USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Djerrar opéré avec succès    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouvernement durcit la législation sur les changes
Mouvements des capitaux
Publié dans Le Maghreb le 12 - 09 - 2010

La législation sur les changes et les mouvements de capitaux durcit ses peines contre les contrevenants tout en élargissant son champ d'application à d'autres infractions. Les contrevenants sont, désormais, passibles de peines privatives de liberté plus sévères. Ils risquent, selon les termes de la loi, une peine allant de deux à sept ans d'emprisonnement. Alors que la désormais ancienne législation sur les changes la situait entre trois mois à cinq ans d'emprisonnement. Les sanctions financières sont également durcies dans la nouvelle mouture qui précise la peine d'emprisonnement, il sera additionnée " une amende qui ne saurait être inférieure au double de la somme sur laquelle a porté l'infraction et de la confiscation du corps du délit et des moyens utilisés pour la fraude ". Si le contrevenant est une personne morale, en plus de la responsabilité pénale de ses représentants légaux, pour cette dernière, le seuil du montant de l'amende ne peut être en aucun cas inférieur à quatre fois la somme sur laquelle a porté l'infraction ou la tentative d'infraction. En plus de cette amende, il sera procédé à la confiscation du corps du délit ainsi qu'à la confiscation des moyens utilisés pour la fraude. La définition de l'infraction est, elle aussi, modifiée pour être élargie à d'autres actes, à la faveur de la nouvelle législation. Sont considérés également comme infraction à la législation et à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux vers l'étranger " l'achat, la vente, l'exportation ou l'importation de tout moyen de paiement, valeurs mobilières ou titres de créances libellés en monnaie étrangère ; valeurs mobilières ou titres de créances libellés en monnaie nationale, l'exportation ou l'importation de lingots d'or, de pièces de monnaies en or ou de pierres et métaux précieux ", est-il indiqué dans le texte.
Le traitement des infractions a, lui aussi, subi des changements. Des comités de transaction sont créés pour statuer sur ces infractions. Quand l'infraction est inférieure à 500.000 DA, elle est traitée par un " comité local ". Pour les infractions supérieures à cette somme, c'est le comité national, présidé par le ministre des Finances ou son représentant, qui sera chargé du statuer sur le cas. Ces comités de transactions doivent, en outre, se prononcer sur la demande de transaction, dans un délai maximum de soixante jours, à compter de la date de la saisine. " Les conditions et modalités d'exercice de la transaction ainsi que l'organisation et le fonctionnement des comités des transactions sont fixés par voie règlementaire ", indique le nouveau texte de loi qui précise, toutefois, que " la transaction met fin à l'action publique lorsque les obligations qui en découlent sont entièrement exécutées par le contrevenant ". En revanche, le mouvement de l'action publique ne peut être arrêté lorsque la valeur du corps du délit est de 1.000.000 de dinars ou plus, ou lorsque même l'infraction se rapporte à une opération de commerce extérieur. Notons que le contrevenant " ne bénéficie pas de la transaction lorsque la valeur du corps du délit est supérieure à vingt millions de dinars, lorsque il a déjà bénéficié d'une transaction ; lorsqu'il y a récidive ou encore lorsque l'infraction est connexe à une infraction de blanchiment d'argent, de financement de terrorisme, de trafic de stupéfiants, de corruption, de crime organisé ou de crime organisé transnational ". Notons enfin que la nouvelle législation sur les changes instaure un fichier national des contrevenants dont les modalités de fonctionnement seront définies ultérieurement.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.