Ligue des champions d'Afrique : Le MCA qualifié aux quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la ligue: résultat du tirage au sort    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une question de réglage ?
Les insuffisances du plan d'action du système éducatif
Publié dans La Tribune le 10 - 07 - 2008

Gai, gai l'écolier, l'école fondamentale est révolue. Après les critiques à propos des sacrifices de générations d'écoliers depuis la fin des années 1970, il était devenu urgent de revoir la politique d'éducation nationale. En avril 2002, le Conseil des ministres adopte le nouveau plan d'action de mise en œuvre de la réforme du système éducatif national. Engagé depuis la rentrée scolaire 2003, le nouveau pla s'articule autour de trois éléments essentiels, à savoir la mise en place d'un système de formation et d'évaluation de l'encadrement, la refonte de la pédagogie et des champs disciplinaires et la réorganisation générale du système éducatif.
Dans le premier volet, qui concerne principalement la formation des enseignants, le ministre M. Boubekeur Benbouzid, dans une de ses nombreuses sorties médiatiques, avait déclaré que 280 000 enseignants allaient suivre des formations continues, dont 171 000 dans le cycle primaire et 110 000 dans le secondaire. L'objectif est d'atteindre 90% d'enseignants détenteurs d'une licence contre 14% actuellement. Il était temps. Car, en décembre 2006, le même ministre révélait une réalité choquante. Plus de 85% des enseignants du cycle primaire n'étaient pas titulaires du baccalauréat. Ils étaient 65% dans le cycle moyen. Pourtant, l'université algérienne produit annuellement 120 000 diplômés, dont 14% se retrouvent sans emploi.
Donc, le problème du déficit en enseignants qualifiés se pose avec acuité. Particulièrement dans les langues étrangères et principalement pour le français. Une situation qui a obligé le ministère à prendre une décision que d'aucuns ont qualifié de bricolage en dispensant les élèves de 6e année primaire, dans certaines régions du pays, de l'examen du français. Pour l'année prochaine, le même ministère a décidé d'ouvrir plus de 26 000 nouveaux postes budgétaires. Mais est-ce suffisant pour encadrer plus de 8 millions d'élèves, dont 3,3 millions dans le cycle moyen, pour la rentrée prochaine ? Au-delà des chiffres, le vrai problème ne se situerait-il pas au niveau du statut de l'enseignant ? Il est clair que les jeunes universitaires ne se bousculent pas au portail des écoles. Et pour cause. Le secteur est peu attractif.
Au-delà de l'aspect noble du métier, le reste ne suit pas. Un constat dûment établi par les différents syndicats des enseignants qui n'ont cessé de manifester leur mécontentement quant à leur situation. Le statut de l'enseignant et la grille des salaires ont été les principales revendications des syndicalistes qui reprochent aux pouvoirs publics le manque de concertation et l'absence de dialogue. S'agissant du second volet, relatif à la refonte de la pédagogie et des champs disciplinaires, il est à noter que la réforme des programmes et des manuels scolaires s'est déroulée par paliers, touchant chaque année un nombre défini de classes. Ainsi, ce sont pas moins de 58,5 millions d'exemplaires de manuels scolaires, sur un besoin estimé à 65 millions, qui ont été élaborés suivant 181 programmes et 151 titres. Un reproche a toutefois été fait par les parents d'élèves concernant le prix d'un jeu de manuels et l'indisponibilité de ceux-ci au niveau de certains établissements scolaires. De son côté, le ministère reconnaît que ce déficit ne sera comblé qu'à la rentrée scolaire 2009/2010.
L'application de l'approche par compétences dans le système pédagogique a aussi soulevé l'incompréhension, pour ne pas dire le scepticisme, chez certains enseignants qui (préconisent) la sélection précoce (dès l'année du BEM), la réduction de l'offre pédagogique par la suppression des savoirs hautement techniques et académiques et la création d'un marché du savoir grâce à la concurrence. Et même s l'approche par compétences est jugée efficace, elle nécessite beaucoup de temps et de moyens. Peut-on appliquer cette méthode dans des classes de 40 élèves ?
Toujours au volet pédagogique, les élèves de terminale ont manifesté leur mécontentement quant à la surcharge des programmes. Une situation qui a conduit les autorités à limiter le seuil de révision pour l'examen du bac 2008. La réorganisation générale du système éducatif est le volet qui a provoqué le plus de confusion. L'introduction de l'enseignement de la langue française en 2e année primaire puis en 3e fut le premier couac enregistré. Viennent ensuite l'allongement de l'enseignement moyen et la réduction du cycle primaire, une opération qui se solde, dans cette phase de transition, par un rush sans précédent au niveau des CEM. Plus de 3,3 millions d'élèves sont attendus pour la rentrée prochaine dans le cycle moyen.
Finalement, la révision du système éducatif en Algérie est nécessaire. Mais un projet d'une telle ampleur ne doit en aucun cas souffrir d'approximation. Même si, comme l'affirmait le ministre chargé du dossier, «les réformes ne sont pas “le Saint Coran”», il faut savoir que chaque modification risque de perturber des centaines de milliers d'élèves.
Dans ce sens, pourquoi ne pas avoir procédé par étapes, en désignant des établissements pilotes. Une réforme d'une telle radicalité nécessite du temps. Si on peut récupérer et remettre à niveau, en cas de perturbation, une centaine ou même un millier d'élèves, peut-on en faire la même chose pour une centaine de milliers ? Il s'agit de toute une génération.
Pendant ce temps, la seule chose qui reste immuable est la joie des élèves à l'approche de la fin de l'année scolaire.
Alors, gai, gai l'écolier, c'est déjà les vacances.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.