Salah Goudjil confirmé    Les avocats obtiennent gain de cause    «La pensée libre» à la barre    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Une "menace à la sécurité nationale", selon Hanoune    "Je veux une République sans haine"    Ould Kaddour dans le collimateur    Un site hautement sécurisé    Signature d'une convention pour la promotion des PME    Mohamed Bazoum Président    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Benchaïra indisponible pour une semaine    Le Mouloudia ne fait plus le poids    Un clasico sans âme    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément    Les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques à l'étude    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le CR Témouchent sur sa lancée    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Sans diagnostic point de remède !    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le contrôle technique plus rigoureux à compter du mois prochain
Pour contribuer à réduire les accidents de la circulation
Publié dans La Tribune le 18 - 03 - 2013

Le contrôle technique des véhicules est rendu obligatoire depuis 2003. L'objectif étant de contribuer à juguler un tant soit peu le phénomène des accidents de la circulation qui ne cesse de défrayer la chronique. Une initiative très louable puisque depuis sa mise en
œuvre, il y a maintenant 10 ans, cette mesure a permis de contrôler pas moins 18,5 millions de véhicules. Durant cette même période, 517 465 véhicules ont été soumis à une contre-visite et 213 653 ont été immobilisés. 3,4 millions de véhicules ont été contrôlés en 2012, dont 37 740 ont été soumis à une contre-visite. Plus de 5 400 véhicules ont été immobilisés en 2012 suite à ces contrôles périodiques.
En dépit de toutes ces mesures, beaucoup de travail reste à faire si l'ont se réfère à l'hécatombe sur nos routes, qui provoque des milliers de morts et de blessés chaque année. Il est vrai que des sanctions sont prises à l'encontre des agences qui font dans la complaisance avec certains propriétaires de véhicules, inconscients du danger que peut représenter un problème technique sur leurs vies et celles des autres usagers. Selon le directeur général de l'Enacta (Etablissement national de contrôle technique automobile), M. Laghrieb, «la chasse aux agences qui s'adonnent au contrôle de complaisance est ouverte et va se poursuivre».
Il précisera aussi qu'«il y a eu déjà des radiations définitives». Rien que pour les mois de janvier et février 2013, «une demi-douzaine d'agences ont été sanctionnées», avait ajouté ce responsable. Les propriétaires des véhicules refusant les résultats établis par l'agence font des recours à l'Enacta qui reste à leur écoute. Celle-ci a admis même la présence d'un nombre important de véhicules importés qui présentent des anomalies et qui ne répondent pas aussi aux normes de sécurité exigées. Pour mener à bien les missions qui lui sont confiées, l'Enacta a introduit de nouvelles mesures de contrôle, qui seront opérationnelles à partir du mois prochain.
Le mois de mars a été mis à profit pour vulgariser ces mesures auprès des usagers de la route. Le contrôle touchera désormais à d'autres organes du véhicule, y compris l'aspect extérieur. Aussi bien les véhicules des particuliers que ceux destinés au transport spécifique, à l'exemple du transport public des voyageurs, seront concernés. Le contrôle concernera même l'état des sièges des transports de voyageurs. Ceux qui sont dans un état de délabrement seront immobilisés et ne seront remis en circulation que lorsque ces anomalies seront corrigées.
L'Enacta se doit de faire un suivi rigoureux des agences agréées pour le contrôle technique pour parvenir aux résultats escomptés, à savoir des véhicules en circulation en bon état, ce qui réduira les drames routiers devenus légion en Algérie.
B. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.