Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    JM/lutte féminine: Soudani Mestoura en demi-finale    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    Crise alimentaire: la FAO appelle à des mesures urgentes    JM: les podiums de la 2e journée    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    Face aux séismes    Lorsque la consommation domestique menace l'exportation: Déperdition énergétique et gaspillage    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le terroriste Benhalima révèle la structure organisationnelle de " Rachad ", ses sources de financement et ses relations avec le " MAK "    Riga débarque    Le club otage des forces occultes    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sauvegarder l'identité nationale et contribuer au développement
Industrie artisanale
Publié dans La Tribune le 27 - 08 - 2012

Le secteur de l'industrie artisanale tend à ancrer l'identité nationale et à sauvegarder le patrimoine culturel, dont les racines s'étendent à travers l'histoire de l'Algérie, laquelle a œuvré à consacrer durant ces cinquante dernières années son implication dans le processus de développement.Ce secteur qui emploie actuellement quelque 500 000 travailleurs dans différentes activités ambitionne de porter ce chiffre à 900 000 postes d'emploi à l'horizon 2020 pour résorber le chômage et assurer un développement durable.L'industrie artisanale, dont l'essentiel de ses produits reflète l'identité nationale, a pu réaliser ces acquis en un temps relativement court grâce aux efforts entrepris dans le cadre des réformes initiées en matière d'organisation, d'encadrement et de formation au profit aussi bien des artisans que des personnes en charge de ce secteur.La sauvegarde du label algérien qui distingue l'industrie artisanale constitue la préoccupation majeure des responsables de ce secteur dont les produits doivent exprimer, d'une part, le patrimoine culturel et civilisationnel algérien et, d'autre part, renforcer sa position au niveau des marchés internationaux estiment les experts en la matière.

Un statut qui définit l'artisan, ses droits et ses devoirs
Le statut de l'artisan (82/12) qui renferme pour la première fois une définition bien précise de l'artisan, ainsi que ses droits et ses devoirs, stipule la disposition de l'Etat à protéger, encourager, promouvoir et développer les activités artisanales qui contribuent au développement économique et social de l'Etat. Il définit l'artisan comme étant «toute personne possédant les qualifications requises, maître de l'outil de son travail et exerce une activité dans le but de produire, de transformer, de corriger ou de fournir des prestations matérielles et gère son activité tout en assumant la responsabilité».Le statut a introduit pour la première fois également le concept de l'entreprise artisanale, qu'il définit comme étant «toute entreprise qui exerce une activité dans un but de production, de transformation, de maintenance et de prestation, à condition qu'elle n'emploie pas plus de 7 travailleurs permanents et dont les investissements ne devraient pas dépasser 1 million de DA».En vertu de cette loi, le registre de l'artisanat sera établi pour y inscrire tous les artisans individuels, outre le registre des métiers où sont répertoriées toutes les exploitations agricoles qui sont portées systématiquement sur le registre de commerce. Cet enregistrement garantit à l'artisan et à l'exploitation tous les droits liés à l'appui et à l'encouragement accordés par l'Etat.Par ailleurs, la chambre nationale de l'artisanat a pour principale mission la promotion du secteur de l'artisanat et des métiers et leur propagation au niveau des marchés extérieurs et ce, en coordination avec les artisans, ainsi que l'établissement de relations de coopération et d'échange avec les instances étrangères similaires. Entre autres missions de la Chambre figurent la formation et la qualification des artisans. Depuis sa création, la Chambre a pris en charge la formation de plus de 13 000 artisans. Plus de 5 000 seront formés en 2012 avec l'aide de 21 formateurs qui ont suivi un cycle en collaboration avec le Bureau international du travail (BIT).En vue de conférer un cachet économique à l'activité artisanale, un registre de l'artisanat a été institué à partir de 1997 au niveau de chaque chambre de l'artisanat et des métiers.

Plan de développement durable (2003-2010)
Le gouvernement avait adopté en 2003 le plan de développement durable de l'industrie artisanale qui vise à renforcer les capacités locales en vue d'élargir les exportations hors hydrocarbures.Afin d'encourager les artisans à développer leurs produits, le plan a permis de recueillir leurs initiatives en les regroupant dans une coopérative et de créer plus de 125 associations composées de 1200 artisans dans différentes branches (céramique, mécanique, coiffure...)L'Etat a assuré la formation des artisans qui activent dans le secteur et ceux désireux de s'y intégrer en mettant en place le fonds national de promotion des activités de l'industrie artisanale. Le fonds a formé 8133 porteurs de projets et encadré plus de 3000 artisans auprès d'artisans spécialisés. 370 000 postes d'emploi ont ainsi été créés et 117 milliards de DA (PIB) réalisés, selon les statistiques du ministère. Malgré ces résultats, le secteur n'a toujours pas retrouvé la place qu'il occupait autrefois en matière de création d'emploi, les artisans qui y travaillent ne représentant que 3,21 % du secteur de l'emploi contre 1,55 % en 2002 et 10 % dans les années 70.

Assises de l'industrie artisanale (novembre 2009) : bilan et perspectives pour 2020
Les participants aux Assises de l'industrie artisanale avaient adoptés une série de recommandations permettant notamment de remédier aux insuffisances enregistrées et de préserver les acquis. Dans le domaine de l'organisation, il a été proposé la mise en place d'un système fiscal incitatif simplifié pour tous les artisans, notamment les nouveaux inscrits et les porteurs de projets. Des formules de financement ont également été proposées pour accompagner cette catégorie, qui a bénéficié aussi de facilités pour accéder aux mécanismes de soutien à ces projets.Après avoir souligné le caractère prioritaire de la formation lors de ces assises, les experts ont appelé à l'institution de la formation spécialisée en matière d'artisanat, sous la supervision d'encadreurs qualifiés.Les participants ont recommandé en outre, l'intégration de la recherche et de l'invention dans le domaine de la formation afin de l'adapter aux exigences du marché et aux nouveaux modes de consommation. En vue de promouvoir le produit algérien, les participants ont estimé nécessaire l'appui des politiques publicitaires pour la commercialisation des produits de l'artisanat par le biais des différents médias (écrit, audiovisuel et électronique) en vue de concurrencer les produits importés. Lors de cette rencontre, l'accent a été également mis sur la complémentarité entre le secteur de l'artisanat et les autres secteurs économiques, à l'instar de la formation professionnelle et le commerce dans le but d'accompagner les artisans, développer leurs capacités et commercialiser leurs produits.
APS

Les salons nationaux dans le secteur de l'artisanat et des métiers
Les différents salons nationaux de l'artisanat représentent des espaces pour faire connaître les produits traditionnels et leur promotion et pour s'enquérir des difficultés que rencontrent les artisans dans la commercialisation de leur production.
Voici les principaux salons thématiques spécialisés qu'organisent chaque année les chambres d'artisanat et des métiers:
-Salon national du cuivre à Constantine
-Salon national de l'artisanat saharien à Tamanrasset
-Salon national du tapis à Ghardaïa
-Salon national du marbre à Skikda
-Salon national des bijoux à Batna
-Salon national de l'artisanat rural à Aïn Defla
-Salon national des industries des bois traditionnels à Béjaïa
-Salon national de l'habillement traditionnel pour hommes à Djelfa
-Salon national du cuir à Oran
-Salon national de la décoration intérieure à Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.