Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le squat, bombe sociale à fragmentation
J'occupe, donc j'habite, donc j'existe
Publié dans La Tribune le 17 - 02 - 2011


Photo : S. Zoheir
Par Noureddine Khelassi
En dix ans, les Algériens auront tout essayé en termes de contestation sociale. «Mieux» ou «pis», ils ont même «innové» en matière d'expression du désarroi. Outre l'émeute, le mode le plus usité, la désespérance s'exprime dans un vaste registre combinant douces méthodes et violents procédés : sit-in, manifestations, blocage de routes, automutilation, auto-lacération, suicides individuels, suicides collectifs sous forme de harga, immolation par le feu, et depuis peu, squat de logements et d'assiettes foncières destinées à des réalisations d'utilité publique. En une décennie, le champ de la protestation sociale a été saturé par des dizaines de milliers de manifestations de tous genres, dont plus de 11 000 pour la seule année 2010, selon un chiffre de la Gendarmerie nationale. Au-delà de l'ampleur, de l'amplitude et de la récurrence du phénomène, la statistique en dit long sur la profondeur du désarroi de la population. D'autres actes, que la statistique ne capte pas, en disent encore plus sur l'incommensurable désespoir des jeunes. Même s'ils n'aboutissent pas, fort heureusement, à la mort des désespérés, ces gestes ont une signification plus forte car chargés de profonds symboles culturels. L'exemple le plus émouvant est celui d'un jeune chômeur de Bordj Bou Arréridj, prénommé Lekhmissi, qui s'est coupé le sexe pour signifier son «inutilité sociale» et son incapacité à se donner un avenir valorisé par un statut social, un logement et une famille. En 2008, l'automutilé avait exactement l'âge du Tunisien Mohamed Bouazizi et était, comme lui, issu d'une famille pauvre de huit personnes. Dans la panoplie du désarroi algérien, l'émeute, phénomène récurrent, est jusqu'à présent un acte sans pouvoir réel de déstabilisation, sauf à atteindre un plus haut niveau d'intensité et à s'exprimer dans la simultanéité et à une plus grande échelle à travers le territoire. En revanche, le squat de logements, phénomène nouveau, dont les actes marquent aujourd'hui le pays comme les taches d'une peau de léopard, est davantage porteur de risques de déstabilisation politique et de désagrégation sociale, peut-être même d'anomie. De plus en plus de familles occupent indûment des logements sociaux dont les listes d'attribution sont systématiquement contestées. Cet acte de désobéissance civique exprime une opposition entre légalité et légitimité. Il confronte une demande, souvent légitime, à une gestion qui, souvent, ne respecte pas les critères d'éligibilité. Ce management, tribal et trivial, privilégie une distribution opaque faisant la part belle au clientélisme, au népotisme et à la corruption active et passive que l'ancien président Ahmed Ben Bella avait joliment résumée par la formule de «bénamisme». En dépit de l'existence d'un fichier national du logement qui recense les attributaires, les listes sont toujours contestées par les exclus qui crient à l'injustice face aux passe-droits. A telle enseigne que les listes d'attribution sont gelées dans les tiroirs alors que des cités entières ont été réceptionnées depuis plusieurs années (cinq ans, parfois plus). Le comble est atteint lorsqu'on constate que certains lotissements, inaugurés deux fois par le président de la République, n'ont pas encore été attribués. C'est le cas de la cité Mokhtar Zerhouni, anciennement Les Bananiers, dans la banlieue est d'Alger, qui a récemment défrayé la chronique du mécontentement social. Les listes de distribution sont si contestées que les autorités locales recourent honteusement à des «recasements de nuit», comme ce fut dernièrement le cas à Oran. Que dire aussi de l'appel à des imams pour légitimer religieusement des listes contestées ? Kafkaïen…Désormais, à chaque squat, on fait appel à la force publique pour déloger les squatters, indus occupants, certes, mais, pour la plupart, demandeurs légitimes d'un toit de la dignité. S'impose alors une question à un dinar algérien à forte valeur administrative : combien d'unités antiémeute et de compagnies de gendarmes mobiles faudrait-il mobiliser alors pour expulser des familles de plus en plus nombreuses, de plus en plus déterminées, dans plusieurs wilayas à la fois ? Surtout en ces temps de soulèvement populaire dans un monde arabe en ébullition démocratique. S'il venait à se multiplier dans le temps et dans l'espace, le squat itératif serait porteur de risque réel de désobéissance civile, susceptible de déstabiliser durablement le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.