La chute finale    Report du procès de Tahkout au 6 juillet    Sonatrach et ENI signent plusieurs accords    Le wali envisage de recourir au confinement partiel par localité    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Du sens du patriotisme en Algérie    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La tablette et les diplômés chômeurs    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    La FAF s'est fixé une date butoir    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mettre l'action arabe commune au service du retour de la stabilité et de la sécurité dans le monde arabe
Messahel en tournée dans 8 pays du Moyen-Orient sur instruction de Bouteflika
Publié dans La Tribune le 01 - 08 - 2017

L'Algérie s'implique officiellement dans la crise du Golfe. Fidèle à son principe de non ingérence dans les affaires internes des pays, elle ne prend partie ni pour l'Arabie saoudite et ses alliés ni pour le Qatar, dont ils ont fait l'ennemi. Forte de son expérience au Mali et en Libye, elle s'engage dans ce qu'elle maîtrise le mieux : la médiation. Alger est d'autant plus convaincu de la nécessité d'intervenir pour aider à mettre fin aux conflits dans ces pays qu'il s'agit de la sécurité et de la stabilité de toute la région. Le moindre dérapage pourrait être fatal, les évènements passés et récents en témoignent. Ainsi, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, très au fait de l'évolution de la situation politique et sécuritaire dans l'ensemble des pays africains et arabes qui connaissent de sérieuses agitations, ces dernières années, est à nouveau en tournée. Cette fois-ci au Moyen-Orient. Il se rendra dans 8 pays, dont l'Arabie saoudite et le Qatar. Un voyage décidé par le chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika. Dans un communiqué rendu public par le département des Affaires étrangères, dimanche dernier, il est indiqué que «sur instruction de M. le président de la République, M. Abdelkader Messahel, ministre des Affaires Etrangères, effectuera, à compter du 30 juillet 2017, une tournée au Moyen- Orient qui le mènera en Arabie saoudite, en Egypte, à Oman, au Bahreïn, au Qatar, au Koweït, en Jordanie et en Irak». Le chef de la diplomatie algérienne est «porteur d'un message de M. le président de la République aux Souverains et Chefs d'Etat de ces pays», poursuit le communiqué. Il est clair que c'est le Président lui-même qui s'implique dans ce dossier, avec l'espoir de voir cette crise entre les frères se régler et le dossier clos à jamais. Dans le communiqué, on lit que «les entretiens qu'aura le ministre avec ses homologues porteront essentiellement sur l'examen des relations bilatérales, les voies et moyens de leur renforcement ainsi que les questions d'ordre régional et international, en particulier la situation dans le monde arabe, les crises qui affectent la Libye, la Syrie, le Yémen et la région du Golfe», et également que «la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent, ainsi que l'expérience algérienne en matière de déradicalisation, la situation au Proche-Orient et la question palestinienne, seront également inscrites à l'agenda des entretiens». A Djedda, en Arabie saoudite, le premier point de la visite, rapporte le département des Affaires étrangères dans un communiqué rendu public hier, Messahel s'est entretenu avec son homologue saoudien. Les deux ministres, indique le même source, «se sont félicités de la qualité des relations entre l'Algérie et l'Arabie saoudite, de la consultation régulière, ainsi que de la coordination permanente entre les deux pays, conformément aux directives données par le Président Abdelaziz Bouteflika et le Roi Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud». Et d'ajouter : «Cette rencontre a permis aux deux ministres d'examiner l'état des relations entre les deux pays ainsi que les voies et moyens de leur renforcement et de leur élargissement à tous les domaines, et ce à l'occasion des prochaines échéances inscrites à l'agenda de la coopération bilatérale, en particulier la prochaine session de la Commission mixte algéro-saoudienne». Aussi, apprend-on à la lecture du communiqué que les deux ministres «ont procédé à un échange de vue approfondi sur les voies et moyens à même de redynamiser l'action arabe commune et de la mettre au service du retour de la stabilité et de la sécurité dans le monde arabe, en l'orientant vers les principales préoccupations qui interpellent les Etats arabes, en particulier la multiplication des foyers de tensions et la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent».
Rappelons qu'au lendemain de la déclaration de la nouvelle crise du Golfe, l'Algérie, comme à son habitude, a adopté une position neutre. Dans un communiqué officiel, Alger a appelé les pays en désaccord à «dialoguer et respecter sous toutes conditions le principe de bon voisinage, de ne pas s'ingérer dans les affaires intérieures du Qatar». Une position que la Qatar a fortement salué, la qualifiant d'honorable. Le ministre qatari des Affaires étrangères l'a déclaré en ces termes lors de sa dernière visite en Algérie. A cette sortie, il avait ajouté comme un appel à une médiation algérienne : «L'Algérie, en tant que grand pays dans le monde arabe peut, de par son influence dans la région, jouer un rôle dans les relations interarabes.»
K. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.