Deux clubs espagnols se disputent Isco    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Fête de l'indépendance: 160.000 logements à distribuer    JM-Oran 2022: La boxe et l'athlétisme enrichissent la moisson algérienne    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les clés de l'indépendance    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    M. Diafat lance le programme national de développement des micro-entreprises    Le sens et les messages d'un défilé    Makri avance sa proposition    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    De quoi le 5 Juillet est-il le nom?    Comme un certain 5 Juillet 1962...    Le «Train de la Mémoire» sur les rails    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    JM: programme des finales prévues dimanche    JM/Judo: l'Algérie renoue avec l'or 13 ans après    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Démocratique et populaire... et juste
Publié dans La Tribune le 03 - 08 - 2017

Pour tragiques qu'elles soient, il est des informations, parfois de simples entrefilets dans les journaux, plus instructives que bien des palabres et discours. On le savait plus ou moins mais sans en soupçonner l'ampleur qu'ils ont prise dans le silence de la banalité ambiante : des machines aux mains d'inconscients, ou plutôt de hors-la-loi et fiers de l'être, massacrent impunément «à la tronçonneuse». De simples faits divers regrettables ? Certainement pas. A Annaba d'abord, jeudi dernier, puis à Cap Djinet, dans la wilaya de Boumerdès, pendant le même week-end, deux jet-skis ont arraché à la vie, dans des conditions atroces, deux baigneurs venus profiter des plaisirs simples de la mer. Ils étaient sur deux plages autorisées à la baignade par les autorités et bénéficiant à ce titre d'un dispositif de surveillance et de protection des baigneurs. Les deux innocentes victimes passeront-elles par pertes et profits, comme d'autres avant elles ? Plus grave, à Annaba, le maire avait pris un arrêté pour prévenir ce genre de tragédie. Il ne s'est apparemment trouvé personne pour l'appliquer. Tout comme sur la terre ferme, les voitures et les camelots disputent les trottoirs aux piétons, des engins de la mort disputent les espaces de baignade aux estivants. Au vu et au su de tout le monde. Etat de droit, où es-tu ? A l'heure où les citoyens découvrent, outrés, à travers la presse une déliquescence nauséeuse de mœurs et pratiques politiques qui veulent s'ériger en gouvernance, c'est la notion même de justice, par-delà le respect élémentaire dû à la loi, qui doit interpeller tous les Algériens, quels que soient leur statut et leur fortune. On pourrait toujours rétorquer que l'Etat de droit est une construction dynamique, un objectif à atteindre. Bien vrai. Dans le cas de l'Algérie, l'aspiration des citoyens est plutôt modeste et raisonnable. Ils veulent juste acquérir la certitude que nous y allons, même lentement. Mais beaucoup de faits les font douter et ils ont plutôt l'impression que l'aimantation du recul est plus forte que celle de l'avancée. A la croisée des chemins ? Le constat qui s'impose de lui-même. Les dénis quotidiens du droit et des lois, dont tout un chacun peut constater les accommodements spécifiques et les contournements, sont un coup porté au devoir de justice des institutions qui transparait dans l'ensemble des dispositions constitutionnelles. Et c'est bien dommage, car l'investissement pour des réformes qui donneraient corps à ce principe cardinal est le moins budgétivore des dépenses de l'Etat. Combien coûte une volonté politique affirmée ? Zéro licence d'importation et pas de transfert de devise. Vrai ou faux, on raconte qu'un héros de la guerre de libération aujourd'hui disparu, baroudeur de première et forte tête, très forte tête, au propre et au figuré, aurait fait cette suggestion aux rédacteurs des textes de la révolution : ajouter l'adjectif «juste» à «République algérienne démocratique et populaire». Si les mots ont un sens, cela veut tout dire.
A. S.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.