« Les partis de l'allégeance sont prêts à tout pour perpétuer le statu-quo »    Les douanes s'offrent un nouveau système d'information    À la recherche de la bonne stratégie    Installation d'un comité paritaire    La Russie continue de se renforcer dans l'Arctique    La formation de peinture à l'honneur    La JSK tombe à Ghris    La JSES et l'ICO connaissent leurs adversaires    Le doyen des nageurs d'Oran, le moudjahid Mohamed Benaboura, honoré    Des forestiers se rebiffent    Ta cervelle s'arrête, mon Jean-Jean !    Le cauchemar de nesrineLes intérêts supérieurs de Abdelkader Hammouche Le cauchemar de nesrine    Leçon de Corée    Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Chlef: Ténès se souvient    Le débat est ailleurs    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    Zeghnoun rejoint la JSM Skikda    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Les différentes mesures prises pour l'amélioration de l'attractivité insuffisantes    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Décès du vice-président de l'APW    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art de freiner les élans
L'exemple du jeune Mansouri Moussa, champion national, est éloquent
Publié dans La Tribune le 19 - 04 - 2009

Il est venu à la discipline du kung-fu wushu par pur hasard et a eu vite fait de l'adopter au point que celle-ci est devenue pour lui une passion. Il a entamé son parcours sportif en 1995 et vite fait ses preuves. Il se projetait et se promettait à un avenir plein de succès et de consécrations, tant son talent et son engagement pour les arts martiaux étaient débordants.
Son ralliement à l'équipe nationale l'avait propulsé à de grandes ambitions mais non moins mesurées.
Un champion désabusé et aigri
Aujourd'hui, c'est un Mansouri Moussa, puisque c'est de lui qu'il s'agit, complètement désabusé et aigri qui s'interroge sur son avenir sportif immédiat et qui se pose des questions, sans trouver de réponses, sur les dysfonctionnements et les irrégularités qui semblent être érigées en ligne de conduite dans cette discipline de manière particulière et dans tout le milieu sportif algérien, de manière plus générale. Mansouri Moussa, aujourd'hui âgé de 22 ans, a découvert le kung-fu wushu en s'inscrivant dans le club de son quartier, Bab El Oued, «Amel Baladiyat». Il commencera dans l'équipe démonstrative (exhibitions) avant d'entamer, en 1996, les compétitions. Dès cette année, il commence à donner satisfecit puisqu'il est en première position au Championnat national dans la catégorie des poussins, épreuve nanquan. Il obtiendra, également, la première place au Championnat national dans la catégorie suivante, celle des benjamins, aussi bien en première qu'en deuxième année. Il est encore premier dans la catégorie des minimes, durant les deux premières année. Lorsqu'il accède à celle des cadets, les choses commencent à se corser pour lui : «Les problèmes ont commencé à faire leur apparition avec le laisser-aller des dirigeants et le manque de financement, cela a eu des influences sur notre travail et nos résultats. Du coup, on ne faisait que rarement des déplacements à l'intérieur du pays», explique Moussa qui précise que la situation a commencé à se dégrader avec le départ de maître Djamel Amrane, le champion mondial algérien qui a introduit, pour la première fois, le kung-fu wushu en Algérie. «Ce dernier, ajoute notre interlocuteur, a fini par quitter le pays et s'installer aux Etats-Unis d'Amérique où sa carrière a encore évolué.» «Je regrette de n'avoir assisté qu'à un seul cours avec lui lorsqu'il est venu entraîner au club de Bab El Oued», enchaîne-t-il, non sans une pointe de nostalgie pour cette époque.
Pas d'entraîneurs ni de perspectives
D'autres entraîneurs ont fini par jeter l'éponge après Amrane, obligeant notre jeune champion national et ses camarades à un «chômage forcé» deux longues années durant. Pendant cette période creuse, Moussa a quand même pris part au Championnat national en dépit de l'absence d'entraînements cadrés, mais conséquemment à cette situation, il se classa à la troisième place. Alors, il a décidé de rejoindre le club d'Aflou (Laghouat) plus performant que celui de son quartier natal où il continuera tout de même à s'entraîner. A cette période, il était à la catégorie des juniors (–85 kg) ; il se classera en pole position dans les épreuves nanquan, jian shu et sanshu. Passé en senior, il continuera à fournir les mêmes prestations au point qu'il fut sélectionné pour rejoindre le regroupement de l'équipe nationale en 2006 et participa au Championnat national, épreuve iianshu. «On devait ensuite prendre part, mes amis et moi, au championnat arabe qui a eu lieu en Jordanie avec 13 épreuves. A notre grande surprise, nous apprenons que nous avons été déclassés et que d'autres noms ont été mis à notre place, sans comprendre le pourquoi et le comment de la chose. Finalement, l'Algérie n'a pas été représentée à cette manifestation puisque personne n'y était allé !» Moussa devait ensuite prendre part, en 2006, au spectacle préparé sous l'égide de l'autre champion du monde, Azzedine Noui, à l'occasion de la Fête de la jeunesse, le 5 juillet. Il se blessa à la cheville et à la suite d'une intervention chirurgicale, il dut arrêter de jouer pendant un an. Il reprit, en 2008, après avoir décroché, entre-temps, son baccalauréat. Il quitta le club de son quartier pour rejoindre celui de Hammamet. Faute de financement, les responsables du club annulent leur participation à une compétition nationale. Il décrochera, ensuite, la première place à la supercoupe la même année en présence des officiels algériens, dont le ministre de la Jeunesse et des Sports et son homologue chinoise. Il décrochera la première place dans les catégories nangun et jianshu. En 2009, il obtient la même place au championnat de wilaya dans les épreuves de nanshuan et de nagun et la seconde avec l'équipe nationale. Pour autant, il ne sera pas invité à représenter notre pays au championnat arabe des clubs qui se déroule encore en Jordanie, ni au championnat d'Afrique des clubs qui a eu lieu en avril dernier. «On ne comprend rien à ce qui se passe dans l'équipe nationale. Ce sont toujours les gens parachutés à la dernière minute. En mai prochain, aura lieu le championnat d'Afrique des nations au Maroc et en décembre prochain, le championnat du monde au Canada. Il faut alors s'attendre à des surprises. Ce ne seront évidemment pas les plus méritants qui représenteront le drapeau national», ajoute avec amertume Moussa. Ce dernier rappelle que le champion du monde en arts martiaux, Nacer Zemal, a pu participer au championnat du monde de Chine en 2007 par ses propres moyens. Il obtiendra le 5e place.
Reculer au lieu d'avancer
Moussa regrette que depuis l'introduction des arts martiaux vers 1987, les choses n'évoluent pas convenablement : «On continue de bricoler ; on recule au lieu d'avancer. Avant, il y avait une Fédération des arts martiaux ; maintenant, il n'y a que des ligues régionales. En Tunisie, les champions sont bien suivis, pris en charge et encadrés par des étrangers. En Algérie, les capacités existent mais la volonté politique n'y est pas !» Notre interlocuteur conclura en rappelant que le club qui a vu naître son talent a été le premier, en Algérie, à avoir commencé l'apprentissage du kung- fu. A bon entendeur…
M. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.