Réveil de la classe politique    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    3,5 sur l'échelle ouverte de Richter    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manifestation d'étudiants des écoles supérieures
Demandant la revalorisation de leurs diplômes et l'annulation du décret présidentiel 10-315
Publié dans La Tribune le 17 - 02 - 2011


Photo : Riad
Par Amel Bouakba
Rien ne semble atténuer la colère des étudiants des écoles supérieures. Ils sont plus que jamais décidés à maintenir la pression sur la tutelle jusqu'à l'aboutissement de leurs revendications. Hier, ils étaient des centaines à manifester devant le ministère de l'Enseignement supérieur, situé à Ben Aknoun, brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : «Halte au bricolage», «Ecole supérieure, diplôme inférieur» «Le décret de la honte», «Ingénieurs en colère», «Ingénieur d'Etat et l'Etat nous rabaisse»… Les étudiants en colère dénoncent le décret présidentiel numéro 10-315, publié le 15 décembre dernier, qui fixe la grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires et qui dévalorise leur diplôme ; et ils exigent le retour à l'ancien système. Les étudiants représentants de huit écoles supérieures d'Alger, de Blida et de Boumerdès sont montés au créneau pour réclamer la valorisation de leur diplôme d'ingéniorat. «Nous revendiquons le titre d'ingénieur d'Etat, un diplôme qui est totalement dénigré par le décret incriminé», précise Zakaria Derbal, un des délégués des étudiants de magistère de l'Ecole supérieure de commerce (ESC). Ils demandent l'annulation pure et simple de ce qu'ils qualifient de «décret de la honte», qui prévoit, disent-ils, «l'équivalence et l'égalité entre le diplôme de magistère et le master malgré le fait que le cursus et les parcours pédagogiques et scientifiques franchis en vue de l'obtention des deux diplômes soient totalement différents». De même, ils s'insurgent contre le fait que «les étudiants qui ont un diplôme de magistère peuvent accéder aux concours de recrutement aux universités uniquement après être inscrits en doctorat». Ce qui, aux yeux des protestataires, «dévalorise le diplôme de magistère». De l'avis des étudiants, «ce bricolage n'est qu'une fuite en avant des pouvoirs publics qui n'arrivent pas à assumer l'échec du système LMD». Même colère et mêmes revendications chez Abderrahmane et Amine, représentants des étudiants de l'université Saad Dahlab de Blida qui se sont joints au mouvement de protestation. La grogne des étudiants est au summum. Ils réclament la valorisation du diplôme de magistère et l'instauration des écoles doctorales au niveau des grandes écoles ainsi que le changement des conditions d'accès. Les protestataires ont entamé depuis la semaine dernière une grève illimitée et ont décidé de boycotter les examens. «Nous avons déjà tenu un rassemblement la semaine dernière et nous sommes décidés à maintenir notre mouvement de protestation jusqu'à satisfaction de nos revendications. Nous envisageons également un rassemblement devant la Présidence», souligne Mohamed Garichi, de l'Ecole de planification et des statistiques (ENSSEA), un des délégués des étudiants. Notons qu'une plate-forme de revendications a été remise hier par les
délégués des étudiants au chef de cabinet du ministère de l'Enseignement supérieur, qui a assuré prendre en charge leurs doléances.
A. B.
Ministère de l'Enseignement supérieur : «Les revendications sont légitimes»
Interpellé pour connaître l'avis de la tutelle sur les doléances des étudiants des écoles supérieures, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, par la voix de son attaché de presse, a estimé que «les revendications sont légitimes». Il a souligné que les portes du dialogue sont ouvertes, précisant que le ministre de l'Enseignement supérieur a donné instruction d'accueillir les délégués des étudiants et de prendre en charge leurs préoccupations. Notre interlocuteur a, par ailleurs, expliqué qu'une réunion nationale est prévue aujourd'hui au siège du ministère, en présence des directeurs des écoles et des recteurs en vue d'examiner la plate-forme de revendications et de trouver les solutions adéquates.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.