Le nombre de cas de COVID-19 a doublé au cours des six dernières semaines    Wilaya d'Alger : les taxis autorisés à poursuivre leur activité    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Crise libyenne: Entre ingérences étrangères et hypocrisie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Covid-19: Durcissement des mesures de confinement    AVEU    La maladie et le mal inné    Les questions de mémoire, la situation en Libye et au Sahel: Tebboune reçoit un appel de Macron    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    434 nouveaux cas et 8 décés en 24 h    Les Algériens non concernés    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Le coup de gueule du Dr Bekkat Berkani !    Affaire Hannachi/Mellal : Le président de la JSK écope de 2 mois de prison ferme    Afrique: la Covid-19 aggrave la situation des réfugiés menacés par la faim et la malnutrition    Congrès extraordinaire du FFS: élection des nouveaux membres de l'Instance présidentielle du parti    FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    FMI: la dette publique mondiale atteindra un pic historique en 2020    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Se sauver ou sombrer    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    "J'ai fait l'objet d'une méchanceté gratuite"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    La FAF tranchera le 15 juillet    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Canada: Une puissance pétrolière montante en manque d'oléoducs
Publié dans Le Maghreb le 03 - 12 - 2012

Le gouvernement du Canada pousse à la construction de nouveaux oléoducs pour exporter le pétrole produit à l'ouest du pays car son unique client, les Etats-Unis, devrait devenir vers 2020 le premier producteur de la planète. Le Canada, grâce aux sables bitumineux de la province de l'Alberta (ouest), la troisième réserve d'or noir de la planète, est actuellement le premier fournisseur étranger de pétrole des Etats-Unis. Cette situation devrait cependant changer car les Etats-Unis deviendront vers 2020 le premier producteur mondial de pétrole, a prédit il y a deux semaines l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Pour le gouvernement conservateur d'Ottawa, ce scénario fait ressortir la nécessité pour le Canada de trouver de nouveaux marchés pour son pétrole, car les Etats-Unis absorbent en ce moment 98% de ses exportations, a rappelé lundi le ministre canadien des Ressources naturelles, Joe Oliver. Le marché américain ne suffira pas à absorber la totalité des exportations pétrolières du Canada, souligne le ministère. D'ici 2035, celles-ci seront de 4 millions de barils par jour, alors que les Etats-Unis n'importeront au total que 3,4 millions de barils par jour. Autre contrainte: les systèmes d'oléoducs actuels de l'ouest du continent américain ne réussissent pas à absorber la hausse de la production au Canada et aux Etats-Unis, et les nouveaux projets buttent contre des préoccupations écologistes et politiques. On manque déjà de débouchés, il y a de l'engorgement dans les oléoducs, note Marco Navarro-Génie, vice-président à la recherche du Frontier Centre, un institut de recherche de Calgary, capitale pétrolière de la province de l'Alberta. On est en train de vendre du pétrole à 22 dollars en-dessous du prix du brut de référence (le Brent de la mer du Nord), faute d'accès suffisant au marché, ajoute-t-il.
Nouveau tracé
Pour le gouvernement et l'industrie, cet accès passe notamment par l'oléoduc Keystone XL, entre l'Alberta et les raffineries du golfe du Mexique au Texas, dont la construction a été retardée en début d'année par le président américain Barack Obama en raison de craintes pour une nappe phréatique dans l'Etat du Nebraska (centre des Etats-Unis). Un nouveau tracé a, depuis, été présenté pour l'oléoduc au Nebraska par l'opérateur TransCanada et une décision favorable à Keystone XL, projet d'une capacité de 830 000 barils par jour (bpj), devrait intervenir assez rapidement en 2013, croit cependant André Plourde, spécialiste du pétrole à l'université Carleton d'Ottawa.
Il souligne que les raffineries de la région de Houston (Texas, sud des Etats-Unis) sont maintenant en bonne partie orientées vers un raffinage de pétrole relativement lourd, ce qui favorise le pétrole albertain, au moment où les approvisionnements en provenance du Mexique et du Venezuela sont en déclin. L'AIE prédit que la demande mondiale d'énergie croîtra d'un tiers d'ici 2035 et que la Chine, l'Inde et le Moyen-Orient représenteront 60% de ces besoins supplémentaires. Deux projets d'oléoducs sont actuellement débattus pour écouler la production de l'Alberta vers l'Asie en passant par des ports du Pacifique. Le plus controversé de ces projets, le Northern Gateway, du groupe canadien Enbridge, se heurte toutefois à une forte résistance du gouvernement de la province de la Colombie-Britannique (ouest du Canada), de groupes autochtones et d'écologistes. Enbridge et TransCanada tournent également leur regard vers l'Est du Canada, le Québec et le Nouveau-Brunswick, pour exporter le brut de l'Alberta par l'Atlantique. Le ministre Oliver promet son soutien pour des projets vers l'ouest, le sud et l'est du pays. Au pis-aller, des acteurs du secteur évoquent même l'idée d'exporter le pétrole par le nord, via le port de Churchill, sur la baie d'Hudson, au Manitoba, selon M. Navarro-Génie.
Le pétrole en chiffres
Quelques chiffres sur le pétrole au Canada, pays qui dispose de la troisième réserve d'or noir de la planète, après le Venezuela et l'Arabie Saoudite:
- Sixième producteur mondial, le Canada dispose de réserves prouvées totalisant 172,8 milliards de barils, essentiellement situées dans les sables bitumineux de la province de l'Alberta (ouest), une ressource non conventionnelle plus polluante à extraire que le brut classique. L'évolution de la technologie pourrait porter à 315 milliards de barils les réserves récupérables de ces sables, selon les statistiques officielles du gouvernement canadien.
- L'industrie pétrolière a investi quelque 117 milliards de dollars canadiens (autant de dollars américains) dans l'exploitation des sables bitumineux de l'Alberta entre 2000 et 2010, selon l'Association canadienne des producteurs de pétrole.
- En 2011, le Canada produisait environ 3 millions de barils de pétrole brut par jour (bpj), selon le gouvernement, mais près de 3,6 millions de bpj si l'on tient compte du pétrole raffiné, indique de son côté le département américain à l'Energie.
- En 2011, les Etats-Unis ont importé environ 2,2 millions de barils de brut par jour du Canada, soit 25% du total de leur importations, selon le département américain à l'énergie. Pour les huit premiers mois de 2012, ces importations américaines du Canada atteignaient près de 2,5 millions de bpj, soit 28% du total, selon la même source.
- L'Association canadienne des producteurs de pétrole prévoit que leur production atteindra 5 millions de barils par jour dès 2030 et que la part associée aux sables bitumineux représentera 79% de la production totale canadienne en 2025, contre 52% en 2010.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.