La gendarmerie sera chargée d'enquêter    "Il est urgent de développer l'agriculture, l'agroalimentaire et le tourisme en Algérie"    L'Algérie, une "puissance de paix et d'équilibre"    Enlisement du conflit    Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    46 nouveaux cas enregistrés à Tindouf    Quel plan préventif pour l'Algérie ?    Une foule nombreuse accompagne Loubna Belkacemi à sa dernière demeure    Le Président Tebboune reçoit le ministre français des Affaires étrangères    Coupe du Monde 2022 (Zone Afrique): tirage au sort favorable pour l'Algérie    Khenchela : nécessité de la prévention pour se prémunir des asphyxies au monoxyde de carbone    Un tournoi de futsal dans la ville de Laâyoune est une "pure décision politique"    Benbouzid: une commission d'inspection à El Oued pour évaluer les services de santé    Vers l'élimination du problème de spéculation sur le prix du lait en sachet    Karim Tabbou maintenu en prison    SUR INSTRUCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Envoi d'une caravane d'aides humanitaires en Libye    LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE : 43 personnes arrêtées à l'extrême-sud du pays    BISKRA : Démantèlement d'un réseau de faussaires de monnaie    Saisie d'une importante quantité de kif    ACCIDENTS DE LA ROUTE : Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    JSK: Mellal condamné à 6 mois de prison ferme    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Cinq projets réalisés en 2019    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Le PLD annonce sa participation    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    Des dizaines de manifestants blessés en Irak    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    "Il faut un plan pour sauver notre patrimoine culturel"    La Révolution racontée par Sid Ali Abdelhamid    L'UA réitère la position commune de l'Afrique sur le cessez-le-feu en Libye    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    MOB : Préparation perturbée    MC Oran : Un mercato hivernal tristounet    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Le sg de l'UGTA Annaba dépasse les bornes, il agresse et chasse les syndicalistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le NCM et le PAC se neutralisent    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Le COA demande à la CAF d'éviter «tout acte entravant l'action de l'ONU»    Un court-métrage tourné à Oran sélectionné    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manifestation d'étudiants des écoles supérieures
Demandant la revalorisation de leurs diplômes et l'annulation du décret présidentiel 10-315
Publié dans La Tribune le 17 - 02 - 2011


Photo : Riad
Par Amel Bouakba
Rien ne semble atténuer la colère des étudiants des écoles supérieures. Ils sont plus que jamais décidés à maintenir la pression sur la tutelle jusqu'à l'aboutissement de leurs revendications. Hier, ils étaient des centaines à manifester devant le ministère de l'Enseignement supérieur, situé à Ben Aknoun, brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : «Halte au bricolage», «Ecole supérieure, diplôme inférieur» «Le décret de la honte», «Ingénieurs en colère», «Ingénieur d'Etat et l'Etat nous rabaisse»… Les étudiants en colère dénoncent le décret présidentiel numéro 10-315, publié le 15 décembre dernier, qui fixe la grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires et qui dévalorise leur diplôme ; et ils exigent le retour à l'ancien système. Les étudiants représentants de huit écoles supérieures d'Alger, de Blida et de Boumerdès sont montés au créneau pour réclamer la valorisation de leur diplôme d'ingéniorat. «Nous revendiquons le titre d'ingénieur d'Etat, un diplôme qui est totalement dénigré par le décret incriminé», précise Zakaria Derbal, un des délégués des étudiants de magistère de l'Ecole supérieure de commerce (ESC). Ils demandent l'annulation pure et simple de ce qu'ils qualifient de «décret de la honte», qui prévoit, disent-ils, «l'équivalence et l'égalité entre le diplôme de magistère et le master malgré le fait que le cursus et les parcours pédagogiques et scientifiques franchis en vue de l'obtention des deux diplômes soient totalement différents». De même, ils s'insurgent contre le fait que «les étudiants qui ont un diplôme de magistère peuvent accéder aux concours de recrutement aux universités uniquement après être inscrits en doctorat». Ce qui, aux yeux des protestataires, «dévalorise le diplôme de magistère». De l'avis des étudiants, «ce bricolage n'est qu'une fuite en avant des pouvoirs publics qui n'arrivent pas à assumer l'échec du système LMD». Même colère et mêmes revendications chez Abderrahmane et Amine, représentants des étudiants de l'université Saad Dahlab de Blida qui se sont joints au mouvement de protestation. La grogne des étudiants est au summum. Ils réclament la valorisation du diplôme de magistère et l'instauration des écoles doctorales au niveau des grandes écoles ainsi que le changement des conditions d'accès. Les protestataires ont entamé depuis la semaine dernière une grève illimitée et ont décidé de boycotter les examens. «Nous avons déjà tenu un rassemblement la semaine dernière et nous sommes décidés à maintenir notre mouvement de protestation jusqu'à satisfaction de nos revendications. Nous envisageons également un rassemblement devant la Présidence», souligne Mohamed Garichi, de l'Ecole de planification et des statistiques (ENSSEA), un des délégués des étudiants. Notons qu'une plate-forme de revendications a été remise hier par les
délégués des étudiants au chef de cabinet du ministère de l'Enseignement supérieur, qui a assuré prendre en charge leurs doléances.
A. B.
Ministère de l'Enseignement supérieur : «Les revendications sont légitimes»
Interpellé pour connaître l'avis de la tutelle sur les doléances des étudiants des écoles supérieures, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, par la voix de son attaché de presse, a estimé que «les revendications sont légitimes». Il a souligné que les portes du dialogue sont ouvertes, précisant que le ministre de l'Enseignement supérieur a donné instruction d'accueillir les délégués des étudiants et de prendre en charge leurs préoccupations. Notre interlocuteur a, par ailleurs, expliqué qu'une réunion nationale est prévue aujourd'hui au siège du ministère, en présence des directeurs des écoles et des recteurs en vue d'examiner la plate-forme de revendications et de trouver les solutions adéquates.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.