Barça : Messi connait sa sanction !    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'autre défi…
Emploi et jeunesse
Publié dans La Tribune le 02 - 01 - 2010


Photo : S. Zoheir
Par Smaïl Boughazi
Peut-on, en Algérie, un jour arriver ou, plutôt, assurer une situation de plein emploi ? Répondre à cette question est assurément un exercice ardu pour les responsables comme pour les spécialistes. C'est sans nul doute un défi pour tous les pays du globe. Aujourd'hui, il ne faut pas perdre de vue l'instabilité de plus en plus présente et persistante dans l'économie mondiale. L'année 2009 a été un exemple frappant pour la situation de l'emploi dans le monde. On a vu des géants dans différents secteurs licencier des milliers d'employés. Pour les économistes, il s'agit là d'un signal d'alarme. Le plein emploi est ainsi un slogan qui n'existe plus même dans l'esprit des économistes. Si, dans le monde, la situation est peu reluisante, quid de notre pays qui a mis en place plusieurs mécanismes pour réduire le taux du chômage à des proportions «acceptables» ? Les responsables parlent en fait d'un exploit car, comme on l'aura vu, entre 1999 et 2009, le taux de chômage a diminué. De plus de 30%, il a été ramené à environ 11 % à fin 2009, (selon les prévisions). Le travail est colossal, commentent certains observateurs. Pour un tel exploit, deux programmes quinquennaux ont été mis en œuvre. Une pléiade de mécanismes a aussi vu le jour depuis le début des années 2000. Sous différentes formes, ces mécanismes ont pu, certes, offrir à une bonne partie de jeunes Algériens l'occasion de réaliser leurs rêves et d'avoir une occupation. Cependant, même si le plein emploi dans toute économie peut paraître une utopie, toute la jeunesse algérienne aspire à avoir une occupation qui pourrait la mettre à l'écart de la débauche, de la harga et d'autres phénomènes qui enveniment la société.
C'est légitime, assure-t-on, et même vital pour notre pays mais la lutte contre le chômage, il faut le reconnaître, n'est pas uniquement le devoir des pouvoirs publics. Il semblerait que l'Etat employeur soit revenu de loin, notamment avec la réalisation de diverses infrastructures à travers le territoire national, mais est-ce suffisant pour dire que la lutte contre le chômage est sur la bonne voie ? Le gouvernement va consacrer, encore pour l'année qui commence, 100 milliards de dinars à cet effet. Outre cette bagatelle conséquente, de nouveaux mécanismes ont été mis en place dans le cadre de la loi de finances complémentaire 2009. Certes, toute cette politique traduit une forte volonté émanant des autorités. Ces résultats, selon les chiffres disponibles, sont appréciables. On arrive à créer un peu plus de 600 000 emplois annuellement. Ce qui n'est pas rien pour les spécialistes. Pour rester dans le langage des chiffres, il y a lieu aussi de noter que la population occupée est passée de 6,2 millions en 2001 à 9,1 millions en 2008, soit une augmentation de l'ordre de 47% en moyenne par an. En revanche, si l'on se concentre sur les couches les plus touchées par le chômage, les jeunes viennent, malheureusement, en première position. Les chiffres de l'ONS indiquent que près de trois chômeurs sur quatre (75,0%) sont âgés de moins de 30 ans, et 87,8% ne dépassent pas 35 ans. Par ailleurs, 70% des demandeurs d'emploi sont aujourd'hui des primo-demandeurs et on enregistre chaque année une demande additionnelle estimée à 300 000 nouvelles demandes d'emploi. Il s'agit là d'un élément très sensible pour les pouvoirs publics en plus de l'absence d'un secteur privé solide qui pourrait absorber une bonne partie des chômeurs et la dérégulation perçue dans le marché de l'emploi. A présent, la tâche qui incombe aux autorités serait un peu plus compliquée. Il s'agira d'inciter le privé à créer des emplois et, par ricochet, augmenter la productivité et en même temps améliorer la qualité du travail car les emplois créés dans les différents secteurs par l'Etat sont «temporaires» de l'avis même des organismes étatiques. Enfin, à signaler que durant le premier semestre 2009, pas moins de 750 000 emplois ont été créés, soit en moyenne plus de 4 000 emplois par jour, selon les chiffres du gouvernement. Sur ce nombre de postes, 48 917 ont été créés par des entreprises publiques alors que la fonction publique a recruté 25 662 agents. Le secteur agricole a embauché 32 736 personnes. Les investissements financés par les banques hors agriculture et ANSEJ ont permis la création de 25 829 emplois. Les autres emplois créés sont précaires, avec notamment 132 713 recrutements dans le cadre du dispositif d'aide à l'insertion professionnelle,
14 075 emplois dans le cadre du dispositif «contrat pré-emploi», 83 778 dans le cadre du microcrédit et 17 150 emplois dans le cadre de la PME et de
l'artisanat. Enfin, les chantiers à haut intensité de main-d'œuvre (HIMO) ont permis la création de 377 431 équivalents emplois permanents. Il reste à dire que même si le défi pour l'année en cours est colossal, le gouvernement veut miser gros sur ce dossier en annonçant la création de 3 millions d'emplois d'ici à 2014.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.