La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Canada: Une puissance pétrolière montante en manque d'oléoducs
Publié dans Le Maghreb le 03 - 12 - 2012

Le gouvernement du Canada pousse à la construction de nouveaux oléoducs pour exporter le pétrole produit à l'ouest du pays car son unique client, les Etats-Unis, devrait devenir vers 2020 le premier producteur de la planète. Le Canada, grâce aux sables bitumineux de la province de l'Alberta (ouest), la troisième réserve d'or noir de la planète, est actuellement le premier fournisseur étranger de pétrole des Etats-Unis. Cette situation devrait cependant changer car les Etats-Unis deviendront vers 2020 le premier producteur mondial de pétrole, a prédit il y a deux semaines l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Pour le gouvernement conservateur d'Ottawa, ce scénario fait ressortir la nécessité pour le Canada de trouver de nouveaux marchés pour son pétrole, car les Etats-Unis absorbent en ce moment 98% de ses exportations, a rappelé lundi le ministre canadien des Ressources naturelles, Joe Oliver. Le marché américain ne suffira pas à absorber la totalité des exportations pétrolières du Canada, souligne le ministère. D'ici 2035, celles-ci seront de 4 millions de barils par jour, alors que les Etats-Unis n'importeront au total que 3,4 millions de barils par jour. Autre contrainte: les systèmes d'oléoducs actuels de l'ouest du continent américain ne réussissent pas à absorber la hausse de la production au Canada et aux Etats-Unis, et les nouveaux projets buttent contre des préoccupations écologistes et politiques. On manque déjà de débouchés, il y a de l'engorgement dans les oléoducs, note Marco Navarro-Génie, vice-président à la recherche du Frontier Centre, un institut de recherche de Calgary, capitale pétrolière de la province de l'Alberta. On est en train de vendre du pétrole à 22 dollars en-dessous du prix du brut de référence (le Brent de la mer du Nord), faute d'accès suffisant au marché, ajoute-t-il.
Nouveau tracé
Pour le gouvernement et l'industrie, cet accès passe notamment par l'oléoduc Keystone XL, entre l'Alberta et les raffineries du golfe du Mexique au Texas, dont la construction a été retardée en début d'année par le président américain Barack Obama en raison de craintes pour une nappe phréatique dans l'Etat du Nebraska (centre des Etats-Unis). Un nouveau tracé a, depuis, été présenté pour l'oléoduc au Nebraska par l'opérateur TransCanada et une décision favorable à Keystone XL, projet d'une capacité de 830 000 barils par jour (bpj), devrait intervenir assez rapidement en 2013, croit cependant André Plourde, spécialiste du pétrole à l'université Carleton d'Ottawa.
Il souligne que les raffineries de la région de Houston (Texas, sud des Etats-Unis) sont maintenant en bonne partie orientées vers un raffinage de pétrole relativement lourd, ce qui favorise le pétrole albertain, au moment où les approvisionnements en provenance du Mexique et du Venezuela sont en déclin. L'AIE prédit que la demande mondiale d'énergie croîtra d'un tiers d'ici 2035 et que la Chine, l'Inde et le Moyen-Orient représenteront 60% de ces besoins supplémentaires. Deux projets d'oléoducs sont actuellement débattus pour écouler la production de l'Alberta vers l'Asie en passant par des ports du Pacifique. Le plus controversé de ces projets, le Northern Gateway, du groupe canadien Enbridge, se heurte toutefois à une forte résistance du gouvernement de la province de la Colombie-Britannique (ouest du Canada), de groupes autochtones et d'écologistes. Enbridge et TransCanada tournent également leur regard vers l'Est du Canada, le Québec et le Nouveau-Brunswick, pour exporter le brut de l'Alberta par l'Atlantique. Le ministre Oliver promet son soutien pour des projets vers l'ouest, le sud et l'est du pays. Au pis-aller, des acteurs du secteur évoquent même l'idée d'exporter le pétrole par le nord, via le port de Churchill, sur la baie d'Hudson, au Manitoba, selon M. Navarro-Génie.
Le pétrole en chiffres
Quelques chiffres sur le pétrole au Canada, pays qui dispose de la troisième réserve d'or noir de la planète, après le Venezuela et l'Arabie Saoudite:
- Sixième producteur mondial, le Canada dispose de réserves prouvées totalisant 172,8 milliards de barils, essentiellement situées dans les sables bitumineux de la province de l'Alberta (ouest), une ressource non conventionnelle plus polluante à extraire que le brut classique. L'évolution de la technologie pourrait porter à 315 milliards de barils les réserves récupérables de ces sables, selon les statistiques officielles du gouvernement canadien.
- L'industrie pétrolière a investi quelque 117 milliards de dollars canadiens (autant de dollars américains) dans l'exploitation des sables bitumineux de l'Alberta entre 2000 et 2010, selon l'Association canadienne des producteurs de pétrole.
- En 2011, le Canada produisait environ 3 millions de barils de pétrole brut par jour (bpj), selon le gouvernement, mais près de 3,6 millions de bpj si l'on tient compte du pétrole raffiné, indique de son côté le département américain à l'Energie.
- En 2011, les Etats-Unis ont importé environ 2,2 millions de barils de brut par jour du Canada, soit 25% du total de leur importations, selon le département américain à l'énergie. Pour les huit premiers mois de 2012, ces importations américaines du Canada atteignaient près de 2,5 millions de bpj, soit 28% du total, selon la même source.
- L'Association canadienne des producteurs de pétrole prévoit que leur production atteindra 5 millions de barils par jour dès 2030 et que la part associée aux sables bitumineux représentera 79% de la production totale canadienne en 2025, contre 52% en 2010.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.