L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le brut continue de grimper avant le rapport de l'AIEA sur l'Iran
Prix de l'or noir
Publié dans Le Maghreb le 09 - 11 - 2011

Les prix du pétrole grimpaient, hier, en cours d'échanges européens, soutenus par un regain de tensions géopolitiques après une vague d'attentats au Nigeria et dans l'attente d'un rapport crucial sur le nucléaire iranien par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).
A la mi-journée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre s'échangeait à 115,67 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, progressant de 1,11 dollar par rapport à la clôture de la veille. Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 63 cents à 96,15 dollars. Le cours du Brent s'est hissé dans les premiers échanges, jusqu'à 116,06 dollars, un nouveau plus haut niveau depuis début septembre, tandis qu'à New York, le WTI grimpait à un sommet depuis le 1er août, à 96,15 dollars. Les cours du baril étaient portés par un regain de tensions géopolitiques, avant la publication, attendue aujourd'hui, d'un rapport de l'AIEA sur l'Iran, qui devrait étayer, selon des sources diplomatiques occidentales, les soupçons sur les ambitions militaires du programme nucléaire iranien. "Ce qui a filtré jusqu'à présent suggère que le pays a fait des avancées importantes dans son programme d'enrichissement d'uranium, plus que nécessaire pour des visées pacifiques", et le rapport de l'AIEA est susceptible de renforcer la pression internationale sur Téhéran, expliquait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital. La presse israélienne évoque depuis une semaine un débat au sein du gouvernement sur l'opportunité de frappes préventives contre les installations nucléaires iraniennes, et Washington ne cache pas son intention de durcir encore les sanctions occidentales contre l'Iran. L'Iran est le deuxième producteur au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et contrôle le détroit d'Ormuz, passage maritime stratégique par lequel transitent 40% du trafic maritime pétrolier mondial.
L'Afrique mise en question
Le Nigeria, comme la Libye, produit un brut léger et pauvre en soufre très apprécié des raffineurs européens. "L'escalade du risque géopolitique pourrait continuer de faire grimper le Brent", soulignait M. Kryuchenkov, d'autant que les opérateurs surveillaient également le Nigeria, premier pays producteur d'or noir d'Afrique. Les forces de l'ordre au Nigeria restaient sur le qui-vive, hier, après des attaques d'islamistes qui ont fait au moins 150 morts dans le nord-est du pays vendredi, et une mise en garde des Etats-Unis contre de possibles attentats dans la capitale fédérale Abuja. En revanche, alors qu'un début de résolution de la crise politique grecque avait soutenu les marchés financiers, avant-hier, après l'annonce d'un accord entre les deux principaux partis politiques du pays pour former un gouvernement d'union nationale, la prudence revenait, hier, sur le front de la zone euro. "Les taux des obligations italiennes continuent de s'envoler, ce qui suggère que l'Italie entre dans une phase critique où la Grèce et le Portugal ont plongé avant elle. Il est désormais clair que les pare-feux" mis en place par les dirigeants européens pour limiter la contagion de la crise des dettes souveraines "ne sont pas suffisants", commentait Olivier Jakob, analyste de la société suisse Petromatrix. Mais selon lui, les tensions sur l'Italie passent au second plan, "la perspective des risques géopolitiques permettant au marché de résister, dans l'attente du rapport de l'AIEA".
En Asie le brut en hausse
Les cours du pétrole étaient en hausse, hier matin, en Asie, entre relatif apaisement sur le front politique grec et regain de tensions au Nigeria et sur le dossier du nucléaire iranien, deux importants producteurs d'or noir. Le baril de "light sweet crude" pour livraison en décembre gagnait 8 cents à 95,60 USD dans les premiers échanges électroniques. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre prenait 22 cents à 114,78 USD. Après avoir empoisonné les marchés la semaine dernière, la crise politique en Grèce semble en voie de résolution avec la conclusion d'un accord dimanche soir entre les deux principaux partis politiques pour former un gouvernement d'union nationale chargé de mettre en oeuvre le plan européen anti-crise. L'attention s'est cependant déplacée sur l'Italie, la troisième économie de la zone euro, qui voit les taux de ses obligations s'envoler à des niveaux historiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.