APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Projets d'infrastructures sportives en souffrance à Alger    CAN 2019, Groupe C Algérie 2 - Kenya 0 : Débuts réussis pour la sélection algérienne    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Création d'une commission spécialisée en vue des JM-2021    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Côte d'Ivoire : Scandale des 18.000 tonnes de riz avarié importé de Birmanie    Secteur de l'hydraulique à Mostaganem : Une enveloppe de 5,5 milliards DA pour financer cinq projets    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs, les priorités    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    La nécessaire diversification énergétique    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    Le Sénat examine le dossier Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    Les Algériens suffoquent !    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    ALGERIE TELECOM : L'ex-PDG devant le procureur jeudi prochain    ACCUSES D'ENGENDRER DE GRAVES DOMMAGES POUR LE PARTI : Ould Abbes et Bouchareb indésirables au FLN    REMISE EN LIBERTE LOUISA HANOUNE : Une nouvelle demande introduite par les avocats    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    La conjoncture impose des solutions structurelles    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Premiers incidents post-congrès    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    CAN-2019: Maroc 1 - Namibie 0 - Les Marocains ont sué    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Canicule, désagréments et... autres
Publié dans La Tribune le 03 - 08 - 2017

Doit-on croire les responsables de la Sonelgaz quand, en matière de coupures de courant, ils donnent pour récurrent argumentaire la hausse des températures ? Jusque-là, dans leur majorité les Algériens n'ont jamais pris pour argent comptant ces explications assez souvent données dans des conditions particulières, autrement dit quand excédés par les coupures et indépendamment de leur situation géographique certaines populations n'hésitent pas à sortir dans la rue pour témoigner de leur grogne. Parfois de manière plutôt violente. Il faudrait pourtant s'y résoudre et raisonnablement accepter l'argumentaire en question même si, en son temps et plus particulièrement durant les années 2009 à 2012, les mêmes responsables de l'importante entreprise nationale auraient certainement eu encore plus de mérite à concéder qu'en sus des raisons naturelles invoquées la faillite de l'homme était également à proximité. En effet, il ne faudrait pas exclure également les mauvaises précisions faites par anticipation pour un exercice donné et rapidement prises à défaut en raison d'une demande (consommation) hors normes. Et de l'aveu des dirigeants mêmes de la Sonelgaz ce n'est pourtant pas faute d'insuffisance de production, loin s'en faut même. Preuve en est que pratiquement depuis l'année 2012, les coupures sont de moins en moins fréquentes, à telle enseigne que le mot très en vogue de délestage qui barrait les titres de presse quotidiennement durant la saison estivale ne fait plus partie du vocabulaire largement usité en ces temps.
Au cours des dernières quarante-huit heures, l'opérateur économico-industriel en question a fait l'annonce pour la journée du lundi dernier d'un pic de consommation, qui a atteint 14 182 MW, en augmentation par rapport à un autre enregistré en 2016 et évalué à 12 839 MW, soit, en termes de pourcentage, un taux de 10,8%. Il serait encore bon de préciser que le pic enregistré en 2016 avait déjà été dépassé la veille, atteignant 13 881 MW. Or, ce qui ne peut être ignoré parce qu'impossible qu'elles passent inaperçues, ce sont les journées caniculaires enregistrées à travers l'ensemble du pays depuis près d'une semaine. Le thermomètre taquinant allègrement les 45° dans des villes telles Annaba, Constantine, Guelma, Saïda, Bel Abbes, Chlef, Relizane… Et la Sonelgaz n'exclue pas, voire prévoit, de nouvelles pointes de consommation dans les semaines à venir. La solution idéale étant une modération dans la consommation de la part des usagers durant des tranches horaires précises : 13h-16h et 20h-23h. Faudrait-il encore que ces derniers réagissent de manière citoyenne à une sollicitation somme toute ordinaire et dont l'avantage, si celle-ci est favorablement accueillie et surtout suivie d'effet, ne peut que rejaillir sur l'ensemble des populations. Cela, même s'il parait pour le moins difficile, pour ne pas dire relevant du plus grand sacrifice pour certaines populations, notamment celles encore plus éprouvées par leur implantation géographique, à l'exemple du Sud du pays, d'y obtempérer non pas par refus délibéré de souscrire à un acte avant tout citoyen, mais en raison des capacités humaines naturelles, notamment pour les personnes âgées, malades chroniques et en bas âge à résister, voire seulement à pouvoir faire face à une canicule qui monte en puissance de jour en jour sans que tout individu concerné ne dispose de moyens à même d'atténuer un temps soit peu ses souffrances ou, dans le meilleur des cas, de raffermir ses résistances et reculer ses limites pour quelques heures seulement.
Il faudrait quand même juste rappeler qu'entre-temps l'Algérien a, quasiment de manière darwinienne, modifié son comportement, devenant à son corps défendant de plus en plus dépendant d'artifices externes que, toutes proportions gardées, la génération précédente n'a jamais connu. Mais avec tout ce qui se dit en matière de réchauffement climatique, il s'agit là d'une toute autre histoire et d'un tout autre débat.
A. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.