Activation du plan de lutte contre les feux de forêts à Alger à partir du début juin    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    Raouya présente le texte de LFC 2020 devant le Conseil de la Nation    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    119 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Alger ferme ses plages    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    La mort au temps du corona    Mahrez victime d'un cambriolage    Les violentes manifestations se poursuivent    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    Les habitants réclament leur réouverture    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le projet de l'oléoduc géant Keystone XL entre le Canada et les Etats-Unis en débat
Publié dans Le Maghreb le 18 - 04 - 2013

Le sort de Keystone XL, un projet très controversé d'oléoduc géant reliant les sables bitumineux du Canada aux raffineries du Texas sera débattu aujourd'hui lors d'une réunion publique dans le Nebraska.
Qu'est-ce que Keystone XL?
C'est un projet d'extension de l'oléoduc Keystone, construit par le groupe canadien TransCanada, qui relie déjà la province canadienne de l'Alberta à des terminaux pétroliers dans l'Illinois (nord).
En 2008, TransCanada présente le projet d'un second oléoduc destiné à relier plus rapidement l'Alberta au Texas via le Montana (nord-ouest). La portion Oklahoma-Texas, qui ne nécessitait pas l'accord du président américain (nécessaire pour la portion traversant la frontière) a déjà été entamée.
Pourquoi cet oléoduc est-il controverse?
Dans le tracé initial, la portion entre la province canadienne de l'Alberta et le Nebraska, longue de 1 897 kilomètres et estimée à 5,3 milliards de dollars, est critiquée par les opposants au projet, qui mettent en garde contre les risques de fuite de pétrole pour les réserves naturelles de Sand Hills aux écosystèmes fragiles. Début 2012, Barack Obama, pressé par le temps, refuse d'accorder son feu vert à ce tracé. Un nouveau projet de tracé, présenté comme plus respectueux de l'environnement et qui contourne la réserve naturelle des Sand Hills, a reçu en janvier l'aval du Nebraska, mais les écologistes critiquent également l'origine du pétrole acheminé.
Les sables bitumineux de l'Alberta nécessitent une extraction énergivore et productrice d'un grand volume de gaz à effet de serre.
Retombées économiques
Selon le département d'Etat, la réalisation de Keystone XL créerait environ 42 000 emplois pendant la construction (un an ou deux) et génèrerait plus de 2 milliards de dollars de revenus. Les opposants avancent que le projet ne créera que 35 emplois permanents de maintenance et privera le secteur de l'énergie verte de milliers d'emplois qui auraient pu être crées.
Dépendance énergétique
TransCanada avance que Keystone permettra de transporter 830 000 barils de brut par jour du Canada vers les raffineries du golfe du Mexique. Il permettrait ainsi, selon le groupe, de réduire la dépendance énergétique américaine de 40% envers le Venezuela et le Moyen-Orient. Les opposants assurent en revanche que Keystone n'aura aucun impact sur l'autonomie énergétique des Etats-Unis car la majorité du pétrole qui sera acheminé vers les raffineries sera en réalité, affirment-ils, exporté vers l'Europe et l'Amérique Latine.
Sécurité
Selon TransCanada, l'acheminement de pétrole via des oléoducs souterrains est bien plus sûr que le transport maritime ou ferroviaire. La société avance que 4,6 millions de kilomètres d'oléoducs transportent quotidiennement 99,9998% du pétrole et du gaz naturel à travers les Etats-Unis de manière sûre et fiable. Keystone XL sera également équipé de 21 000 radars qui fourniront des rapports toutes les 5 secondes par satellite et permettront d'isoler des tronçons présentant des problèmes en quelques minutes grâce à des vannes actionnées à distance. Les opposants rappellent que Keystone a connu une douzaine de fuites dès sa première année d'exploitation, dont près de 80 000 litres dans le Dakota du Nord.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.