Les Algériens "déterminés" à mettre en échec tous les "desseins hostiles"    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    La colère de la classe démunie    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    Ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    "Pas d'effets indésirables graves relatifs au vaccin anti-Covid Spoutnik V"    Liverpool : L'attaque des Reds est en panne...    Ligue 1: ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    La Lamborghini des bourdes !    Le lait en sachet, une denrée rare    Relance des travaux    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    La rue fait monter la pression au Soudan    300 millions de centimes dérobés    Situation politique et questions régionales au menu    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Les avocats plaident l'innocence    Le schiste américain remonte la pente    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Lentement ou sans précipitation ?    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    LOURDE CHARGE    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lancement d'un programme d'intégration de la pisciculture à l'agriculture à Tizi Ouzou et Bouira
Initié dans le cadre national de développement
Publié dans La Tribune le 05 - 08 - 2017

Un programme d'intégration de la pisciculture à l'agriculture, initié dans le cadre du plan national de développement de l'aquaculture, a été lancé à Tizi Ouzou et Bouira, a-t-on appris jeudi du directeur de la pêche, des ressourcés halieutiques (Dprh) de Tizi Ouzou, qui chapeaute ces deux wilayas.
Un programme d'intégration de la pisciculture à l'agriculture, initié dans le cadre du plan national de développement de l'aquaculture, a été lancé à Tizi Ouzou et Bouira, a-t-on appris jeudi du directeur de la pêche, des ressourcés halieutiques (Dprh) de Tizi Ouzou, qui chapeaute ces deux wilayas.
Un total de 14 bassins d'irrigation, dont 4 dans la wilaya de Tizi Ouzou et 10 à Bouira, ont déjà été ensemencés avec des alevins de carpe, fournis par l'écloserie de Sétif, au titre d'une opération pilote et à l'occasion de journées pédagogiques organisées par la Dprh/TO et dont la dernière en date s'est déroulée les 30 et 31 juillet dernier à Bouira, 5 bassins ont été alors ensemencés, a indiqué à l'APS, Abdelhafid Belaid.
Lors de cette formation, une quarantaine d'agriculteurs de cette même wilaya, qui ne jouit d'une façade maritime, ont bénéficié d'une formation sur les techniques l'ensemencement des bassins d'irrigation, assurée par le Centre national de recherche et de développement de la pêche et de l'aquaculture (Cnrdpa) et l'Institut national supérieur de pêche et d'aquaculture (Inspa), a précisé le responsable.
Dans la wilaya de Tizi Ouzou, une cinquantaine d'agriculteurs avaient bénéficié en janvier dernier d'une formation sur les techniques d'ensemencement de barrages, abritée par l'Institut de technologie moyen agricole spécialisé (Itmas) en agriculture de montagne de Boukhalfa, a indiqué le Dprh, observant que sa direction a mis au point un programme d'accompagnement des agriculteurs pour développer et donner un essor à cette activité.
La technique de mise en place de la pisciculture en eau douce est simple. Elle consiste à introduire dans un bassin d'irrigation ou un étang de la matière organique, tel que du fumier, pour créer une chaîne alimentaire où les alevins pourraient se développer sans que l'agriculteur n'ait à les nourrir quotidiennement, a expliqué M. Belaïd.
L'expérience d'ensemencement des 14 bassins d'irrigation à Tizi Ouzou et Bouira a été couronnée par la production d'une tonne de poisson. «Des résultats qui seront améliorés avec la maîtrise de cette activité par les agriculteurs», a-t-il assuré.
L'intégration de la pisciculture à l'agriculture offre l'opportunité aux agriculteurs d'améliorer leurs recettes par une autre source de revenus supplémentaire, qui est le poisson. Cette activité permet également d'augmenter le rendement agricole grâce à l'irrigation des champs avec l'eau enrichie naturellement avec les déjections des poissons (un fertilisant biologique) vivants dans des bassins ensemencés tel que démontré chez des agriculteurs, qui ont déjà menée cette expérience dans d'autres régions du pays, a relevé le directeur de la pêche, des ressourcés halieutiques (Dprh) de Tizi Ouzou.
L'eau enrichie de ces bassins évitera à l'agriculteur d'utiliser des engrais chimiques, ce qui lui fera réduire ses dépenses mais aussi améliorer la qualité organoleptique de ses produits qui seront bio. «Cela contribue aussi à la préservation des champs de culture et de l'environnement en général, ainsi que de la pollution aux engrais chimiques», a-t-il souligné.
L'objectif visé par ce programme est l'autonomisation de cette activité pour une production piscicole à grande échelle, en incitant les opérateurs privés à investir dans cette filière notamment par la mise en place d'écloseries d'alevins et d'unités de production d'aliment pour poisson et de transformation avec la perspective d'aboutir à long terme à l'exportation de ces produits, a-t-il ajouté.
Ce programme, lancé par le ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, au titre du plan de développement de la pêche et de l'aquaculture à l'horizon 2025, vise la préservation des 80 000 postes d'emplois du secteur, à l'échelle nationale, la création de 40 000 autres, ainsi qu'à doubler la production aquacole nationale, qui est actuellement de 100 000 tonnes de poissons issus de l'élevage, a conclu M. Belaïd.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.