Plusieurs exposés ministériels au menu    "Nous assisterons à des révoltes sociales" selon Mebtoul    La voie à suivre pour les autres wilayas    Les opérations de rapatriement de et vers l'Algérie se multiplient    Les critiques des inspecteurs de l'Education    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    Rush sur les plages de Palm-Beach et d'El-Djamila    Plus de 1300 infractions au confinement partiel enregistrées    Distribution de 60 000 bavettes    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le squat, bombe sociale à fragmentation
J'occupe, donc j'habite, donc j'existe
Publié dans La Tribune le 17 - 02 - 2011


Photo : S. Zoheir
Par Noureddine Khelassi
En dix ans, les Algériens auront tout essayé en termes de contestation sociale. «Mieux» ou «pis», ils ont même «innové» en matière d'expression du désarroi. Outre l'émeute, le mode le plus usité, la désespérance s'exprime dans un vaste registre combinant douces méthodes et violents procédés : sit-in, manifestations, blocage de routes, automutilation, auto-lacération, suicides individuels, suicides collectifs sous forme de harga, immolation par le feu, et depuis peu, squat de logements et d'assiettes foncières destinées à des réalisations d'utilité publique. En une décennie, le champ de la protestation sociale a été saturé par des dizaines de milliers de manifestations de tous genres, dont plus de 11 000 pour la seule année 2010, selon un chiffre de la Gendarmerie nationale. Au-delà de l'ampleur, de l'amplitude et de la récurrence du phénomène, la statistique en dit long sur la profondeur du désarroi de la population. D'autres actes, que la statistique ne capte pas, en disent encore plus sur l'incommensurable désespoir des jeunes. Même s'ils n'aboutissent pas, fort heureusement, à la mort des désespérés, ces gestes ont une signification plus forte car chargés de profonds symboles culturels. L'exemple le plus émouvant est celui d'un jeune chômeur de Bordj Bou Arréridj, prénommé Lekhmissi, qui s'est coupé le sexe pour signifier son «inutilité sociale» et son incapacité à se donner un avenir valorisé par un statut social, un logement et une famille. En 2008, l'automutilé avait exactement l'âge du Tunisien Mohamed Bouazizi et était, comme lui, issu d'une famille pauvre de huit personnes. Dans la panoplie du désarroi algérien, l'émeute, phénomène récurrent, est jusqu'à présent un acte sans pouvoir réel de déstabilisation, sauf à atteindre un plus haut niveau d'intensité et à s'exprimer dans la simultanéité et à une plus grande échelle à travers le territoire. En revanche, le squat de logements, phénomène nouveau, dont les actes marquent aujourd'hui le pays comme les taches d'une peau de léopard, est davantage porteur de risques de déstabilisation politique et de désagrégation sociale, peut-être même d'anomie. De plus en plus de familles occupent indûment des logements sociaux dont les listes d'attribution sont systématiquement contestées. Cet acte de désobéissance civique exprime une opposition entre légalité et légitimité. Il confronte une demande, souvent légitime, à une gestion qui, souvent, ne respecte pas les critères d'éligibilité. Ce management, tribal et trivial, privilégie une distribution opaque faisant la part belle au clientélisme, au népotisme et à la corruption active et passive que l'ancien président Ahmed Ben Bella avait joliment résumée par la formule de «bénamisme». En dépit de l'existence d'un fichier national du logement qui recense les attributaires, les listes sont toujours contestées par les exclus qui crient à l'injustice face aux passe-droits. A telle enseigne que les listes d'attribution sont gelées dans les tiroirs alors que des cités entières ont été réceptionnées depuis plusieurs années (cinq ans, parfois plus). Le comble est atteint lorsqu'on constate que certains lotissements, inaugurés deux fois par le président de la République, n'ont pas encore été attribués. C'est le cas de la cité Mokhtar Zerhouni, anciennement Les Bananiers, dans la banlieue est d'Alger, qui a récemment défrayé la chronique du mécontentement social. Les listes de distribution sont si contestées que les autorités locales recourent honteusement à des «recasements de nuit», comme ce fut dernièrement le cas à Oran. Que dire aussi de l'appel à des imams pour légitimer religieusement des listes contestées ? Kafkaïen…Désormais, à chaque squat, on fait appel à la force publique pour déloger les squatters, indus occupants, certes, mais, pour la plupart, demandeurs légitimes d'un toit de la dignité. S'impose alors une question à un dinar algérien à forte valeur administrative : combien d'unités antiémeute et de compagnies de gendarmes mobiles faudrait-il mobiliser alors pour expulser des familles de plus en plus nombreuses, de plus en plus déterminées, dans plusieurs wilayas à la fois ? Surtout en ces temps de soulèvement populaire dans un monde arabe en ébullition démocratique. S'il venait à se multiplier dans le temps et dans l'espace, le squat itératif serait porteur de risque réel de désobéissance civile, susceptible de déstabiliser durablement le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.