Affaire Tahkout : poursuite du procès avec l'audition d'autres accusés et des parties civiles    Minurso: l'Afrique du Sud regrette l'absence d'un mandat étendu aux droits de l'Homme    Sétif: des mesures d'urgence pour assurer un confinement rigoureux    Le Président Tebboune présente ses condoléances à la famille de l'avocate Terrafi Yasmine    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Signature d'une convention entre le ministère des Affaires religieuses et l'ONPLC    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Les 13 manifestants acquittés    Révision de la Constitution: Les propositions du MSP    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Complexité insurmontable ?    Tiaret: Près de 1.800 logements attribués    DENSIFICATION    Oran: trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés    Abdelhak Lamiri: «L'idée de relance de l'économie n'a jamais vu le jour»    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Institut Cervantès: Un riche programme éducatif et culturel pour juillet    Le financement participatif bientôt opérationnel    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Près de 300 migrants interceptés par la Turquie    Un sixième centre de dépistage mis en service à Oran    Réception prochaine d'un service des urgences médico-chirurgicales    Les commerçants tirentla sonnette d'alarme    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Flambée des prix des climatiseurs    "Le 7e art a permis un changement profond dans les révolutions"    Epopée d'un pays en construction    Eléments constitutionnels de "l'Etat démocratique et social"    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    La Juventus pied au plancher, la Lazio au rattrapage    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    Tebboune préside une séance de travail aujourd'hui: Le plan de relance socioéconomique au menu    Enfin !    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Le ministre des sports répond a Taoufik Makhloufi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Blaoui El Houari laisse Oran sans voix
El Bahia endeuillée par la perte d'un des piliers de la chanson oranaise
Publié dans La Tribune le 20 - 07 - 2017

Le regretté, artiste adulé par toute l'Oranie, a été inhumé hier, au cimetière d'Aïn El Beïda, accompagné par une foule impressionnante venue lui rendre un dernier hommage
Le chantre de la chanson oranaise, Blaoui El Houari, est décédé, hier à Oran, à l'âge de 91 ans, des suites d'une longue maladie, a annoncé l'APS. Le défunt, icône du genre Wahrani, et l'une des figures marquantes de la chanson algérienne, mort aux premières heures de la matinée, avait été contraint de s'éloigner, des mois durant, de la scène artistique locale et nationale. Dès l'annonce de son décès, plusieurs témoignages son rendus au monuments de la chanson oranaise, tant sur les réseaux sociaux que sur les ondes de la radio et des sites d'informations nationaux et internationaux, à l'instar de celui rendu par l'un de ses élèves et ami, le chanteur oranais Baroudi Benkhedda, qui a souligné que «la musique oranaise moderne a été créée par Blaoui, en modernisant le chant bédouin qui n'était accompagné que par la flûte, en introduisant les percussions, le violon et l'accordéon». Fondateur avec Ahmed Wahbi du genre musical Asri, Blaoui El Houari est né le 23 janvier 1926 à M'Dina Jdida, quartier populaire d'Oran. Influencé par la musique arabe moyen-orientale, ce chanteur a contribué à révolutionner et à moderniser la musique bédouine, un style musical typique de l'Oranie, souligne le site de la Radio algérienne qui a diffusé ses œuvres sur les ondes dès l'annonce de la triste nouvelle pour lui rendre hommage. Son apprentissage musical, il le fera auprès de son père, Mohamed Tazi, mélomane et joueur de kouitra, ainsi que de son frère, Kouider Blaoui, qui lui fera découvrir et aimer les sonorités du banjo et de la mandoline. A 13 ans, il quitte l'école pour travailler dans le café de son père, où il s'occupe de l'entretien du phonographe et la diffusion des disques 78 tours de grands chanteurs algériens et égyptiens, ce qui lui permettra de s'imprégner de la musique moderne.
Blaoui Houari remporte un premier prix de radio-crochet aux Folies Bergères actuellement devenue Salle El Feth, Il est engagé comme pointeur aux docks d'Oran après le débarquement des forces armées américaines à Oran en 1942. C'est là qu'il apprend à jouer du piano et de l'accordéon aux côtés de Maurice El Médioni. Il commence alors à animer des fêtes de mariage et de circoncision dans un style bédoui joué avec des instruments modernes. Il fonde en 1943 son premier orchestre musico-théâtral et enregistre son premier 45 tours en 1955, en reprenant la fameuse chanson de Benyekhlef Boutaleb, Rani m'hayer. L'un de ses premiers succès sera le célèbre poème Biya dak el mor qu'il interprétera avec des instruments modernes de son premier orchestre. Blaoui el Houari a été détenu durant la guerre de libération nationale par l'administration coloniale au camp de concentration de Sig pour activités patriotiques. Après l'indépendance, il rejoint la station régionale d'Oran de la Radio et télévision algérienne (RTA) en tant que chef d'orchestre. En 1970, il participe durant sept mois à l'animation de l'ensemble musical algérien qui se produira à l'Exposition universelle d'Osaka, au Japon. En 1986, il enregistre un album, Dikrayat Wahran. Tout au long de sa carrière, son répertoire s'enrichira de près de 500 chansons qui influenceront de nombreux chanteurs, parmi lesquels Chab Mami et Houari Benchenet, qui deviendra l'un de ses plus fervents admirateurs. Blaoui El Houari restera dans les mémoires celui qui a adapté le plus grand nombre de textes de poètes et chanteurs de l'Oranie, tels ceux de Cheikh El Miloud, Cheikh Hamada, Mestfa ben El-Hadj Khaled Benahmed, Kadour Ould M'hamed, M'barek Essouci ou Cheikh Abdelkader Khaldi, natif de Mascara (1896-1964) à qui l'on doit le célébrissime poème Bakhta.
Le regretté artiste adulé par toute l'Oranie, a été inhumé, hier, au cimetière d'Aïn El Beïda de la ville d'Oran, accompagné par une foule impressionnante composée de représentants officiels, de personnalités de l'art et de la culture ainsi qu'un grand nombre d'anonymes venus lui rendre un dernier hommage. Paix à ton âme l'artiste.
S. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.