FLN et TAJ appuient    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    Le FLN favorable au report    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    On vous le dit    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Gâteau de crêpes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le monopole plombe le marché du médicament
Le Snapo demande l'ouverture d'une enquête
Publié dans Le Maghreb le 08 - 02 - 2011

C'est véritablement à un cas de monopole qui ne dit pas son nom qu'est soumis le marché national du médicament. L'inexplicable pénurie, qui touche certains produits pharmaceutiques, devenus introuvables dans les officines en dépit d'une facture d'importation de la valeur de 1,66 milliard de dollars en 2010, a fini par excéder le Syndicat national algérien des pharmaciens d'officines et le contraindre à réagir. Le Snapo demande l'ouverture d'une enquête pour "localiser les failles" et déterminer les causes de cette "rupture" de médicaments qui serait due à une "mauvaise" gestion dans la distribution des médicaments. Il en appelle au ministère de la santé qu'il exhorte "(…) à mener un travail d'investigation en vue de localiser les failles qui ont mené à la rupture de médicaments dans les officines à l'échelle nationale". Dans une déclaration faite à l'APS, le président du Snapo, M. Messaoud Belambri, affirme avoir "déjà soulevé au ministère ce problème" et insiste pour qu'"il y ait des investigations sur le terrain et que les gens qui font dans la mauvaise pratique en matière de distribution et de rétention de stock soient identifiés et sanctionnés". Selon ce syndicaliste, il existerait "des distributeurs qui détiennent une sorte d'exclusivité exerçant pratiquement un monopole pour un nombre de produits et qui font de la vente concomitante".
Cette situation a, d'ailleurs, inspiré le gouvernement qui s'est penché sur la question en légiférant par une note circulaire signée au mois de mai dernier obligeant les producteurs de médicaments à distribuer leurs produits. La décision du Premier ministre d'exclure les grossistes de la distribution des médicaments fabriqués ou conditionnés en Algérie avait été prise dans le souci de protéger le médicament local qui subit "le diktat des sociétés de distribution".
L'application de cette dernière circulaire a dû être reportée à 2012 après avoir subi le mécontentement des grossistes qui demanderaient "des remises pour écouler le médicament local qui est moins demandé que celui importé. Les producteurs locaux sont obligés d'accorder des remises allant jusqu'à 100% de leur marge bénéficiaire aux grossistes pour vendre leurs médicaments".
Ce serait même là la raison de l'existence de cette pénurie frappant "certains médicaments, qu'ils soient de production locale ou importés", cite l'Agence de presse algérienne.
Une liste de médicaments parmi lesquels figurent "la pilule contraceptive, les corticoïdes injectables, mais également des médicaments traitant la tension artérielle", affirme le président du syndicat national algérien des pharmaciens d'officines.
Il s'agit d'une liste composée de 230 médicaments, dont 170 sont nécessaires aux malades chroniques, des médicaments contre la nausée pour enfants, ceux destinés aux diabétiques et ceux pour les personnes atteintes de la goutte, ainsi que des vaccins contre les allergies et qui "demeurent introuvables" dans certaines officines du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.