BECHAR : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    SIDI OTHMANE (SAYADA) : Les citoyens dénoncent les coupures d'électricité    UNITES INDUSTRIELLES POLLUANTES A ORAN : 15 usines déjà mises en demeure    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT : Plus de 60 tonnes de déchets collectés à Oran    Ansu Fati marque l'histoire du Barça    Messi reprend l'entraînement, Dembélé partiellement    La JSK prend option pour la qualification    Ultime dérogation pour Cherif El-Ouazzani    Les Espagnols sur le toit du monde    L'homme qui a raté le "navire" de Karim Younès    Zerouati ordonne l'installation de filtres pour la cimenterie de Béni-Saf    Mise sous mandat de dépôt de 22 manifestants    Plus de 600 millions DA pour le développement du secteur des ressources en eau    L'Algérie n'est pas à l'abri    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    Le rockeur américain Eddie Money décède à l'âge de 70 ans    Naissance des "Scouts libres"    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Mohamed Charfi à la tête de l'Autorité des élections    Concertation à Béjaïa pour un appel à une grève générale    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    De l'envol à la faillite d'Aigle Azur : Les raisons d'un crash    Logement : la situation empire, comment y remédier ?    Faible taux de participation et indécision totale    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Des habitations sous la menace d'un éboulement: Des habitants de Kouchet El Djir interpellent le wali    Le parti de Benflis: La présidentielle est «la voie la plus réaliste»    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Selon le FFS: La crise a «atteint un stade dangereusement critique»    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Intempéries au centre: Des inondations et des coupures d'eau et d'électricité    L'absence de liberté et de souveraineté persiste    La guerre en Syrie tire à sa fin    Poissons morts découverts aux abords du barrage de Taksebt    De mal en pis !    L'Algérie avait bien avant tiré la sonnette d'alarme…    Rencontres photographiques de Bamako    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    Les Houthis revendiquent une attaque de drones    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Union africaine déclare la guerre aux Shebbab
En entérinant l'envoi en Somalie de 2 000 soldats en renfort
Publié dans La Tribune le 27 - 07 - 2010

Comme il était attendu, la crise somalienne a éclipsé le thème officiel du 15ème sommet de l'Union africaine (UA) dont les travaux s'achèvent aujourd'hui à Kampala. Il faut dire que dès le début de la cérémonie d'ouverture de la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement, organisée sous haute surveillance dans la zone touristique Munyunyo quadrillée par de nombreuses troupes militaires, les dirigeants africains n'ont guère hésité à tirer à boulets rouges sur le mouvement radical somalien des Shebbab. Celui-ci est devenu d'ailleurs l'ennemi numéro un de l'UA. Le président ougandais, M. Museveni, a ouvert, dans ce sens, les hostilités contre le
mouvement somalien en annonçant publiquement que son pays va chasser «ces terroristes de l'Afrique». En réalité, les Ougandais envisagent, après les terribles attentats dont ils ont été victimes le 11 juillet dernier, de mener des opérations militaires poussées sur le sol somalien. Les troupes ougandaises qui composent le plus gros contingent de l'AMISOM (Mission de l'Union africaine en Somalie), ne se contenteront plus, explique M. Museveni, de surveiller et protéger trois sites en vertu du mandat de la force de l'UA. «Au nom de la légitime défense, nous avons le droit d'aller chasser ces terroristes», a affirmé le président ougandais qui a déclaré ainsi officiellement la guerre aux rebelles somaliens en prise avec le gouvernement intérimaire. Dans les couloirs du sommet de l'UA, cette déclaration de guerre de l'Ouganda, soutenue par l'Ethiopie, le Kenya et Djibouti, ne rassure nullement les autres délégations africaines. Celles-ci doutent fort qu'une énième guerre va permettre de se débarrasser des mouvements radicaux somaliens.
D'autant plus que militairement, la situation somalienne n'est guère favorable pour les Ougandais et leurs alliés. Et pour cause,
les milices des Shebbab contrôlent tout le nord et le centre de la Somalie et à Mogadiscio, ville ruinée par les combats, le gouvernement intérimaire protégé par les troupes de l'UA ne contrôle que quelques quartiers. C'est dire donc que les 2 000 soldats que va envoyer l'UA, la décision a été entérinée au cours de ce sommet, seront confrontés à une guerre atroce déclenchée par les Shebbab. Sous-équipées et sous-payées, ces nouvelles troupes qui viendront épauler celles qui sont déjà sur place, risquent d'avoir du
mal à freiner la progression des Shebbab qui sont décidés à prendre le pouvoir. A ce sujet, de nombreux participants au Sommet nous ont confié qu'il faut au moins 50 000 soldats pour contrer les Shebbab. «Le gouvernement intérimaire de Mogadiscio ne fera pas long feu. Il risque de s'effondrer à n'importe quel moment. Et à ce moment, il sera trop tard pour faire quoi que ce soit. De toute façon, la Somalie, après deux décennies de guerre civile, se dirige tout droit vers un régime islamiste à l'Afghane à l'époque des Talibans. Les Américains qui ne veulent pas de cela font pression sur les autres pays de la région pour faire le sale boulot en leur apportant un soutien financier. Mais cela suffira-t-il pour arrêter les Shebbab ?», s'interroge un observateur djiboutien qui nous a fait part également des fortes inquiétudes de son pays quant à la très probable accession au pouvoir des Shebbab, ce mouvement qui a créé une terrible tension géopolitique dans toute l'Afrique de l'Est, au point de devenir un thème central dans les débats à Kampala.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.