La consule générale bientôt rappelée    Vers une marche de huit jours vers le siège de l'ONU à Genève    Le verdict rendu le 9 août prochain    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    Marche des supporters de l'ES Sétif    8 décès et 507 nouveaux cas en 24 heures    Accident de la route : 23 morts et 1311 blessés en une semaine    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Le Président Tebboune nomme le général Gouasmia commandant de la Gendarmerie nationale    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Affaire COA – membres remplacés : Le TARLS déboute les trois plaignants    Arbitrage : Djamel Haïmoudi en convalescence à Paris    Covid-19 et Toufik-34    Nouvelles de Tiaret    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Brèves d'Alger    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    FAF - Après l'arrêt du championnat: Des dirigeants de clubs montent au créneau    Mascara: Des pannes de courant qui irritent    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Le Doyen vise la Ligue des champions    Draoui, Bouguelmouna et Ferhani partants    Six maîtres de conférences promus au grade de professeur    Les plaisanciers autorisés à reprendre la mer    Mandi à Liverpool ?    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    Le secrétaire particulier de Gaïd Salah extradé de Turquie    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le monopole plombe le marché du médicament
Le Snapo demande l'ouverture d'une enquête
Publié dans Le Maghreb le 08 - 02 - 2011

C'est véritablement à un cas de monopole qui ne dit pas son nom qu'est soumis le marché national du médicament. L'inexplicable pénurie, qui touche certains produits pharmaceutiques, devenus introuvables dans les officines en dépit d'une facture d'importation de la valeur de 1,66 milliard de dollars en 2010, a fini par excéder le Syndicat national algérien des pharmaciens d'officines et le contraindre à réagir. Le Snapo demande l'ouverture d'une enquête pour "localiser les failles" et déterminer les causes de cette "rupture" de médicaments qui serait due à une "mauvaise" gestion dans la distribution des médicaments. Il en appelle au ministère de la santé qu'il exhorte "(…) à mener un travail d'investigation en vue de localiser les failles qui ont mené à la rupture de médicaments dans les officines à l'échelle nationale". Dans une déclaration faite à l'APS, le président du Snapo, M. Messaoud Belambri, affirme avoir "déjà soulevé au ministère ce problème" et insiste pour qu'"il y ait des investigations sur le terrain et que les gens qui font dans la mauvaise pratique en matière de distribution et de rétention de stock soient identifiés et sanctionnés". Selon ce syndicaliste, il existerait "des distributeurs qui détiennent une sorte d'exclusivité exerçant pratiquement un monopole pour un nombre de produits et qui font de la vente concomitante".
Cette situation a, d'ailleurs, inspiré le gouvernement qui s'est penché sur la question en légiférant par une note circulaire signée au mois de mai dernier obligeant les producteurs de médicaments à distribuer leurs produits. La décision du Premier ministre d'exclure les grossistes de la distribution des médicaments fabriqués ou conditionnés en Algérie avait été prise dans le souci de protéger le médicament local qui subit "le diktat des sociétés de distribution".
L'application de cette dernière circulaire a dû être reportée à 2012 après avoir subi le mécontentement des grossistes qui demanderaient "des remises pour écouler le médicament local qui est moins demandé que celui importé. Les producteurs locaux sont obligés d'accorder des remises allant jusqu'à 100% de leur marge bénéficiaire aux grossistes pour vendre leurs médicaments".
Ce serait même là la raison de l'existence de cette pénurie frappant "certains médicaments, qu'ils soient de production locale ou importés", cite l'Agence de presse algérienne.
Une liste de médicaments parmi lesquels figurent "la pilule contraceptive, les corticoïdes injectables, mais également des médicaments traitant la tension artérielle", affirme le président du syndicat national algérien des pharmaciens d'officines.
Il s'agit d'une liste composée de 230 médicaments, dont 170 sont nécessaires aux malades chroniques, des médicaments contre la nausée pour enfants, ceux destinés aux diabétiques et ceux pour les personnes atteintes de la goutte, ainsi que des vaccins contre les allergies et qui "demeurent introuvables" dans certaines officines du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.