Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Non-gouvernance mondiale
Publié dans La Tribune le 08 - 07 - 2017

Le spectaculaire a bel et bien pris le pas sur le fond au sommet du G20 réuni pour deux jours depuis hier dans la ville portuaire allemande de Hambourg. N'étant ni une instance ni une organisation internationale formelle, le Groupe des 20 pays les plus industrialisés et de quelques Etats émergents n'en représente pas moins 85% de l'économie mondiale et deux tiers de la population mondiale. C'est dire le poids qui devrait normalement être le sien.
En dépit de son importance incontestable, les observateurs et analystes dans leur majorité ont une approche pessimiste du grand conclave. Sérieusement «parasitée» par la présence massive des groupuscules anarchistes et d'extrême gauche, ennemis irréductibles du capitalisme financier et ne répugnant pas au recours à la plus extrême des violences, la réunion a connu un déplacement de son centre d'intérêt avant même son ouverture. Les images d'Hambourg transformée en champ de bataille et les panaches de fumée noire dans le ciel de la ville ont donc dominé la couverture médiatique de l'événement. Pour beaucoup de médias, la messe est dite d'avance et les «grands» de ce monde, en dehors d'une non-gouvernance mondiale durable qui les plombe, ne pourront offrir rien d'autre. Créé dans les années 2000 pour freiner une involution économique et financière menaçant sérieusement l'état du monde, le G20, pour l'essentiel, n'est pas parvenu à donner corps à ses principaux engagements. Il a bien mis en place une stratégie de mobilisation des fonds pour redonner du tonus à des économies en berne. Mais la manne semble avoir davantage profité aux banques qu'aux secteurs affectés de l'économie réelle. On ne s'étonnera pas, dans ces conditions, de voir le champ des manœuvres investi par les rivalités clivantes des vieux blocs en résurgence : Trump et Poutine vont se rencontrer pour la première fois depuis l'élection du 45e président américain et Angela Merkel, «l'homme fort» de l'Europe, promet de tenir la dragée haute au locataire de la Maison Blanche. Ce dernier s'y est préparé en conséquence. Son crochet par Varsovie, avant d'atterrir à Hambourg, a pris la forme d'un croche-pied à ses «alliés» européens. En Pologne, il encourage la défiance des dirigeants du pays contre l'UE, en particulier sur le refus d'accueillir des migrants chassés par les guerres. Il fallait s'y attendre, Donald Trump profite de son voyage européen pour rajouter des brandons à la discorde qu'il veut entretenir avec la Russie de Poutine sommée de cesser son soutien aux régimes syrien et iranien.
Au final, se pose une question de fond : les grandes rencontres internationales servent-elles encore à quelque chose ? Les tensions sur le G20 de Hambourg ne sont-elles pas un symptôme visible d'une grande panne de la gouvernance mondiale ? Il est peut-être temps de dépasser le multilatéralisme né de La Deuxième guerre mondiale et d'envisager la mise en place de nouveaux instruments mieux adaptés aux nouvelles réalités de la planète.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.