«Affranchir l'Algérie du vice de la corruption avant les élections»    L'aveu d'une gouvernance pourrie    Report au 1er juillet du jugement en appel du sénateur Boudjouher    Des carrés blancs pour se distancer de la lutte des clans    La charte des droits et libertés rendue publique    Le conseil de la concurrence fait le point    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    Prison à vie requise pour les généraux Diendéré et Bassolé    «Il fallait monter en puissance»    Les actionnaires sur le banc des accusés    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    Belmadi : "Il est parti sans raison…"    Mellal : "La JSK dispose désormais d'un staff technique de haut niveau"    Nouvelles de l'Ouest    Débuts satisfaisants pour les candidats    102 élèves ont obtenu 10/10    Les candidats entre soulagement et appréhension après l'épreuve de mathématiques    1 candidat au BEM et 2 de ses complices devant la justice pour fraude via un réseau social    Des pollueurs par excellence    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    ACTUCULT    "Pour que cesse la censure !"    Médéa : La place du 1er Novembre fait pitié    Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Equipe nationale: Une notable progression est à relever    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    Une attitude pour le moins équivoque    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La communauté algérienne en France se prépare pour le 9 avril
L'ambassade et les consulats d'Algérie en ébullition
Publié dans La Tribune le 24 - 02 - 2009

De notre correspondant à Paris
Merzak Meneceur
Lancée début février, la campagne de préparation et d'organisation de l'élection présidentielle ainsi que celle de sensibilisation des électeurs suivent leur cours selon le programme défini lors de la réunion des consuls généraux et des consuls d'Algérie en France tenue à Paris le 2 du mois sous la présidence de M. Missoum Sbih, l'ambassadeur.
L'objectif est de créer les meilleures conditions possibles pour un bon déroulement des opérations de vote et de permettre une participation la plus large des Algériens établis en France au scrutin présidentiel. Ce qui est déjà connu, c'est que les citoyens de ce côté-ci de la Méditerranée commenceront à voter dès le 4 avril afin de profiter du week-end français (samedi et dimanche) propice, grâce à la disponibilité de temps, à drainer la grande affluence vers les urnes. Les bureaux de vote resteront ouverts jusqu'au
9 avril au soir.
C'est pour s'enquérir sur place de l'état de préparation de l'élection et contribuer à la sensibilisation des Algériens en faveur du vote que Missoum Sbih s'est engagé depuis le 4 février dans un tour de France en 18 villes-étapes, c'est-à-dire dans toutes les circonscriptions consulaires. Aujourd'hui, mardi, il sera à Montpellier, après Bordeaux, Strasbourg, Lille, Marseille, Lyon et d'autres villes, terminant sa tournée le 11 mars.
L'ambassadeur avait expliqué, le 2 février, que sa tournée est «une mission visant à informer tous nos interlocuteurs sur les dispositions prises par le gouvernement pour que le scrutin se déroule dans les meilleures conditions possibles, dans la plus grande transparence et le strict respect des lois pour permettre le libre choix des électeurs». Le chef de la mission diplomatique veut ainsi affirmer que son implication sur le terrain est celle d'un commis de l'Etat en dehors de tout esprit partisan laissant aux représentants des candidats à la présidentielle le soin de mener, le moment voulu, la campagne électorale.
Pour la période du 4 au 9 avril, il faut voter et faire voter. Tel semble être le leitmotiv de l'ambassadeur, craignant peut-être un fort taux d'abstention. C'est vrai que celui-ci n'est pas à exclure entre la jonction de la campagne que mèneront les militants des partis opposés à l'élection présidentielle et de la démobilisation d'électeurs favorables au candidat Bouteflika, estimant qu'il n'aurait pas besoin de leurs voix, sa réélection étant, selon leur conviction, certaine. Pour contrecarrer les effets possibles de ce double phénomène, la représentation diplomatique s'appuie sur le mouvement associatif animé par l'esprit civique. Dans chaque ville visitée, M. Sbih tient une réunion-débat avec les représentants des associations qui l'interpellent sur tous les sujets ayant trait à l'élection présidentielle, aux problèmes socio-économiques de l'Algérie et aux relations algéro-françaises. Ces associations sont les véritables relais sur le terrain pour sensibiliser les Algériens sur l'utilité et l'importance du vote du 9 avril. L'autre atout en faveur du vote est l'ouverture, les jours du scrutin, de bureaux délocalisés. En plus des classiques centres ouverts dans les consulats algériens, des locaux de proximité sont mis à la disposition des autorités algériennes, avec l'accord indispensable de l'administration française, évitant ainsi à des citoyens d'effectuer des dizaines ou des centaines de kilomètres pour accomplir leur devoir électoral.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.