Cité Benboulaïd à Constantine : Les demandeurs de logements sociaux bloquent la ville    Zeghmati : La prochaine présidentielle, "une bouée de sauvetage" offerte au peuple algérien    Selon le ministre du Travail, Tidjani Hassan : "Le droit des litiges autorise le recours à la justice si le conflit n'est pas réglé"    Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"    Sétif: A la recherche des modalités pour harmoniser et réduire les inégalités entre les territoires    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Députée syrienne: L'armée turque encerclée quitterait Ras-al-Aïn    Ballon d'or 2019: Rapinoe, Mbappé et Van Dijk en têtes d'affiche    Le décathlonien Bouraâda: "Les Mondiaux 2020 en salle, mon premier objectif avant les JO"    Equipement sportif : Adidas perd l'un des inspirateurs de son rebond américain    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    Omnisports : Signature d'un accord-programme de pratique sportive au sein des universités    Libye SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migran    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    13ème édition des journées du court-métrage d'Annaba : 26 films en compétition    Nouvelle marche des étudiants    Lakhdar Bouregaa refuse d'être auditionné    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    Refonte prochaine du système fiscal    Le taux à 2,4 % en septembre 2019    7 postulants fins prêts    16 oeuvres de jeunes cinéastes en compétition    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    LDC : Les résultats de la soirée du mardi    TRIBUNAL MILITAIRE DE BLIDA : Le général Mehena Djebbar incarcéré    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dépose son dossier aujourd'hui    COUR D'APPEL D'ORAN : 5 ans de prison requis contre 04 passeurs de harraga    DES CHANTIERS DE LOGEMENTS A L'ARRET A ORAN : Des entreprises étrangères réclament 160 milliards à l'OPGI    Choc de mal classés à Mohammadia    La trêve turco-américaine expire ce soir    Manifestation à Kinshasa contre la corruption    Islam Slimani dans l'équipe-type de la 10e journée    La LFP avance à pas de tortue !    Synapse de Noureddine Zerrouki au Festival du court-métrage de Nouakchott    Lancement du centenaire de la naissance de Mohammed Dib en février prochain    Le HCA présent avec une vingtaine d'ouvrages    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce mardi    Forêts : Lancement d'une vaste campagne de reboisement    Alger: Le procès de deux détenus du Hirak s'ouvre aujourd'hui    Bouira: Grève des enseignants du primaire    Tirage au sort pour le choix des blocs et des étages: Attribution prochaine de 300 logements sociaux à Boutlelis    Belgaid et Cap Falcon: Deux morts et quatre blessés dans des accidents de la route    Tlemcen: Des foyers qui «boudent» le gaz naturel    Que peut apporter la diaspora pour le pays ?    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le monopole plombe le marché du médicament
Le Snapo demande l'ouverture d'une enquête
Publié dans Le Maghreb le 08 - 02 - 2011

C'est véritablement à un cas de monopole qui ne dit pas son nom qu'est soumis le marché national du médicament. L'inexplicable pénurie, qui touche certains produits pharmaceutiques, devenus introuvables dans les officines en dépit d'une facture d'importation de la valeur de 1,66 milliard de dollars en 2010, a fini par excéder le Syndicat national algérien des pharmaciens d'officines et le contraindre à réagir. Le Snapo demande l'ouverture d'une enquête pour "localiser les failles" et déterminer les causes de cette "rupture" de médicaments qui serait due à une "mauvaise" gestion dans la distribution des médicaments. Il en appelle au ministère de la santé qu'il exhorte "(…) à mener un travail d'investigation en vue de localiser les failles qui ont mené à la rupture de médicaments dans les officines à l'échelle nationale". Dans une déclaration faite à l'APS, le président du Snapo, M. Messaoud Belambri, affirme avoir "déjà soulevé au ministère ce problème" et insiste pour qu'"il y ait des investigations sur le terrain et que les gens qui font dans la mauvaise pratique en matière de distribution et de rétention de stock soient identifiés et sanctionnés". Selon ce syndicaliste, il existerait "des distributeurs qui détiennent une sorte d'exclusivité exerçant pratiquement un monopole pour un nombre de produits et qui font de la vente concomitante".
Cette situation a, d'ailleurs, inspiré le gouvernement qui s'est penché sur la question en légiférant par une note circulaire signée au mois de mai dernier obligeant les producteurs de médicaments à distribuer leurs produits. La décision du Premier ministre d'exclure les grossistes de la distribution des médicaments fabriqués ou conditionnés en Algérie avait été prise dans le souci de protéger le médicament local qui subit "le diktat des sociétés de distribution".
L'application de cette dernière circulaire a dû être reportée à 2012 après avoir subi le mécontentement des grossistes qui demanderaient "des remises pour écouler le médicament local qui est moins demandé que celui importé. Les producteurs locaux sont obligés d'accorder des remises allant jusqu'à 100% de leur marge bénéficiaire aux grossistes pour vendre leurs médicaments".
Ce serait même là la raison de l'existence de cette pénurie frappant "certains médicaments, qu'ils soient de production locale ou importés", cite l'Agence de presse algérienne.
Une liste de médicaments parmi lesquels figurent "la pilule contraceptive, les corticoïdes injectables, mais également des médicaments traitant la tension artérielle", affirme le président du syndicat national algérien des pharmaciens d'officines.
Il s'agit d'une liste composée de 230 médicaments, dont 170 sont nécessaires aux malades chroniques, des médicaments contre la nausée pour enfants, ceux destinés aux diabétiques et ceux pour les personnes atteintes de la goutte, ainsi que des vaccins contre les allergies et qui "demeurent introuvables" dans certaines officines du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.