Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Œuvrer à proposer des alternatives pour les consommateurs algériens
Socialisation de la culture avec des œuvres piratées
Publié dans La Tribune le 20 - 07 - 2017

Aujourd'hui, en Algérie le piratage de films, de séries télévisuelles internationales, de musique et même de livres est un phénomène d'une grande ampleur qui, malgré la ratification des conventions internationales de lutte contre ces faits, à toujours pignon sur rue. Il y a à peine une semaine, les vendeurs de DVD piratés, que cela soit dans certaines boutiques ou bien carrément exposés dans la rue à l'instar des autres marchandises vendues en informelle, se sont vus assaillis par les fans d'une série culte, dont le lancement de la nouvelles saison fait le bzz sur la toile.
Aujourd'hui, en Algérie le piratage de films, de séries télévisuelles internationales, de musique et même de livres est un phénomène d'une grande ampleur qui, malgré la ratification des conventions internationales de lutte contre ces faits, à toujours pignon sur rue. Il y a à peine une semaine, les vendeurs de DVD piratés, que cela soit dans certaines boutiques ou bien carrément exposés dans la rue à l'instar des autres marchandises vendues en informelle, se sont vus assaillis par les fans d'une série culte, dont le lancement de la nouvelles saison fait le bzz sur la toile. Cette effervescence des fans algériens démontre qu'ils sont à la page de ce qui se fait dans le monde et que, hélas, les supports piratés demeure leur seule fenêtre sur l'actualité culturelle mondiale. En effet, c'est cela le revers de la médaille, même si l'acte de piratage est condamnable, car cela porte atteinte à l'industrie de la production artistique et aux ayants droit, néanmoins, faute d'un réel réseau de distribution palliatif, il n'en demeure pas moins que c'est le seul moyen d'accès à la culture pour les Algériens. Ainsi, c'est à travers, les supports piratés qu'il existe une démocratisation de l'accès à ce qu'il se fait de plus récent et qu'il y a une réelle diffusion. C'est malheureusement grâce aux piratages et aux téléchargements sur le Net, diffusés sur divers supports, qu'il existe une forme de socialisation de la culture.
Aujourd'hui, certes il est légitime que l'Etat condamne et lutte fermement contre toute forme de piratage, mais la meilleur manière de lutter contre ce fléau et de mettre à la disposition du citoyen les produits culturels dans un cadre formel avec les meilleurs rapports qualité/prix. Il n'existe pas en Algérie de distribution large de produits audiovisuels ou même de livres et, quand ils existent les prix sont alignés sur ceux pratiqués à l'étranger et, avec le taux de change en devise, cela atteint des prix inabordables pour la maigre bourse de l'Algérien lambda. Hélas, enregistrées sur divers supports, les œuvres piratées sont vendues à des prix dérisoires. Cela satisfait la soif d'être à la page comme n'importe quel citoyen du monde, et même parfois mieux que dans certains pays.
Au final la question de la lutte contre le piratage ne se pose même pas et c'est une initiative louable. Mais la question qui se pose et quelles sont les solutions pour inciter les consommateurs algériens à aller vers des supports plus réglementaires d'autant plus que les points de ventes de disquaires conventionnés se réduisent comme une peau de chagrin. D'un point de vue économique, cela serait rentable puisque la demande existe, il suffit maintenant d'adapter l'offre en ayant comme objectif principal la socialisation de la culture, en la mettant à portée la majorité des citoyens algériens.
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.