Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Covid-19 : Saïdal entame la production davantage de quantités d'Hydroxychloroquine    Covid-19 : les piscines non concernées par la réouverture progressive    Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    DISTORSIONS    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Ligue 2 : Les deux groupes connus    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Mandat d'arrêt international contre le général Ghali Belkecir    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans : La planche... de salut d'une doyenne    Constantine : Bachir Benmohamed n'est plus    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    Hausse des contagions au coronavirus en Europe    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Le gouvernement Diab démissionne    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Union africaine déclare la guerre aux Shebbab
En entérinant l'envoi en Somalie de 2 000 soldats en renfort
Publié dans La Tribune le 27 - 07 - 2010

Comme il était attendu, la crise somalienne a éclipsé le thème officiel du 15ème sommet de l'Union africaine (UA) dont les travaux s'achèvent aujourd'hui à Kampala. Il faut dire que dès le début de la cérémonie d'ouverture de la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement, organisée sous haute surveillance dans la zone touristique Munyunyo quadrillée par de nombreuses troupes militaires, les dirigeants africains n'ont guère hésité à tirer à boulets rouges sur le mouvement radical somalien des Shebbab. Celui-ci est devenu d'ailleurs l'ennemi numéro un de l'UA. Le président ougandais, M. Museveni, a ouvert, dans ce sens, les hostilités contre le
mouvement somalien en annonçant publiquement que son pays va chasser «ces terroristes de l'Afrique». En réalité, les Ougandais envisagent, après les terribles attentats dont ils ont été victimes le 11 juillet dernier, de mener des opérations militaires poussées sur le sol somalien. Les troupes ougandaises qui composent le plus gros contingent de l'AMISOM (Mission de l'Union africaine en Somalie), ne se contenteront plus, explique M. Museveni, de surveiller et protéger trois sites en vertu du mandat de la force de l'UA. «Au nom de la légitime défense, nous avons le droit d'aller chasser ces terroristes», a affirmé le président ougandais qui a déclaré ainsi officiellement la guerre aux rebelles somaliens en prise avec le gouvernement intérimaire. Dans les couloirs du sommet de l'UA, cette déclaration de guerre de l'Ouganda, soutenue par l'Ethiopie, le Kenya et Djibouti, ne rassure nullement les autres délégations africaines. Celles-ci doutent fort qu'une énième guerre va permettre de se débarrasser des mouvements radicaux somaliens.
D'autant plus que militairement, la situation somalienne n'est guère favorable pour les Ougandais et leurs alliés. Et pour cause,
les milices des Shebbab contrôlent tout le nord et le centre de la Somalie et à Mogadiscio, ville ruinée par les combats, le gouvernement intérimaire protégé par les troupes de l'UA ne contrôle que quelques quartiers. C'est dire donc que les 2 000 soldats que va envoyer l'UA, la décision a été entérinée au cours de ce sommet, seront confrontés à une guerre atroce déclenchée par les Shebbab. Sous-équipées et sous-payées, ces nouvelles troupes qui viendront épauler celles qui sont déjà sur place, risquent d'avoir du
mal à freiner la progression des Shebbab qui sont décidés à prendre le pouvoir. A ce sujet, de nombreux participants au Sommet nous ont confié qu'il faut au moins 50 000 soldats pour contrer les Shebbab. «Le gouvernement intérimaire de Mogadiscio ne fera pas long feu. Il risque de s'effondrer à n'importe quel moment. Et à ce moment, il sera trop tard pour faire quoi que ce soit. De toute façon, la Somalie, après deux décennies de guerre civile, se dirige tout droit vers un régime islamiste à l'Afghane à l'époque des Talibans. Les Américains qui ne veulent pas de cela font pression sur les autres pays de la région pour faire le sale boulot en leur apportant un soutien financier. Mais cela suffira-t-il pour arrêter les Shebbab ?», s'interroge un observateur djiboutien qui nous a fait part également des fortes inquiétudes de son pays quant à la très probable accession au pouvoir des Shebbab, ce mouvement qui a créé une terrible tension géopolitique dans toute l'Afrique de l'Est, au point de devenir un thème central dans les débats à Kampala.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.