REMISE EN LIBERTE LOUISA HANOUNE : Une nouvelle demande introduite par les avocats    FONCIER A ORAN : 250 investisseurs ciblés par une opération d'assainissement    ORAN : 2500 familles relogées dès septembre prochain    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Un long combat pour l'émancipation    La conjoncture impose des solutions structurelles    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Une récolte de plus de 2 millions de quintaux attendue    Quand Bouchareb bloque le FLN    Déclaration    Le président Keïta prépare le dialogue politique inclusif    Ben Badis aurait-il été le 23e ?    Karim Ziani raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs    L'intruse    L'état interpellé à s'impliquer… dans les affaires du club    L'USM Alger fait appel    Qui a demandé à la potiche de parler ?    La procédure enclenchée à l'APN    Explosion de la consommation de gaz en Algérie    1 281 morts et 12 914 blessés en 5 mois    Un fonctionnaire arrêté en flagrant délit de corruption    Arrestation du voleur de téléphones portables qui semait la peur dans la ville    Premiers incidents post-congrès    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    EN : Bounedjah remercie les supporteurs et leur fait une promesse    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    Abderrahmane Hadj-Nacer: Les contours d'une sortie de crise «acceptable par l'armée et le Hirak»    Sept plaquettes de kif saisies, quatre arrestations    La commission de contrôle à pied d'œuvre dans les communes côtières: Les infrastructures touristiques passées au peigne fin    Tlemcen: «Plaidoyer» pour les personnes handicapées    Tlemcen: L'ex-PDG d'Algérie Télécom devant le parquet général jeudi    Les papys font de la résistance    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    L'Algérie et la ZLECAF : Une occasion pour conquérir le marché africain    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutter contre la dégradation des terres pour une agriculture durable
Désertification
Publié dans Le Maghreb le 17 - 06 - 2008


A l'instar de nombreux pays dans le monde, l'Algérie célèbre aujourd'hui la Journée mondiale de la lutte contre la désertification. La direction générale des forêts, point focal national de la convention des Nations unies de la lutte contre la désertification, a fait savoir dans un communiqué rendu public qu'elle organise à travers les Conservations des forêts de toutes les wilayas diverses manifestation liées au thème " lutter contre la dégradation des terres pour une agriculture durable " thème choisi cette année par les Nations unies.Le Programme d'action national (PAN) pour la lutte contre la désertification vise en priorité le développement durable de l'écosystème steppique, souligne la Direction générale des forêts (DGF). C'est la wilaya de Relizane qui est retenue pour la célébration officielle de cette journée pour 2008. La Journée mondiale de lutte contre la désertification qui est célébrée à travers le monde le 17 juin de chaque année, a pour objectif de souligner d'une part, l'urgence qu'il y a à infléchir le processus de désertification et d'autre part de renforcer la reconnaissance internationale des terres arides dans l'agenda environnemental global. Cette journée est également mise à profit pour sensibiliser et informer l'opinion publique sur le phénomène de la désertification, ses causes et ses effets qui ont encore des conséquences dramatiques dans beaucoup de régions du monde. C'est également une occasion pour rappeler que des solutions existent et qu'elles résident dans la participation renforcée et la coopération de tous à tous les niveaux. La communauté internationale a depuis longtemps pris conscience que la désertification pose un grave problème économique, social et environnemental à de nombreux pays de toutes les régions du monde. C'est pourquoi, l'adoption le 17 juin 1994, de la convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification a marqué une étape importante du processus mis en œuvre par la communauté internationale pour combattre les effets de la sécheresse et de la désertification. Cette convention constitue la pierre angulaire de l'action internationale en matière de lutte contre la désertification. L'Algérie a ratifié la convention sur la lutte contre la désertification en 1996 et la Direction générale des forêts a été désignée point focal national de cette convention. C'est dans ce cadre que l'ensemble des Conservations des forêts prévoient à chaque fois des manifestations diverses, associant aussi bien les administrations et collectivités locales que la société civile.Devant la gravité du phénomène de désertification, l'Algérie a commencé par lancer de vastes programmes de reboisement dans l'Atlas saharien, prioritaire par sa vulnérabilité par rapport au nord du pays. Dans cette perspective, la reconstitution du patrimoine forestier à travers le reboisement a été consacrée comme tâche d'intérêt national se traduisant par une mobilisation des citoyens et la mise en œuvre d'un vaste programme d'investissement consenti par l'Etat. C'est ainsi que furent lancées les opérations de reboisement de masse à travers les chantiers populaires, les campagnes de volontariat et les différents plans de développement (1962-1970) qui ont permis la plantation de plus de 99.000 ha. La steppe a bénéficié durant les premiers plans de développement de programmes portant d'une part sur l'aménagement des parcours et l'organisation de l'élevage ovin et d'autre part sur des actions de protection et de reconstitution forestière. La lutte contre l'érosion et la restauration des sols par la mise en œuvre de projets d'aménagement intégrés dans les bassins versants et les périmètres d'agriculture de montagne. Cependant, malgré les efforts importants consentis de part et d'autres, la dégradation des ressources naturelles n'a pu être endiguée d'où la nécessité de poursuivre la politique de reboisement et de sensibilisation en direction des populations.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.