Le prix du masque ne "doit pas dépasser 15 dinars"    Débats sur fond de crise politico-sanitaire    Les "barques de la mort" reprennent du service    Axe central de la stratégiede déconfinement en Algérie ?    8 nouveaux décés, les contaminations en hausse    3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Canicule, désagréments et... autres
Publié dans La Tribune le 03 - 08 - 2017

Doit-on croire les responsables de la Sonelgaz quand, en matière de coupures de courant, ils donnent pour récurrent argumentaire la hausse des températures ? Jusque-là, dans leur majorité les Algériens n'ont jamais pris pour argent comptant ces explications assez souvent données dans des conditions particulières, autrement dit quand excédés par les coupures et indépendamment de leur situation géographique certaines populations n'hésitent pas à sortir dans la rue pour témoigner de leur grogne. Parfois de manière plutôt violente. Il faudrait pourtant s'y résoudre et raisonnablement accepter l'argumentaire en question même si, en son temps et plus particulièrement durant les années 2009 à 2012, les mêmes responsables de l'importante entreprise nationale auraient certainement eu encore plus de mérite à concéder qu'en sus des raisons naturelles invoquées la faillite de l'homme était également à proximité. En effet, il ne faudrait pas exclure également les mauvaises précisions faites par anticipation pour un exercice donné et rapidement prises à défaut en raison d'une demande (consommation) hors normes. Et de l'aveu des dirigeants mêmes de la Sonelgaz ce n'est pourtant pas faute d'insuffisance de production, loin s'en faut même. Preuve en est que pratiquement depuis l'année 2012, les coupures sont de moins en moins fréquentes, à telle enseigne que le mot très en vogue de délestage qui barrait les titres de presse quotidiennement durant la saison estivale ne fait plus partie du vocabulaire largement usité en ces temps.
Au cours des dernières quarante-huit heures, l'opérateur économico-industriel en question a fait l'annonce pour la journée du lundi dernier d'un pic de consommation, qui a atteint 14 182 MW, en augmentation par rapport à un autre enregistré en 2016 et évalué à 12 839 MW, soit, en termes de pourcentage, un taux de 10,8%. Il serait encore bon de préciser que le pic enregistré en 2016 avait déjà été dépassé la veille, atteignant 13 881 MW. Or, ce qui ne peut être ignoré parce qu'impossible qu'elles passent inaperçues, ce sont les journées caniculaires enregistrées à travers l'ensemble du pays depuis près d'une semaine. Le thermomètre taquinant allègrement les 45° dans des villes telles Annaba, Constantine, Guelma, Saïda, Bel Abbes, Chlef, Relizane… Et la Sonelgaz n'exclue pas, voire prévoit, de nouvelles pointes de consommation dans les semaines à venir. La solution idéale étant une modération dans la consommation de la part des usagers durant des tranches horaires précises : 13h-16h et 20h-23h. Faudrait-il encore que ces derniers réagissent de manière citoyenne à une sollicitation somme toute ordinaire et dont l'avantage, si celle-ci est favorablement accueillie et surtout suivie d'effet, ne peut que rejaillir sur l'ensemble des populations. Cela, même s'il parait pour le moins difficile, pour ne pas dire relevant du plus grand sacrifice pour certaines populations, notamment celles encore plus éprouvées par leur implantation géographique, à l'exemple du Sud du pays, d'y obtempérer non pas par refus délibéré de souscrire à un acte avant tout citoyen, mais en raison des capacités humaines naturelles, notamment pour les personnes âgées, malades chroniques et en bas âge à résister, voire seulement à pouvoir faire face à une canicule qui monte en puissance de jour en jour sans que tout individu concerné ne dispose de moyens à même d'atténuer un temps soit peu ses souffrances ou, dans le meilleur des cas, de raffermir ses résistances et reculer ses limites pour quelques heures seulement.
Il faudrait quand même juste rappeler qu'entre-temps l'Algérien a, quasiment de manière darwinienne, modifié son comportement, devenant à son corps défendant de plus en plus dépendant d'artifices externes que, toutes proportions gardées, la génération précédente n'a jamais connu. Mais avec tout ce qui se dit en matière de réchauffement climatique, il s'agit là d'une toute autre histoire et d'un tout autre débat.
A. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.