Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Non-gouvernance mondiale
Publié dans La Tribune le 08 - 07 - 2017

Le spectaculaire a bel et bien pris le pas sur le fond au sommet du G20 réuni pour deux jours depuis hier dans la ville portuaire allemande de Hambourg. N'étant ni une instance ni une organisation internationale formelle, le Groupe des 20 pays les plus industrialisés et de quelques Etats émergents n'en représente pas moins 85% de l'économie mondiale et deux tiers de la population mondiale. C'est dire le poids qui devrait normalement être le sien.
En dépit de son importance incontestable, les observateurs et analystes dans leur majorité ont une approche pessimiste du grand conclave. Sérieusement «parasitée» par la présence massive des groupuscules anarchistes et d'extrême gauche, ennemis irréductibles du capitalisme financier et ne répugnant pas au recours à la plus extrême des violences, la réunion a connu un déplacement de son centre d'intérêt avant même son ouverture. Les images d'Hambourg transformée en champ de bataille et les panaches de fumée noire dans le ciel de la ville ont donc dominé la couverture médiatique de l'événement. Pour beaucoup de médias, la messe est dite d'avance et les «grands» de ce monde, en dehors d'une non-gouvernance mondiale durable qui les plombe, ne pourront offrir rien d'autre. Créé dans les années 2000 pour freiner une involution économique et financière menaçant sérieusement l'état du monde, le G20, pour l'essentiel, n'est pas parvenu à donner corps à ses principaux engagements. Il a bien mis en place une stratégie de mobilisation des fonds pour redonner du tonus à des économies en berne. Mais la manne semble avoir davantage profité aux banques qu'aux secteurs affectés de l'économie réelle. On ne s'étonnera pas, dans ces conditions, de voir le champ des manœuvres investi par les rivalités clivantes des vieux blocs en résurgence : Trump et Poutine vont se rencontrer pour la première fois depuis l'élection du 45e président américain et Angela Merkel, «l'homme fort» de l'Europe, promet de tenir la dragée haute au locataire de la Maison Blanche. Ce dernier s'y est préparé en conséquence. Son crochet par Varsovie, avant d'atterrir à Hambourg, a pris la forme d'un croche-pied à ses «alliés» européens. En Pologne, il encourage la défiance des dirigeants du pays contre l'UE, en particulier sur le refus d'accueillir des migrants chassés par les guerres. Il fallait s'y attendre, Donald Trump profite de son voyage européen pour rajouter des brandons à la discorde qu'il veut entretenir avec la Russie de Poutine sommée de cesser son soutien aux régimes syrien et iranien.
Au final, se pose une question de fond : les grandes rencontres internationales servent-elles encore à quelque chose ? Les tensions sur le G20 de Hambourg ne sont-elles pas un symptôme visible d'une grande panne de la gouvernance mondiale ? Il est peut-être temps de dépasser le multilatéralisme né de La Deuxième guerre mondiale et d'envisager la mise en place de nouveaux instruments mieux adaptés aux nouvelles réalités de la planète.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.