de remplissage, avant d'écouter un exposé sur le secteur de l'hydraulique dans la wilaya. En réponses aux questions des journalistes présents, le ministre insistera pour préciser que la détermination d'une date pour le relèvement de la tarification sur l'eau pour les clients dont le volume de consommation est de plus de 25m3/J, n'est pas à l'ordre du jour. «Une réflexion est engagée, mais aucune date n'est arrêtée», affirmera-t-il. «L'Etat à la charge d'appliquer la justice sociale en consacrant la justice dans la distribution, de l'eau partant de la base ‘‘qui consomme plus, paye plus''. Il est inadmissible que le client modeste soit placé au même rang que l'usine, l'hôtel ou les entreprises consommant beaucoup d'eau», a-t-il relevé à ce propos. «Les efforts de l'Etat sont actuellement axés sur l'efficience économique, en vue de l'ancrage d'une culture de rationalisation de l'usage des ressources en eau», précise M. Ouali. Le ministre avait annoncé, dans des déclarations précédentes, que ses services allaient réétudier la tarification de l'eau, en tant que produit soutenu, de façon à consacrer l'efficience économique, sans toucher aux catégories fragiles de la société (soit 18 millions d'Algériens).
S'agissant de la généralisation, à tout le pays, du système d'approvisionnement en eau potable H24, M. Ouali a assuré, que c'est là l'objectif suprême de son département ministériel, qui sera concrétisé dans le moyen et le long termes, grâce à une stratégie de travail claire, basée sur trois facteurs essentiels. Parmi ces facteurs, le ministre cite la garantie et le soutien de l'approvisionnement en eau potable, précisant que 38% des communes du pays sont approvisionnées H24 en cette ressource vitale, 37% bénéficient de l'eau à des heures fixes de la journée, alors que le reste est approvisionné à raison de deux à trois jours. «Notre souci, actuellement, est de garantir cet approvisionnement et de relever les plages horaires fixées pour l'AEP en vue d'atteindre, à terme, le système en H24», a-t-il soutenu. L'autre facteur, a-t-il dit, est celui de veiller à mettre un terme aux fuites d'eau et aux raccordements illicites, tout en assurant l'entretien des réseaux, avec l'ancrage d'une culture de rationalisation de l'usage de l'eau, avec la réalisation d'installations pour son stockage. «Le véritable enjeux dans le monde d'aujourd'hui est la maîtrise de la gestion des installations en matière et leur préservation», a-t-il soutenu, soulignant l'importance des stations de dessalement d'eau de mer, réalisées ces dernières années, au titre de la «stratégie bien guidée du président de la République, qui a pu ainsi éviter à l'Algérie une crise de l'eau, l'année dernière, suite à une situation de sécheresse».
F. O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.