Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Que faire ?
Publié dans La Tribune le 16 - 07 - 2017

Regardez, il s'est exactement écoulé trois ans pile poil depuis qu'un retournement du marché pétrolier en forme de séisme catastrophique a bouleversé jusqu'à la petite économie de bricolage de l'Algérie. Mais pas seulement. D'autres pays producteurs d'or noir, et parmi les plus grands, à l'instar du Venezuela et du Nigeria, vivent des situations de chaos politique et un climat frôlant l'insurrection. Si l'Algérie a tenu vaille que vaille pendant ces trois années, paradoxalement, elle le doit au pétrole sauveur. L'embellie financière avait, certes, ouvert les vannes de la dépense publique au profit du privé. Mais les réserves de change étaient relativement élevées, autour de 200 milliards de dollars, et comme la boulimie dépensière et le prix payé pour la paix sociale ne les avaient pas asséchées, elles ont amorti les chocs qui, en d'autres circonstances, auraient déversé les foules dans la rue. L'un dans l'autre, l'Algérie - on peut le dire- s'en est assez bien sortie. Les plus éclairés parmi nos dirigeants qui ne développaient pas un discours lénifiant et populiste, mettaient cependant en garde contre le cap 2018. C'est toujours par rapport au matelas des réserves de change qui, après l'épuisement du Fonds de régulation des recettes, risquerait d'être victime de la même tendance à cette date. «Que faire ?», écrivait Lénine confronté à des choix décisifs pour le présent et l'avenir. La question, tout au long de ces trois ans, on se l'est aussi posée en Algérie. Lénine, lui, avait fait suivre la première interrogation d'une autre, subsidiaire : «Comment faire ?» En Algérie, on a plutôt fait l'économie de ce type de débat, pourtant essentiel. Ou alors à peine si la problématique de la riposte a été évoquée, noyée dans les déclarations de… déni de crise et de lendemains qui chanteraient toujours. Les trains de mesures drastiques du cabinet Tebboune sifflent fort et indiquent bien ce qu'ils indiquent. La crise économique et financière qui frappe le pays est des plus sévères et risque de le mettre sur la paille si… Si on continuait à privilégier l'approche populiste et démagogique tout en laissant les choses en l'état. Trois ans plus tard, il faut avoir le courage de reconnaitre que nous comptons toujours sur le pétrole, parce que rien n'est venu jusqu'à présent, en dehors des palabres et discours rassurants, indiquer que l'économie commence à produire et fonctionner en comptant sur d'autres ressources que celles procurées par les hydrocarbures. La fin du pétrole cher aurait dû normalement sonner le glas de l'esprit rentier et de la sclérose mentale, deux ennemis jurés et mortels de la conscience productiviste. Quelque part, en Algérie aussi, on devrait décréter le passage du féodalisme politique, économique, culturel et social vers un productivisme qui projetterait l'Algérie sans attendre, et en brulant les étapes, vers les rivages de la post modernité industrielle et intellectuelle.
A. S.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.