Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les associations insuffisantes en nombre et en efficience
Maillon fort de la démocratie participative
Publié dans La Tribune le 11 - 11 - 2009


Photo : Riad
Par Samir Azzoug
La gouvernance moderne tend à s'appuyer de plus en plus sur le modèle de la démocratie participative. Celle-ci requiert une certaine maturité de la part de la société civile qui doit jouer un rôle de lien entre les institutions d'Etat et les citoyens. Ces derniers ont un cadre réglementaire qui leur permet de s'organiser en associations de divers caractères pour arriver à juguler la somme des volontés populaires. Qu'elle soit à thématique sociale, culturelle, sportive ou autre, une association devient un porte-voix pour ses membres et ses sympathisants. En Algérie, plus de 80 000 associations nationales et locales agréées sont régies par la loi n°90-31 du 4 décembre 1990. D'après le ministère de l'Intérieur (document figurant sur son site Internet), le nombre d'associations nationales agréées est d'à peine 962. Ce qui reste dérisoire si l'on compare avec les chiffres des sociétés dites évoluées. Au vu des difficultés que rencontre le simple citoyen à faire aboutir ses doléances, l'importance qu'ont pris certains fléaux sociaux tels que la toxicomanie, la haraga, la violence dans les stades la crise du logement, l'absence d'espaces d'échange et de partage… même le nombre de 80 000 associations est très bas. En France, par exemple, 63 000 associations, tous domaines confondus, naissent chaque année. D'ailleurs, les associations internationales sont devenues incontournables dans la conscientisation des citoyens sur les dangers de certains produits, le déséquilibre des écosystèmes, le tabagisme… Il est aberrant que, pour n'importe quelle revendication, la population recoure à des mouvements de violence comme cela s'est passé récemment à Diar Echems (Alger) et ailleurs. Si le collectif des habitants était organisé en associations ou en comités de quartier réellement actifs, représentatifs et crédibles, la population n'aurait pas eu recours systématiquement à la violence en coupant les routes, en brûlant des pneus et en criant sa haine pour se faire entendre. En Algérie, rares sont les
associations qui arrivent à sortir de l'anonymat. Il faut dire que la majorité écrasante de ces organisations n'ont aucune influence sur le cours des choses. Beaucoup d'entre elles ont simplement été créées dans l'espoir de se voir attribuer le label «d'utilité publique» et, ce faisant, s'assurer un financement offert «gracieusement» par le Trésor de même nature (public). L'absence d'un organisme chargé d'évaluer le travail des associations est flagrante. Les dispositions pénales prévues dans la loi 90-31 sont bien maigres. Les articles 45, 46 et 47 ne visent que la création d'une association non agréée, l'utilisation des biens de l'association à des fins personnelles ou le refus de fournir régulièrement les renseignements relatifs à l'effectif, à l'origine des fonds et à la situation financière. Donc, pas d'obligation de résultats. Forcément, les associations deviennent des fourre-tout, où se côtoient bonnes intentions, volontariat, cupidité, allégeance et convoitise.L'année dernière, le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Yazid Zerhouni, avait fustigé le mouvement associatif en annonçant que 95% de ces entités n'avaient pas présenté leurs rapports financiers et moraux et qu'une grande partie a été détournée de sa vocation. Triste constat, qui restera cependant sans suite.
De l'efficacité du travail des associations en Algérie, on peut aisément dire que la plus-value apportée à la société reste très minime. En dehors de leurs participations aux salons, séminaires et commémorations de dates historiques, ces entités restent très timides sur le terrain. Même si, faut-il l'avouer, certaines arrivent tant bien que mal à faire bonne figure. La première cause mise à l'index par certains membres est le manque de moyens financiers. Les autres pointent un doigt accusateur vers les citoyens qui ont perdu tout sens de mobilisation. Des arguments, certes, plausibles mais qui n'excusent en rien le manque d'entrain, de réflexion et de don de soi.
Adhérer à une association, ou en créer n'est pas obligatoire. La démarche est censée résulter d'une prise de conscience qui pousse l'intéressé à vouloir apporter sa touche en offrant de son temps, de son argent et de son savoir-faire afin de contribuer à «rendre service» à une frange de la société précisément définie.
Cela exige donc un effort continuel que l'adhérent a choisi de fournir. En principe, la vraie satisfaction que peut tirer une association n'est pas financière, mais la joie de simplifier la vie à autrui. Malheureusement, les détournements de biens mobiliers et immobiliers, l'utilisation des cachets officiels à des fins obscures et/ou personnelles et autres perversions par des membres d'associations défrayent régulièrement la chronique. Il n'est pas rare, en effet, d'entendre ici et là, un président d'association poursuivi pour des délits plus ou moins graves.
Quant à l'utilisation de ces entités à des fins politiques (plutôt politiciennes), elles sont légion, alors que, dans l'article 11 de la loi précédemment citée, il est stipulé que «les associations sont distinctes, par leur objet, leur dénomination et leur fonctionnement, de toute association à caractère politique et ne peuvent entretenir avec elle aucune relation qu'elle soit organique ou structurelle, ni recevoir des subventions, dons ou legs sous quelque forme que ce soit de leur part, ni participer à leur financement».
Ces pratiques ont pour effet la décrédibilisations de toute organisation sociale. Il faut noter également que l'année dernière, les Directions de la réglementation des affaires générales avaient opéré un travail de fond dont les résultats furent la poursuite judiciaire de plus de 6 000 associations, soit entre 100 et 300 dans chaque wilaya importante. Pour cerner les besoins de la société, ses centres d'intérêts et son état de conscience, il suffit (normalement) de faire l'inventaire des associations créées. La typologie des associations nationales agréées, qui, rappelons-le, sont au nombre de 962, indique que ce sont celles activant dans les domaines de la «culture, art, éducation, formation» (114), «professionnelles» (192) et de «la santé» (131) qui sont les plus représentées. Celles-ci sont talonnées par «sport et éducation physique» avec 91 associations, «jeunesse» (46), «sciences et technologie» (40) et «environnement et cadre de vie» (32). Les associations nationales agréées dédiées à la «solidarité, secours et bienfaisances» sont au nombre de 25 soit autant que celles consacrées à l'«amitié, échanges et coopération». Concernant l'encadrement des catégories de citoyens dites «fragiles», la répartition se fait comme suit : «enfance et adolescence» (12), «femmes» (23), «handicapés et inadaptés» (17) et «retraités et personnes âgées» (8). Notons, également, l'existence de 29 associations dédiées aux «anciens élèves et étudiants», 34 aux «mutualités», 26 au «tourisme et loisirs», 7 aux «droits de l'Homme», 9 à la «famille révolutionnaire» (19) au «patrimoine historique» et 10 à la «religion» en plus des 18 associations étrangères et 54 à caractères divers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.