Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le mouvement associatif s'étiole
Mis à l'écart par les autorités locales
Publié dans La Tribune le 16 - 06 - 2010

Après avoir connu une existence tortueuse sur le terrain, le mouvement associatif au niveau de la région semble être réduit, ces derniers temps, à sa plus simple expression. Avec la disparition des associations culturelles et des comités de quartier, les citoyens ne trouvent aucun cadre pour porter leurs doléances auprès des autorités locales. En même temps, on assiste à l'émergence d'une multitude d'associations religieuses qui prennent en charge la construction de mosquées. De leur côté, les assemblées locales qui étaient, par le passé, chargées de travailler en coordination avec le mouvement associatif pour solutionner les préoccupations posées par les populations, auraient pris la décision de mettre à l'écart ces associations et les comités de quartier ; ces derniers ne sont plus associés dans les réunions des APC aux distributions de logements ou aux débats relatifs aux problèmes posés dans les quartiers et cités, alors que les collectifs culturels, eux, se voient carrément mis à l'écart du fait que même les commissions chargées d'activités culturelles sont inactives au niveau des différentes communes de la wilaya.
Ainsi, ces derniers mois, le mouvement associatif n'est sollicité que lorsqu'un problème surgit et que la situation devient explosive au point où la contestation s'exprime dans la rue. Face à cette situation, les autorités tentent d'agir pour redresser la barre. Nous avons appris que la wilaya s'apprête à inaugurer «la maison des associations» qui devra abriter les différentes associations qui activent sur le terrain. Mais que reste-t-il de ce mouvement associatif né à la faveur de l'ouverture démocratique de 1989 ? D'après certains animateurs, au sein du mouvement associatif, l'aspiration au changement n'avait pas que des militants convaincus, mais elle avait aussi ses détracteurs ou des gens qui ont souvent agi dans le sens des blocages ou d'atténuation de l'impact du mouvement associatif sur la société. Ainsi, plusieurs se souviennent à Bouira du nombre d'associations culturelles et comités de quartiers qui ont vu le jour après la promulgation de la loi 90-31 (1990).
En effet, en plus des partis politiques et des syndicats, la scène locale a été marquée par un foisonnement d'associations. La situation sécuritaire entre 1993 et 1999 a donné lieu à un recul de leur action et activité à cause de la méfiance qui avait marqué, d'une part, les relations entre les associations locales ou nationales avec les responsables locaux et d'autre part, les rapports existant entre les associations et les partis politiques. Les mêmes animateurs ajoutent que des responsables de l'administration et des formations politiques avaient toujours tenté d'instrumentaliser les associations, en conditionnant l'attribution de subventions ou de dons par un alignement sur des choix politiques qui n'ont aucune relation avec les missions des associations.
Au cours de cette période, plusieurs associations de parents d'élèves ont été arrimées à des objectifs qui n'ont rien à voir avec la scolarité des enfants. Au même moment, des associations culturelles furent marginalisées sur le plan financier et moyens matériels alors que d'autres sont empêchées d'organiser des manifestations ou des activités, à cause de l'inexistence de textes de lois claires concernant le rôle et les missions des associations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.